Retards aux urgences

retards aux urgences

Inauguré en septembre 2008, le Centre hospitalier de Douai est un établissement ultra moderne qui était censé apporter aux 150 000 habitants de notre agglomération des conditions de soin exceptionnelles.

Comme toujours, il y avait loin de la coupe aux lèvres. La crise du système de santé national n’est aucunement celle du matériel. Elle est d’abord une question de personnel qualifié mais surtout d’organisation de la prise en charge des patients.

En juillet 2019, un député du Nord a testé les urgences de l’hôpital de Douai pour juger de la qualité des soins apportés aux patients. Son témoignage est édifiant : «Six heures d’attente et encore, j’ai eu de la chance». Suit la description d’un service au bord de la rupture où la prise en charge, déficiente, est submergée par une demande qui dépasse de très loin les capacités prévues.

Encore une fois, on n’ose imaginer la conséquence désastreuse que peut avoir la médiatisation d’un tel constat au-delà des frontières du Douaisis, par exemple sur tous ceux qui, sur le point de tenter l’aventure flamande, s’apprêtaient à habiter dans notre contrée.

Les indicateurs de santé des Hauts de France sont mauvais. Tant chez les hommes que chez les femmes, la mortalité est supérieure de 20 % par rapport aux valeurs nationales. Ce différentiel est encore plus élevé dans les zones urbaines, ce qui est un paradoxe qui confine au scandale puisque la concentration démographique devrait au contraire permettre l’économie d’échelle qui est au cœur de la logique hospitalière. Le plus terrible, enfin, est de constater que ce décrochage s’amplifie depuis les années 80.

Il est courant d’expliquer cette surmortalité régionale par les « comportements à risque » de la population selon la trilogie mortifère : tabac, alcool, suicides. Pour autant, on ne peut s’empêcher de croire, si cette explication possède sa part de vérité, que nous ne luttons pas avec les mêmes armes.

Les Hauts de France ont moins de médecins et de professionnels de santé que le reste du pays (de 5 à 30% de moins selon les territoires). Exemple parmi tant d’autres, les chirurgiens-dentistes et les médecins spécialistes libéraux sont, en densité, respectivement inférieurs de 24 % et 27 %. Pour les seconds, nous sommes même les plus mauvais de France.

Si notre député s’est essayé au test concret, tant de concitoyens – dans une agglomération de 150 000 habitants – ont vécu en vrai ce type d’épreuve, la plus catastrophique étant la période du week-end où se faire soigner quelque part relève de l’impossible. Faute d’un accueil adapté du type dispensaire, maison médicale ou simplement médecine de garde, toutes les pathologies, des plus graves aux plus imaginaires, convergent aux urgences du centre hospitalier qui ne peut évidemment répondre à cet assaut.

Dans un pays où la cotisation à l’assurance maladie est obligatoire pour tous les citoyens, il n’est pas rare que le salut provienne de la vente sans ordonnance d’un médicament par un pharmacien compatissant, comme l’aurait fait un médecin voilà un siècle quand n’existaient dans notre bonne ville de Douai ni sécurité sociale, ni CMU, ni hôpital, ni ARS.

Besoin d’une idée médicale?

Si cette solution n’est pas neuve, il faut augmenter dans la ville l’offre médicale généraliste mais surtout spécialisée. Le principe de l’aide à l’installation de jeunes médecins (la commune offre le local et le plateau technique) a déjà fait ses preuves ailleurs. Il serait d’ailleurs judicieux d’ajouter une action supplémentaire.
Profiter de l’abandon prochain du numerus clausus, qui limitait jusqu’à présent le nombre de docteurs en médecine en France, pour offrir des bourses aux étudiants douaisiens méritants, n’est pas à négliger. En contrepartie, à l’issue de leur cursus ces derniers devraient assurer une durée d’exercice de 5 à 10 ans dans le territoire et en priorité sur les urgences de proximité.

Autre idée copiée au Canada. La commune peut offrir aux praticiens un plateau technique mais aussi et surtout toute la gestion administrative qui est souvent lourde. Le médecin intervient pour assurer des soins, parfois à temps partiel ou par vacations, mais ne s’occupe de rien d’autre. D’une certaine manière, on retrouve dans ces projets la bonne vieille idée du dispensaire.

De même, pour contrer l’extension des déserts médicaux, une innovation menée par l’ARS de l’Ile et Vilaine et la ville de Fougères. Des étudiants en médecine interne sont accompagnés en stage chez des confrères pour mieux connaître le terrain, l’exercice du métier et les possibilités de clientèle.

Enfin, l’invention d’une application dans la région des Hauts de France, Remplanor depuis devenu RemplaFrance, inventé en 2013 par un médecin lillois, permet d’organiser en direct les remplacements entre praticiens, notamment dans les territoires déficitaires.

Riche Agglo, pauvre Douaisis

Le dernier rapport de la Cour Régionale des Comptes sur Douaisis Agglo vient de sortir.
Les Douaisinologues ne pouvaient l’ignorer en dépit, soyons honnêtes, de l’impression de paresse que les auteurs nous laissent après lecture.

Cette critique ne découle pas d’un oubli de l’important sujet des chaises musicales du Conseil, ni même de celui des savoureux bricolages du pont du « village » mais de la faible envergure des sujets contrôlés.

Les juges indiquent entre autres qu’ils ne se sont intéressés qu’au budget principal, les annexes étant foisonnantes à Douaisis Agglo. De fait, plus de 30% ont donc échappé à leur regard.
Retenons la martingale. Il ne faut pas hésiter à multiplier les budgets annexes où s’applique une grande « diversité des instructions comptables » laquelle peut pousser les contrôleurs à passer leur chemin.

Mais ne soyons pas trop critiques. On trouve, en cherchant bien, au cœur de ce maquis bâclé, des petites choses utiles et, même au final, une idée assez nette de l’objet de Douaisis Agglo, lequel n’est peut être pas là où on le croit habituellement.

On a des sous, c’est qu’on a la santé

D’emblée, il faut le dire, y’a de la fraîche dans la caisse, donc pas de déficit dans un budget qui profite, comme prévu, du remplacement de la taxe d’habitation par la part de TVA que tout le peuple paie sans le savoir.

Bref, on a de la ressource, du blé, des pépettes, de l’oseille, du jonc, de la tune, pour faire plein de trucs « structurants » pour parler comme Christian Poiret, notre président au carré.
Il s’en félicite souvent, indiquant que cette abondance prouve que les « finances sont saines » , expression qui ne veut rien dire en elle même.

Un budget, c’est un truc relatif.
Il pourrait découler d’emprunts toxiques alliés à de lourdes ponctions fiscales avec, au final, des projets déficitaires ne débouchant sur aucune amélioration de la situation du territoire.
Les comptes seraient bons mais il n’y aurait rien de sain là dedans.

Les recettes d’investissement où on dépasse tout le monde sont d’abord celles de l’emprunt pour Douaisis Agglo.
On notera la puissance dunkerquoise

Les maigres nourrissent les gros

Quoi qu’il en soit, la Cour considère les recettes de Douaisis Agglo comme « dynamiques » du fait d’un certain nombre de facteurs favorables cumulés, d’abord la fiscalité locale (47% du total avec, of course, des taux qui montent) mais surtout les compensations et péréquations nationales qui ont doublé entre 2018 et 2022 (de 7 à 14 millions d’€).
On en arrive à se demander comment un territoire qui perd du populo et où augmentent chômage et pauvreté peut accoucher d’un budget communautaire aussi grassouillet.

Douaisis Agglo, c’est un îlot de prospérité dans un océan de misère.

Petit comparatif des ponctions fiscales des EPCI locaux.

Tout augmente, surtout le PPI

Grâce à ses larges ponctions, la CAD a donc pu augmenter ses « charges de gestion » (+31%, de 25 à 33 M d’€), lesquelles sont liées aux choix de gouvernance de nos maîtres agglomérés.
D’abord la gratuité des bus dont le coût est passé de 5 M d’€ à 7,7 M d’€, puis la hausse des recrutements de personnels (+20%, on compte à présent 150 ETPT) et enfin, même si la masse reste faible en affichage, la comm’ au sens large, montée de 3 M d’€ à 6 M d’€… Une paille…

Toute cette machinerie financière a pour finalité prioritaire le célèbre « PPI » , soit le « plan pluriannuel d’investissement » qui présente, entre autres, les projets salvateurs qui vont nous tomber dessus jusqu’en 2026.
Pour plus de la moitié de la dépense (77,8 M€), les juges nous indiquent la destination de la manne : « la patinoire et, dans le cadre d’EuraDouai, la passerelle ferroviaire, le parking silo et le musée du livre d’art et de l’estampe » .

Plein de sous dans la caisse mais on emprunte quand même

Ces investissements dépendent des fonds de roulement (le blé dans les caisses) et de l’emprunt (la tune qu’on va chercher chez les banquiers).
En théorie, quand le premier est abondant, on n’a pas besoin de recourir à la seconde. C’est pourtant ce que fait Douaisis Agglo, dont les fonds de roulement débordent.
Cette pratique est peu appréciée : « un tel niveau de trésorerie ne se justifie que s’il est utilisé dans le cadre du financement d’un investissement, ce à quoi une stratégie de mobilisation anticipée d’emprunt ne répond pas. A défaut, l’EPCI sur-mobilise l’emprunt » .

De fait, l’agglo y a beaucoup eu recours depuis 2020 : 9 M d’€, 10 M d’€ en 2021 et enfin 40 M d’€ en 2022. Dans ce dernier cas, il parait que c’est pour pour assurer le rachat, en 2026, du terrain où sera la célébrissime usine de batteries chinoises qui va sauver le monde (1000 postes soit 1% de l’emploi du Douaisis).

Logiquement, ces emprunts cumulés de 59 M d’€ font passer l’encours de la dette à 111 m d’€ (+ 35% en 4 ans), ce qui mathématiquement dégrade la capacité d’autofinancement (CAF) et la durée de désendettement qui grimpe de 4 ans à 8 ans.

Grands projets contre petits équipements communaux

Le rapport est surtout le moyen pour la Cour des Comptes de pointer les insuffisances de la communauté d’agglomération quant à l’intégration de son fonctionnement et de ses ressources.

Pédagogue, elle explique le subtil concept « d’intérêt communautaire » , « ligne de partage » entre ce que fait l’agglomération et ce qui reste dans les communes. On comprendra que cette question est centrale dans l’évolution de notre territoire.

Ainsi, concernant les compétences obligatoires et surtout « supplémentaires » , on regrette l’absence d’un plan local d’urbanisme intercommunal – il aurait été refusé par les communes sans qu’on nous dise lesquelles – qui résume le développement économique à la seule gestion des parcs d’activité et l’invention de « grands projets » .

Pour ces derniers, les juges se contentent de rapporter les arguments de l’EPCI « qui les considère comme structurants et d’intérêt stratégique pour le territoire » en soulignant leur défaut majeur : leur concurrence avec les équipements communaux, « notamment les piscines ou les activités de loisirs » .
Elle ajoute même que la « communauté d’agglomération (devrait) appréhender les investissements sur ces équipements à l’échelle du territoire » .

Addition de différences = faible intégration territoriale

Dans les compétences obligatoires, on trouve l’eau et l’assainissement dont le rapport pointe l’allucinante hétérogénéité des tarifications.
Même bricolage du côté des déchets ménagers. On relève les 35 taux différents d’une TOEM qui devait obligatoirement être unique en… 2015.
Savourons la conclusion de ce chapitre : « l’harmonisation en cours, dont il est prévu qu’elle s’achève en 2035, s’avère donc irrégulière alors même que le produit de la TOEM est insuffisant pour couvrir les charges de gestion du service » .

Quant aux ponctions financières, la Cour expose l’intérêt du « coefficient d’intégration fiscale » (CIF) qui donne la hauteur du degré de communautarisation des ressources. Plus il est élevé et plus la fiscalité est globalisée à cette échelle.
Il est chez nous de 40%, plus bas que chez nos voisins et amis : « ce constat illustre le faible niveau d’intégration de Douaisis agglo et confirme celui effectué sur les actions et la gouvernance de l’EPCI.
Il traduit également le choix des élus d’exercer prioritairement leurs compétences à l’échelon communal » .

© CRC 2024

L’intérêt communautaire, c’est celui de la commune

Il faut, de fait, voir le fonctionnement de Douaisis Agglo comme celui de l’Union Européenne.
Les membres abondent un budget commun, lequel est redistribué des gros vers les petits, les premiers donnant plus que ce qu’ils reçoivent.
La ville de Douai, par exemple, est un « contributeur net »
comme l’Allemagne ou la France à Bruxelles.

Ce mécanisme passe par « d’importants reversements de fiscalité à ses communes membres : 58% de la fiscalité levée contre 41% » dans les Hauts de France.

Avec les « attributions de compensation » , les communes donnent largement d’une main ce qu’elle reprennent d’une autre. Le total de ces neutralisations n’est pas mince : 30 M d’€ environ chaque année.

Avec la « dotation de solidarité communautaire » , la célèbre « DSC » , on entre dans une complexité organisée dont on va s’épargner le détail.
Gardons toutefois que l’habileté agglomérée joue ici à plein par des modalités qui évitent de soumettre à des règles jugées trop « complexes » .
Ainsi le cadeau insigne de la « part 11 » qui attribue à toutes les communes une « dotation minimale de 80 000 € » .

Outre que cet apport n’a pas à être discuté en conseil municipal, il a de fait remplacé les « fonds de concours » pour, selon les juges, « ne plus avoir à mettre les dispositions de l’article L 5216-5 du CGCT » , en particulier son titre VI qui prévoit que leur montant « ne peut excéder la part du financement assurée, hors subventions, par le bénéficiaire du fonds de concours » .

Avec un tel cadeau, il ne faut pas s’étonner que les petits soient les plus fervents soutiens du patron. N’entrant pas dans ces considérations politiciennes, les juges prennent de la hauteur : « en conclusion, l’organisation de la solidarité communautaire au plan financier apparait complexe et manque de clarté » .

Pour naviguer heureux, décidons cachés

A plusieurs reprises, on pointe l’insuffisance qui constitue la marque profonde de Douaisis Agglo sur à peu près tout : l’inexistence d’une stratégie générale et l’indigence des informations délivrées aux conseillers sinon à la population.

Ainsi l’absence d’un « pacte de gouvernance » qui n’a pas donné lieu à un « débat en 2020 privant ainsi ses membres d’une réflexion sur le projet communautaire et sa mise en œuvre » .
Mieux, dans la forêt des lois qui depuis 1983 font évoluer à bas bruits les EPCI, il existe depuis 2014 l’obligation d’un « projet de territoire » .
Après de pénibles discussions avortées en 2016, on a remis la machine en route en 2021, laquelle a accouché en octobre 2023 d’un « projet d’agglomération – Horizon 2035 » dont la Cour indique qu’il vaut « projet de territoire » , même s’il est impossible à trouver quelque part.

Encore une fois, on a sorti le carnet de chèques en sollicitant un cabinet de conseil lequel a pondu « une feuille de route stratégique » avec trois objectifs qu’on espère n’avoir pas été payés trop chers tant ils sont innovants : « l’attractivité du territoire » (sans blague) puis « l’amélioration du bien-être des habitants » (par les boules et le patin) et surtout le dogme religieux pour lequel il faut sacrifier sous peine d’excommunication : « la lutte contre le changement climatique » (ah ! Climat ! Que de crimes on commet en ton nom !).

La Cour a, malgré ces nuages de fumée, tout compris : « sa mise en œuvre effective dépendra, en définitive, du pilotage et du suivi – à l’aide d’objectifs et d’indicateurs opérationnels – assurés par les instances intercommunales » .
On peut toujours rêver…

Une délégation en forme de régie

Pour finir, nos juges ont plongé dans les comptes de Sourcéane, on dira peu de cet « affermage » , passé en 2023 « d’Espace Récréa » à « Vert Marine » , prestataire qui hérite aussi de la future patinoire.

Toute délégation fonctionne pour son détenteur sur l’acceptation de « ses risques et périls » . Ces deux aléas ont été largement effacés par des conditions financières très avantageuses.
On en arrive à se demander s’il ne s’agit pas d’une régie qui ne dit pas son nom. Le rapport « recettes commerciales/compensations » est de 70/30 pour Sourcéane, il sera de 50/50 pour la patinoire.
On rembourse même la redevance d’occupation du domaine public à l’euro près en contradiction formelle avec la loi.

Variable pourtant essentielle pour équilibrer les comptes, la tarification n’entre d’ailleurs pas dans la liste des obligations du délégataire.
Ce serait pourtant utile quand on observe que les prévisions de fréquentation (qui relève à 63% du seul Douaisis avec une bonne part de la cité des Epis) sont toujours surestimées.

La Cour indique de plus que les rapports du délégataire apparaissent peu lisibles, lequel a même, à partir de 2019, changé leur présentation, histoire de compliquer un peu plus la lecture.
Dans la même veine, l’information de l’assemblée délibérante est restée partielle, les dits rapports n’étant présentés qu’en 2021 et 2022, pour une piscine ouverte en 2016…

Le nouveau contrat avec Vert Marine aurait été l’occasion d’améliorer tout ça. Malheureusement, outre que l’examen des avantages et inconvénients du nouveau prestataire a été réalisé sans « aucune analyse chiffrée » , ces éléments n’ont pas été « communiqués au conseil communautaire » .

La demande de la CRC est de renégocier un contrat plus précis et un peu mieux à la charge du prestataire.

On a hâte de voir ça et surtout si les élus seront associés à ces obligations.

A quoi sert une communauté d’agglomération ?

Pour conclure, résumons l’intérêt premier de ce rapport : démontrer que notre bel établissement public de coopération intercommunale ne fonctionne pas vraiment comme il le devrait.

Ainsi, Douaisis Agglo collecte 200 millions d’€ en faisant le pari qu’à son échelle les effets seront massifs. L’évolution des compétences des entités territoriales construit une force de frappe favorisant la plus-value de l’action publique.

Or, dans le Douaisis, c’est l’inverse : le système fonctionne à l’avantage des communes – toutes sauf Douai – sans aucun plan d’ensemble, ni beaucoup d’informations aux élus et au peuple.

C’est très malin au plan tactique mais très bête au plan stratégique car qui peut croire, comme le montrent les équilibres financiers catastrophiques d’une piscine ou d’une patinoire, que de « grands projets » déficitaires puissent améliorer l’économie du Douaisis ?

Comme toujours, deux explications possibles.

Soit une pauvreté théorique qui confine les patrons majoritaires dans une vision de faible envergure, avec des redistributions financières organisées sous une logique de guichet.

Soit une priorité, qui n’est pas celle de l’efficacité de l’action communautaire mais le maintien, à coups de distributions amicales, d’un pouvoir dont le seul objectif est de durer.

Qui sait ?

Un pont… Petipon, patapon… Et pataplouf !

Le Conseil de l’Europe, en créant sa monnaie unique, avait eu l’idée de placer sur les coupures des ponts remarquables de différents pays… Symbolique du libre passage entre les pays qui la composent.

Une idée de pont pour Lauwin-Planque ?

Chez nous un banal pont de Lauwin-Planque – sur l’axe qui lie Douai à l’immense zone commerciale d’Hénin-Beaumont, Lens ou Lille – enjambe une voirie communale traversant le « village » . Banal !

Mais voilà que depuis peu ce pont est l’objet d’un bien étrange feuilleton, digne des scénarios qui, dans le cinéma, ont immortalisé certains de ces ouvrages : Le pont ou Le pont de Remagen ou Le pont des espions ou La fille sur le pont ou encore Un pont trop loin

Pour les douaisinologues, ce pont de Lauwin-Planque, dont la célébrité va bientôt dépasser les œuvres qui précèdent, est devenu une interrogation, un sujet de plaisanterie, de controverse mais surtout un questionnement majeur !

Acte I du feuilleton pontonnier 

Voilà peu, quelques lauwinois remarquent que la hauteur sous le pont est passée en une nuit des 3,5 mètres, jusque-là indiqués sur les panneaux de signalisation, à 4,00 mètres… Sans travaux…
Surpris, ils constatent que cela a été fait de manière économique. Des autocollants ont été placés subrepticement sur les panneaux existants.
Bizarre autant qu’étrange, parce que ce n’est pas l’habitude des gestionnaires de voiries départementales ou rurales de maquiller des panneaux signalétiques.

La presse locale, informée de ce relèvement aussi furtif qu’anonyme, a donc vérifié les dires du premier adjoint familial qui avait affirmé péremptoire que la hauteur de passage était bien de 4 mètres d’un côté et 4,10 mètres de l’autre.

La mesure relevée par le journaliste corrobore l’affirmation. Toutefois, la pose discrète d’autocollants ne change rien au fait qu’en l’état le passage n’est pas conforme à la réglementation qui prévoit une hauteur minimale de passage routier de 4,30 mètres avec une marge de sécurité de 30 centimètres.

Les panneaux à 3,5 mètres prévenaient par prudence les routiers qu’ils ne passeraient pas compte-tenu de l’encaissement de la voie sous l’ouvrage…
Les panneaux autocollés, outre de ne pas être réglementaires, étaient même trompeurs, comme cela s’est vérifié récemment !

Acte II du feuilleton pontonnier 

Loin du pont… A Lille, une importante annonce est faite par un conseiller municipal du « village » , par ailleurs président du département, sans la présence de son Conseil…

Le départ de la deuxième étape du Tour de France 2025 est annoncée à… Lauwin-Planque ! Enfin le « village » capitale de la France, le « village » dans toutes les télés, le « village » célèbre et célébré, le « village » que tout le monde va envier.

La concomitance de l’autocollage avec cette annonce ne manque pas d’expliquer le premier…

On peut s’autoriser à penser qu’une discrète proposition d’accueil a été faite plusieurs semaines plus tôt à Amaury Sport Organisation (ASO), l’organisateur du Tour.
Cette offre devait réclamer une visite préventive quant à la faisabilité du passageLaquelle aurait déclenché avant par précaution l’opération de lifting sus-évoquée.

Peut être aussi fallait-il masquer cette trop prudente réglementation pannelière pour réduire l’effet de faible hauteur que donne ce passage encaissé quand on l’observe de loin.

Acte III du feuilleton pontonnier 

La ville de Douai, tenue comme d’habitude à l’écart, découvre que le Tour passera chez elle au moment même où, comme tous les ans depuis 1530, elle sort ses Géants.

Tradition… Mais que pèsent le Géant d’osier et sa famille créés par les Échevins de l’époque, face aux décisions de l’Échevin absolu actuel ?
Ces Géants déambulent à la vitesse du pas des porteurs quand les vélos décarbonés dépassent la limite des panneaux urbains à 50 km/h !

Outre le fait d’ignorer Douai en amont, pratique désormais instituée, cela posera très certainement un singulier problème de sécurité en mélangeant deux évènements différents, générateurs de foules nombreuses comme d’importants flux de circulation.

Outre ce mélange des genres, l’un peut éclipser l’autre… Ce qui semble sans objet pour l’initiateur local, pourtant parfaitement au fait de la fête douaisienne de tradition multiséculaire.

Acte IV du feuilleton pontonnier

C’est alors que le Conseil municipal de Lauwin-Planque découvre le coût de l’annonce… Il est salé pour le budget d’un « village » de 1 750 habitants. On parle quand même de plusieurs centaines de milliers d’euros.
Un conseiller municipal, bien placé pour l’affirmer, avait même précisé que ni le département, ni Douaisis Agglo ne participeront à la cagnotte Leetchi.

Question subsidiaire, des travaux devront être menés tambour battant ? Non ça c’est à Douai !…

Avec un grand braquet plutôt… A Lauwin-Planque, comme par exemple déjà le probable décaissement sous le pont, la requalification de la voirie du Marais, le lieu d’accueil de la mythique caravane, les aménagements divers pour faciliter l’évènement.

Ils s’ajouteront bien sûr à la facture, ce qui aggravera la balance bénéfice/inconvénient d’une présence nécessairement fugace du peloton dans le « village » .

Que ne ferait-on pas pour la gloire villageoise …

La pilule semble aujourd’hui difficile à avaler localement. Des critiques paraissent même fuser, sur les contraintes, les coûts, la circulation dans le village…

Tant pis le coup est parti, on verra bien

Acte V du feuilleton pontonnier

Il a bien fallu régulariser l’embrouille…

L’édile à la tête de la mairie, qui ne semble pas avoir été associée au processus, n’ayant comme son conseil, rien décidé elle-même dans l’affaire, devait pour apparaître un tant soit peu crédible reprendre la main.
Il fallait légaliser des décisions prises sans mandat du Conseil par un élu désormais de base du fait de la loi sur les cumuls des mandats.

Dura lex, sed lex...

Tout va bien. Un arrêté aurait été voté… Il donnerait mandat à partir du jour de son vote, pour faire ce qui a déjà été fait… C’est un nouveau principe réglementaire… On fait d’abord, on régularise ensuite.

Reste une interrogation sur la manière, dont ceux qui en ont la charge, contrôleront la légalité de cette méthode rétroactive.

D’habitude on vote d’abord, puis on fait… Là, on a fait d’abord mais, parce que ça commençait à piquer, on a voté ? Mais quoi au juste ?

Ces péripéties font sourire, sachant que nous ne sommes qu’au début de ce feuilleton clochemerlesque.

Il y a cependant derrière, comme toujours, des problématiques plus sérieuses.

D’abord les règles légales, évidemment malmenées.
Et, au milieu d’elles, celle qui permet à un conseiller municipal d’agir en toute puissance dans un « village » à la campagne qu’il n’a plus à diriger par la loi.
Quand bien même il serait déjà en campagne par ailleurs.

A briiiiidgee over troubledddd Lauwin-Planqueeeee !!!!!

La poésie lauwinoise, ça existe !

Moulin, mon beau moulin

La machinerie du moulin des Augustins est en danger, faut-il la sauver ? Vaudrait mieux.
On a tant détruit dans cette ville et on laisse tant dépérir les bras ballants qu’on en arrive à se demander, devant ce nouveau défi patrimonial, ce que vont bien pouvoir faire nos chers élus, capteurs de la manne fiscale qui pourtant peut tout.

Le centre-ville alimente la périphérie

Il vient de loin ce moulin. Son emplacement est unique, avec sa perspective et son aplomb de l’écluse, certes aujourd’hui inactive mais si belle.
Sa sévère façade qui surveille le canal est un jalon de notre histoire urbaine.

Depuis les années 1980, les lieux étaient occupés par les célèbres « Papillons Blancs » , association qui s’est spécialisée depuis plus d’un demi-siècle dans l’accueil des personnes en situation de handicap.

En 2019, les résidents sont partis s’installer au Raquet. Ce déménagement démontre en passant que l’écoquartier est plus souvent le bénéficiaire, au détriment du centre ville, d’un banal transfert d’activité.

Dans le Douaisis, rien ne se crée, tout se transforme.

Un joyau caché au yeux de tous

Depuis cinq ans, ce bâtiment était vide, soumis comme toujours aux assauts des squatteurs et au risque d’incendie.
On peut même y ajouter une activité plus ambigüe, l’urbex, dont un site internet illustre les exploits dans la ville et même plus loin.
Remercions toutefois ces « urbexeurs » locaux qui nous donnent l’occasion de juger de l’état de cette magnifique machinerie un an après le départ de l’association gestionnaire.

Parfaitement conservée comme cela avait été exigé lors de la rénovation du moulin, on se demande ce qui a ensuite empêché de l’exposer aux yeux des citoyens et des touristes.
Il est incroyable que cet aménagement – qui ne demandait qu’à être visité – soit resté inconnu de tous. Nous n’en serions probablement pas aujourd’hui à ramer pour sauver ce qui peut encore l’être.

Car, depuis l’abandon, les dégradations n’ont pas manqué, comme les montrent les récentes photos de la Voix du Nord.
C’est sans doute l’urgence – cette course contre la montre n’a pas concerné la seule machinerie du moulin – qui a poussé le propriétaire Norévie, notre célèbre « dodu dormant » , à se débarrasser de cette « friche » pour parler comme les élus municipaux.

La Scarpe rapportait gros

Il est bien triste d’appliquer à ce bâtiment un terme plutôt destiné aux usines déglinguées dont la région est coutumière.
On peut déjà y opposer la qualité de la rénovation réalisée à une époque qui parait aujourd’hui si lointaine, quand l’énergie et les idées ne manquaient pas du côté du pouvoir local.

C’est aussi et surtout le dernier témoin d’un passé glorieux, celui des céréales et de la farine qui ont juste, excusez du peu, créé la ville.
Chaque citoyen et plus encore les élus, fussent-ils escrologistes « gluten free » , doivent se persuader quand ils contemplent le beffroi, Notre-Dame, Saint-Pierre etc. que si ces bâtiments existent, c’est grâce aux moulins de la Scarpe.

Rappelons ces deux miracles, aucunement divins : d’abord la percée du « Pas de Vitry » qui a donné la force hydraulique nécessaire aux machineries et ensuite le droit d’étape qui a réservé à Douai le commerce des grains de toute la région.
En considérant l’ampleur des taxes collectées – sur les 16 moulins de la ville – on saisit toute la dimension économique de ces activités, très supérieure à celle de la draperie qui, de fait, a peu duré.

La Scarpe anastomosée du XVI°, les Augustins sont au milieu après l’entrée des eaux à droite.

Le témoin ultime d’un passé évanoui

Le stockage des grains puis leur transformation ont été, du Moyen-Age jusqu’au XIX° siècle, la clé du rayonnement douaisien.
De fait, la quinzaine de « fariniers » qui tenaient la meunerie locale constituaient une confrérie puissante. Leur taxation, payée en nature au Magistrat, était proportionnelle à la vigueur du courant, d’ailleurs plus importante à l’entrée des eaux qu’à la sortie.

Le Moulin des Augustins, pour cette dernière raison, possède une origine qui remonte très haut.
Elle est plus ancienne que son nom, qui renvoie à l’ordre mendiant installé à côté à la fin du XVI° siècle et qui faisait le pendant avec les Dominicains d’en face.
Un captage en amont – toujours visible – dirigé dans le bâtiment permettait la chute de l’eau qui actionnait la roue et ensuite toute la machinerie.

Le bâtiment actuel est évidemment plus récent. Construit au XIX° siècle, il a été ensuite modernisé, ainsi que le prouvent les installations actuelles.
Ces dernières, pour une grande part, datent des années 1930, ainsi le broyeur de la compagnie chartraine « Teisset-Rose-Brault » dont la rareté patrimoniale a même valu en certains endroits une inscription au titre des monuments historiques.

Pauvre moulin sans protection

Quel pronostic peut-on porter sur l’avenir de cette belle machinerie ?

La communication de la mairie n’annonce rien de bon. On nous sert une sorte de courrier d’attente, de ceux dont l’administration française a le secret.
C’est jouer la montre en espérant l’usure puis l’oubli de l’opinion. Sur un malentendu, ça peut marcher.

Au delà, cette machinerie « ne pourra toutefois pas demeurer en son état d’origine » , le promoteur ayant prévu à cet emplacement l’aménagement de huit logements, c’est bien bête…
Notre responsable de l’urbanisme met en avant l’absence de protection légale qui empêcherait de faire autrement.
La réclamer, comme cela pourrait être l’intérêt de la ville, ne lui vient visiblement pas à l’esprit.

Cette machinerie est donc vouée à disparaitre.

Qui peut croire, quand on connait l’efficacité de notre municipalité, qu’elle puisse être « valorisée » quelque part ? Dans l’église Saint-Jacques ? Dans les salles d’Arkéos ? Au passage Gayant ?
On la mettrait, selon la VDN, « dans les parties communes » mais pas de panique, on prévoit en même temps que « si c’est impossible » elle serait posée dans un autre lieu non précisé dans la ville, c’est à dire nulle part.
Lot de consolation, la roue du moulin serait « conservée » à côté du « local aux déchets » , salut qu’elle doit probablement au tour de force que représenterait son démontage.

Des studios de grand standing rennais ou marseillais

Quant au projet immobilier lui même, on nous donne des détails assez confus, insistant lourdement, comme un nuage de fumée à la Mirabeau, sur les « logements de standing » qui en seraient la clé.
Il est difficile d’attribuer ce critère à la « majorité de T2, et quelques T1 » destinés à la location que nous dévoilent les médias locaux.
On se dit in petto qu’installer dans ces murs « 40 logements » (soit une moyenne par appartement de 50 m2) risque fort de nous donner une bonne vieille concentration d’APL

On va en mettre du populo là dedans, va falloir se battre pour les places de parking…
© bureauvolant.com

Reste enfin, le profil de l’entreprise qui mène le dossier. Outre de savoir le prix de son achat, il serait utile d’en connaître la dimension, sachant qu’il s’avère bien difficile de trouver quelque part la trace précise de cette « Cassiopée rennaise » .

Élément encore plus brumeux, le panneau d’affichage de l’autorisation d’urbanisme, récemment installé, donne un autre bénéficiaire, une curieuse « SASU Tiembleue » qui parait localisée… à Marseille.
Comprenne qui pourra.

Quant aux architectes, ils viennent de Tourcoing et réhabilitent actuellement l’ancienne église du couvent des Clarisses qui n’est pas sans points communs avec le Moulin des Augustins.

——————

Pour conclure, on ne peut que saluer l’initiative des Amis de Douai qui tentent d’alerter l’opinion sur cette affaire.
Il existe encore dans cette ville des défenseurs du patrimoine urbain. L’impression de labourer la mer doit les saisir quand ils contemplent l’état de ça, ou ça ou encore ça.
Quand disparaitront ces méritants empêcheurs de tourner en rond, les règles de protection des monuments et des paysages s’envoleront à leur tour au nom d’intérêts obscurs toujours plus importants que les traces du passé.

Alors s’évanouira définitivement la beauté de la ville…

Alléluia !

Impossible de rester silencieux devant les nouvelles qui parviennent de Waziers : Laurent Desmons a été réélu dimanche soir, alléluia !

Il a triomphé de la malédiction lambresque après une campagne plutôt digne, dans un combat compliqué à tous les points de vue.
Si une triangulaire donne ses chances à tout le monde, par définition, rien n’est jamais sûr…

Regardons cela de plus près

D’abord, il faut se méfier des conclusions hâtives. Quand on ne dispose que des grandes masses de résultats, la répartition interne est toujours inconnue.

Un résultat en hausse peut s’expliquer par une arrivée d’abstentionnistes du tour précédent (la participation est passée de 47,5 % à 52,61 %), d’un glissement d’un candidat à un autre, bref, de toutes sortes de déterminations qui échappent parfois à la logique. Les proportions ne peuvent qu’être hypothétiques.

Une chose certaine, Laurent Desmons a gagné 226 voix entre le 1er et le 2° tour, clé de son succès. Il a devancé au final Jacques Michon par 1102 voix contre 952, lequel avait dépassé les objectifs du plan quinquennal, obtenant 952 voix contre 834 (+ 118).
Il est facile d’en déduire que les gains de ces deux-là proviennent des abstentionnistes mais surtout des défections de la liste Poulain qui a perdu 72 voix. La tendance est probable mais la prudence doit être de mise, ce n’est jamais si simple.

Quelques enseignements

Ce qui est avéré en revanche, c’est que la liste du maire sortant a été soutenue par un groupe de Waziérois plus nombreux que les autres pris séparément.
Parions que cette victoire sonne le glas d’un communisme municipal qui rejoint enfin la conclusion nationale d’une idéologie aussi dépassée que dévoyée.

Autre enseignement, on n’est plus dans l’instant Covid qui a largement perturbé les logiques politiques locales, même si Waziers a été une des rares cités nordistes à donner la victoire au challenger d’un sortant en 2020.
L’état d’esprit des électeurs qui ont opiné cette fois-ci n’était pas le même. Gageons, après trois ans d’exercice, que le socle électoral du gagnant est à présent plus ferme.

Dernier point à relever, l’impossibilité dans laquelle les listes Poulain-Michon se sont trouvées de fusionner entre les deux tours et qui a certainement joué dans le résultat final.
Aurait-il été différent si ces deux opposants s’étaient retrouvés ensemble contre Laurent Desmons ? Gardons cette question ouverte et observons la suite…

L’avenir Via Waziers

On a vu apparaitre, dès la proclamation des résultats, l’argument d’une « majorité » constituée par les perdants. 1509 suffrages n’ont effectivement pas voté pour le sortant (952 : Michon et 552 : Poulain).
Pour autant, il faut se persuader que les haines ont le même avantage que la laideur : elles durent. Si on s’était entendu pour faire tomber le maire, on se déteste trop pour que cela puisse aller plus loin. L’avenir le dira.

Outre ce qui précède, dans ces élections – ainsi celles du Sénat en termes de sièges – seul le résultat compte. « The winner takes it all » comme dirait l’autre puisque les sortants disposent à présent d’une majorité absolue au conseil municipal avec 21 sièges sur 29.

Bien que minoritaire en son sein (3 + 5 = 8 < 21), il est certain que le « coup de blues » passé, l’opposition va tenter de prospérer dans des « luttes » qui seront autant de sujets absurdes, en forme d’autobus en panne ou de piscine ruinée.
Que Laurent Desmons se rassure. Il sort de l’épreuve renforcé, avec une liste plus homogène au sein de laquelle le risque de la dissension est faible. Au fond, ce qui vient de se passer, c’est une bonne vieille purge. Il ne l’a pas voulue mais elle ne lui apporte que des avantages.

Autre avancée stratégique, il gagne sur un autre terrain, celui de la communauté d’agglomération, sortant du scrutin avec deux sièges sur trois.
Douaisis Agglo est un machin connu pour ses nombreux travers. L’arrivée du maire de Waziers va légèrement faire bouger les lignes. C’est toujours ça de pris.

Quelques conseils d’amis

En douaisinologues et voisins, osons quelques remarques dont on ne doute pas qu’elles soient déjà dans les plans municipaux.

D’emblée, il faut profiter de l’état de grâce qui suit toute victoire pour solder le dossier piscine. L’arbitrage est simple. Une rénovation est-elle à la portée du budget communal ? Probablement pas.
Le recours à Sourcéane dans une agglomération aux transports gratuits parait une alternative de bon aloi. Tout le monde abonde le budget de Douaisis Agglo, il n’y a aucune raison que Waziers n’en profite pas.

L’assainissement financier, amorcé, va se poursuivre. Lui seul donnera des marges de manœuvre à la commune, c’est à dire des moyens de sortir du marasme par des projets apportant de la plus-value.
L’objectif est connu : il est vital d’apporter à la ville, qui en a tant perdu depuis des décennies, de nouveaux habitants.

De ce côté justement, il parait indispensable de s’occuper de ceux du quartier Notre-Dame où le maire sortant ne parait pas être beaucoup apprécié.
Quand on connait son histoire mouvementée – qui explique en partie l’effondrement démographique de Waziers – il y a là un gisement politique de grande ampleur qui peut intéresser le destin municipal.

En conclusion, bien joué pour Laurent Desmons et surtout bravo aux Waziérois qui, comme les grands d’autrefois, ont préféré les promesses du futur aux malédictions du passé.

Paie ta flotte et tais toi !

Livré par un colporteur appointé dans nos boites aux lettres, le « Mag » de Douaisis Agglo débarque.
Si on fait abstraction du ridicule d’un organe de propagande payé par nos impôts, il s’avère une mine d’information quant à la frénésie de projets qui sortent du cerveau du président Christian Poiret.

Évolution = augmentation

Notre attention du jour se porte non pas sur ces annonces mirobolantes, leur temps viendra, mais sur un sujet plus trivial : l’eau, annoncée page 15 par un titre qui euphémise grave.
Pas « d’augmentation » , non, non, non, mais une « évolution du prix » dont on peut deviner, comme on est très malins, qu’elle a un lien avec un alourdissement futur de nos factures.

Une baisse, c’est l’hypothèse interdite, comme d’ailleurs un simple gel. Tout se dégrade, tout est plus cher, mais n’allons pas chercher ailleurs la solution du problème.

La distribution de l’eau n’échappe pas à cette facilité empruntée par nos élus sur tout et n’importe quoi, du traitement des ordures ménagères aux prélèvements des taxes foncières en passant par leurs indemnités.

La pluie sort des robinets

Disposer d’une eau courante en ouvrant un robinet est un prodige plus récent qu’on ne le croit. Dans les années 1920, à peine 20% des communes – les plus urbanisées – en disposaient à domicile.
La situation n’était pas brillante au sortir de la Seconde Guerre Mondiale : 70% des zones rurales n’étaient toujours pas desservies.

De fait, la couverture complète du pays n’a été réalisée qu’à la fin des années 1980, acmé de tous nos services publics comme on s’en rend compte de nos jours.
Dans le Nord, c’est à l’origine un simple syndicat intercommunal créé en 1950 qui s’est chargé de l’adduction des zones rurales.
Ce Noréade distribue aujourd’hui 750 communes des Hauts de France et même quelques unes au nord du Douaisis. Ailleurs, dans le territoire, c’est la communauté d’agglomération qui s’en occupe.

Noréade est partagée en deux finalités universelles qu’on doit toujours avoir en tête : l’eau et l’assainissement avec un prix qui est l’addition de ces deux facteurs.
D’un côté, le traitement des eaux usées et la gestion du ruissellement de la pluie bienfaitrice. De l’autre, les captages, la potabilisation puis enfin l’adduction de l’eau potable.

Agence de l’eau et gestion communautaire

L’agence de l’eau Artois-Picardie est – chose extraordinaire quand on considère ces deux termes – située à Douai.
Bras armé de l’État sur la flotte collective, son utilité interroge quand on sait que les communautés d’agglomération possèdent à présent cette compétence par obligation depuis 2014.

Douaisis Agglo gère ainsi « le cycle de l’eau » , lequel – pas de panique – est mis en œuvre par des prestataires privés (Véolia), dans huit communes de l’agglomération qu’il nous faut citer :
-Aubigny-au-Bac, Courchelettes, Dechy, Douai, Flers-en-Escrebieux, Fressain, Sin-le-Noble et Waziers. Noréade prend en charge les 27 restantes.

Les foyers « abonnés » découvrent donc dans le « Mag » le nouveau tarif, le mètre-cube (m³) passant de 3,62 € à 4,19 €.
Comme on aime les calculs rigolos, en prenant comme base la consommation moyenne par foyer français (120 m³ par an), la douloureuse passe donc de 435 €/an à 503 €/an, « petite » évolution de 68 €, soit 15%… Une paille…

L’organe de propagande indique que ce nouveau prix serait « un des plus bas dans la région » .
Ce baratin est facile à démonter. Hors la zone de Calais qui culmine à 4,5 €/m³, Lille est à 4,02 €/m³ et Dunkerque à 4,09 €/m³.
Encore mieux, ce prix, qui est n’est pas « TTC » , est en réalité plus élevé : 4,61 €/m³ à Douai.
Il faut ajouter en effet la TVA (7%), la ponction de l’Agence de l’Eau (13%), le reste du prix comprenant l’assainissement (45% part en constante augmentation) et l’eau (25%).

Tout augmente, ma pauvre dame

Toutes les justifications à la hausse ne sont pas sans rappeler celles de notre ancien président du SYMEVAD quant à l’inéluctabilité de la montée de la TEOM.
On y trouve l’ébouriffant « durcissement de la règlementation » (ah, bon, laquelle ?), la « hausse du coût de l’énergie » (on chauffe l’eau au gaz russe ?) et le « maintien du patrimoine » (on doit parler des canalisations romaines…).

On a du mal à comprendre que ces arguments n’apparaissent qu’aujourd’hui. Ainsi le redoutable « perchlorate » qui provient du TNT abondamment utilisé chez nous entre 1914 et 1918. C’était hier…
Il y a aussi les « fuites » du système que des études nationales établissent en moyenne à 20% de l’adduction. Nous serions, parait-il, très en dessous. Tant mieux, la dépense n’en sera que plus limitée.

S’ajoute « la lutte contre l’imperméabilisation » des sols, laquelle serait responsable des inondations dans le pays.
Il faut mettre des bottes et faire la guerre au macadam tout en espérant que le curage des fossés et autres caniveaux accompagne bien cette stratégie (CGCT L 2226-1).

On a enfin la « modernisation » des stations d’épuration. Il est vrai qu’on découvre jour après jour – au rythme de l’extension continue d’une réglementation bourgeonnante – des substances que notre territoire ignorait jusqu’alors.
Pas sûr qu’elles soient vraiment dangereuses mais bon, si ça justifie la hausse des factures, c’est toujours ça de pris.

Une taxe qui n’en est plus une

Cela pour se rendre compte que le prix de l’eau n’est plus connecté au coût du service qu’elle réclame. Ce n’est pas nouveau. Taxes et redevances ne relèvent déjà plus vraiment en France de leur définition juridique.

Pour preuve l’incroyable variation des factures dans le pays, lesquelles correspondent mal aux conditions orographiques des territoires. En 2021, si le prix moyen de l’eau était de 4,34 €/m³, les disparités sont énormes.

Le Havre est à 4,74 €/m³ quand Strasbourg plafonne à 2,88 €/m³. Le Bas-Rhin est champion de l’eau bon marché avec une moyenne de 2,90 €/m³ tandis que son voisin le Haut-Rhin est presque au double : 5,06 €/m³.
Les deux Seine, la Maritime et la Marne, sans doute à cause de ce toponyme commun, battent tous les records : 6,12 €/m³.

Plus bizarre encore, le découplage entre la pluviométrie et le prix. La région PACA, plutôt sèche, est à 3,69 €/m³ quand les Hauts de France, pays des parapluies, sont à 4,73 €/m³ en moyenne.
L’examen des précipitations dans la région depuis 60 ans apprend même qu’elles ont augmenté sur la période, de 190 mm cumulés sur la côte à 70 mm au sud. Ce ne sont pas les habitants des bords de l’Aa ou la Liane qui nous contrediront…

Le prix va sauver la planète

La valeur de l’eau dans le Douaisis dépend donc de facteurs obscurs, faute de connaître avec exactitude le coût réel de sa gestion rapporté aux redevances réclamées aux utilisateurs.

On arrive dès lors – approche parfaitement assumée par nos décideurs – au prix transformé en outil stratégique.
Comme l’indique un spécialiste de l’égalité homme-femme, par ailleurs directeur de l’Agence de l’eau, augmenter la facture des utilisateurs possède une vertu : les pousser à réduire leur consommation.

Il n’est pas impossible qu’on ait affaire à un mécanisme inverse, à savoir la baisse régulière – à prix constant – des consommations qui oblige à un maintien de la manne donc une hausse des taxes.
Tout entrepreneur sait que lorsque la vente d’un produit s’affaisse, la réponse par une augmentation de son prix ne révèle qu’une chose : l’excès des coûts fixes, notamment ceux du personnel.

Depuis vingt ans, les usages domestiques se réduisent régulièrement avec des factures qui augmentent… 100 litres par jour et par habitant en 1975, 170 en 2004, 145 actuellement. La tendance est à -1,4% par an.

Si les consommateurs que nous sommes sont régulièrement culpabilisés dans les médias et ailleurs, nous apparaissons peu gourmands en eau douce quand on compare notre « empreinte » à celle de l’agriculture ou mieux, des centrales électriques : 5,3 milliards de m³ contre les 16 milliards de m³ que consomment ces merveilles censées sauver la planète…

La production d’eau potable est la consommation des foyers

Coûts et prix, quelques hypothèses…

Pour finir, quelques calculs à la graisse d’oie à partir des chiffres – aussi nombreux que variés, jamais sourcés – qu’on trouve dans les publications locales. Les biais doivent être épais mais l’ensemble prouve une chose, l’incertitude des données.

Prenons une consommation moyenne de 150 litres d’eau potable par jour. Avec un prix du litre à 0,5 centimes d’€, on arrive à un coût annuel de 273,75 €.

Du côté des revenus de ces « pompes à phynances » , pour une consommation moyenne de 150 m³ par an, au prix nouveau, les 44500 abonnés apporteraient 23 millions d’€.
D’autres sources donnent même 30 000 bénéficiaires, ce qui réduirait la manne, dès lors passée à 18,8 millions d’€.
Ces variations dépendent évidemment de la répartition des consommateurs « assainissement/eau » dans des proportions difficiles à cerner.

En prenant l’affaire par un autre bout, on apprend que 3,9 millions de m³ auraient été vendus en 2021. L’unité mise à 4,19 €, le gain pour Douaisis Agglo serait donc de 16,3 millions…

Si vous êtes comme nous, vous avez du mal à saisir l’étendue de la cagnotte mais une certitude, elle n’est pas mince.

De fait, n’ont pas été abordés ici les sujets de la régie et de la délégation, sachant que cette dernière a été choisie de longue date pour l’eau douaisienne.

L’état florissant des sociétés gestionnaires, ainsi de la Lyonnaise transformée en Suez puis en Véolia, démontre que le précieux liquide peut rapporter gros. Il peut aussi connaître le contraire, ce qui démontre la complexité d’un marché très éloigné de la concurrence « libre et parfaite » .

Pour autant, il est difficile de trancher entre l’intérêt d’une régie, courante dans les grandes métropoles, et celle d’une délégation souvent présente dans les habitats plus dispersés.

——–

Bref, que dire pour conclure ? On rêve de connaître un jour un débat sérieux sur la gestion locale de l’eau, à ce moment historique où la couverture totale du territoire enfin réalisée, on aboutit à la régression de la consommation accompagnée de l’explosion des tarifs.

Le « prix évolue » certes, mais parions que ce ne sera jamais vers sa diminution pour les génies qui nous gèrent.

Viendra alors le moment où tous ceux qui le pourront adopteront le circuit court de l’autonomie – gratuite – par récupération de leurs eaux de pluie ou la réanimation de leurs puits ancestraux.

Il restera alors à des abonnés en diminution à payer une eau potable de plus en plus chère tandis que la population dans son ensemble sera contrainte, quoi qu’il arrive, d’assumer un assainissement à prix d’or.



Ces faits-divers qui ne le sont pas

La langue française sait nommer les choses et les gens par des formules subtiles. Elle a ainsi inventé le terme de « fait-divers » dont le Larousse nous dit qu’ils sont des « événements sans portée générale qui appartiennent à la vie quotidienne » .
On les retrouve avec intérêt dans nos journaux favoris, la Voix du Nord en tête, et plus encore dans ses pages consacrées au Douaisis.

Le curieux, c’est que quand on les met tous ensemble ils ne sont pas trop divers.
Que racontent-ils ? A peu près systématiquement des faits de violence, les uns toujours plus graves que les autres : ça s’ennuie, ça traine, ça boit, ça se drogue, ça agresse, ça cogne, ça vole…

On voudrait pousser l’opinion locale à accroitre son « sentiment d’insécurité » qu’on ne s’y prendrait pas autrement.
Si ces faits-divers appartiennent incontestablement à la vie quotidienne douaisienne, ils possèdent une sacrée portée générale…

Pas de trêve pour les violences douaisiennes

C’est ainsi, pour évoquer les plus récents, l’attitude d’un agité alcoolisé dans un de nos bus gratuits ou l’agression d’une femme sans défense par un « toxicomane » à la station service de Waziers.
Les jours où n’apparaissent pas dans les colonnes ces événements sont rares. Ils laissent à penser que notre territoire est tout sauf une terre de paix et de concorde.

L’un d’entre eux a attiré l’attention des Douaisinologues pour ce qu’il apprend de notre situation sécuritaire. Publié le 2 janvier dans la Voix du Nord, c’est un cocktail du Nouvel An.

Son titre, déjà, fait flipper : « Un colporteur lynché puis enlevé à Douai, sa voiture et ses agresseurs introuvables » .
On croit qu’il s’agit d’un vendeur de rubans et de boutons comme il y en avait autrefois dans les campagnes.
Erreur.
Il s’agit d’un gars qui distribue dans les boites aux lettres des journaux ou des prospectus commerciaux.

Cloportes vs colporteur

Ce fait d’hiver se passe à Dorignies qu’on connait habituellement pour la batellerie, le « château Treuffet » mais aussi pour sa pauvreté, les ouvriers et mineurs des anciens beaux jours étant largement remplacés aujourd’hui par de très nombreux chômeurs.

Les colporteurs bossent en famille, père et fils, mais rien à voir avec Lauwin-Planque. Ils viennent en voiture avec un vélo dans le coffre.
Cette façon de faire illustre la solidarité des gens de peu du Nord. La famille se serre les coudes pour s’en sortir, à cette époque folle où la glande rapporte plus que le boulot.

« Julien » , dont la VDN nous dit qu’il s’agit d’un nom d’emprunt – histoire d’éviter la publicité ou les représailles, on ne sait pas trop – utilise son vélo pour alimenter rapidement les boites aux lettres avec ses imprimés.
La tournée finie, le biclou est mis dans la voiture.

Il est 6h30 du matin à Dorignies. Il fait encore nuit mais les cloportes sont de sortie. Ils ont trouvé leur victime : un colporteur qui ne fait de mal à personne.

Ils « sentent fortement l’alcool » . En absence de danger, il faut se donner du courage.
Après que l’un d’entre eux ait arraché le vélo de Julien pour partir avec, le reste du groupe le bouscule tout au long de la rue Jean Jaurès « en lui parlant de son récent séjour en prison » (des anciens co-détenus ? Ce n’est pas précisé…).

Les animaux attaquent pour tuer

On imagine sans peine la hâte du pauvre colporteur à rejoindre son père et sa voiture salvatrice.

Mais, Place de la Batellerie – qu’on pourra à présent dénommer place de la Convivialité comme à Douailes coups pleuvent.
Pour avoir une idée du niveau de la dégelée, on apprendra plus tard que Julien en est sorti avec plusieurs fractures au visage (nez, mâchoire, arcade sourcilière…). Rien que ça.

Son père, de sa voiture, voit ce déchainement de violence. Dans l’obscurité, il ne comprend pas qu’il s’agit de son fils mais en « bon samaritain » , malgré les risques, il sort du véhicule pour intervenir.

C’est à son tour d’expérimenter le passage à tabac. Son agresseur, nous dit la VDN, « était une furie, une vraie bête déchainée » . Quand il s’arrête, le père, qui peine à reprendre ses esprits, voit sa voiture démarrer avec son fils dedans et le méchant cloporte au volant.

Là, on entre dans une autre dimension, celle où tout peut se passer, y compris le meurtre, si on mesure l’agressivité du tabasseur, l’absence de témoins donc l’impunité.
Après quelques kilomètres, la voiture s’arrête. C’est un Julien mal en point qu’on balance au bord de la route, à Flines les Râches. Des riverains méritants le prennent en charge avant qu’il soit transporté au centre hospitalier de Lille.

Violence et impunité

Au final, comme l’indique le titre de l’article, les agresseurs seraient depuis « introuvables » . Souhaitons qu’on mette la main dessus et que la justice passe lourdement.

Il n’est pas du tout certain que cette conclusion, dans ce pays fou, soit possible.
Ce qui est sûr, en revanche, c’est que ses collègues colporteurs y regardent de près avant d’alimenter les boites aux lettres de Dorignies.

La VDN nous dit que ce n’est pas la première fois que l’un d’entre eux, dans le Douaisis, est « victime d’un vol de voiture pendant sa tournée » .
Au final, ces courageux travailleurs du petit jour prennent des risques disproportionnés considérant le revenu qu’ils en tirent.
On peut subodorer de plus qu’ils sont sans doute pour la plupart des « auto-entrepreneurs » au bord de la précarité.

La conclusion de l’article vaut son pesant de réputation pourrie pour la ville à travers les mots d’un spécialiste du colportage : « on voit bien que sur Douai, c’est devenu dangereux » .
Les colporteurs ont en effet intérêt quand il aperçoivent « des gens qui trainent la nuit et tôt le matin en train de boire » de passer leur chemin, surtout dans ces rues obscures que n’éclaire plus rien.

Douaisien, quand tu ouvres ta boite aux lettres, pense au pauvre colporteur qui, dans ta ville, a bravé la mort pour apporter ses prospectus au pied de ta porte.

Conte (ou comptes) de Noël…

Le Père Noël, rompant avec son habitude de ne venir qu’en fin d’année dans nos contrées, a fait avant le jour de Noël un premier passage furtif à Lambres-lez-Douai.
Son but était de vérifier que la gigafactory chinoise de fabrication de batteries pour véhicules électriques pourrait aussi le fournir en batteries rechargeables pour ses jouets écologiques.

En traineau jusqu’en Chine…

Constatant que la question n’était pas « open » , ce grand barbu au sourire si doux a décidé d’aller d’un coup de traineau jusqu’en Chine rencontrer l’industriel chinois financeur du projet local, pour négocier un accord afin de servir ses clients, enfin ceux qui aiment les cadeaux.

Las, les Chinois (maigres par nature et montrant généralement une mine austère…), n’avaient jamais rencontré un personnage aussi replet, habillé en rouge communiste, qui se déplace comme un missile… Dans un traineau tiré par des rennes…

Un de leurs ballons espions ayant flashé le véhicule à une inquiétante vitesse supersonique, leurs services secrets, circonspects, ont immédiatement adressé une note bleue au Président chinois Xi Jinping, l’informant du projet d’arrivée d’un missile européen labellisé OTAN !

Le président chinois Xi Jinping, homme souriant au demeurant, enfin qui s’y efforce, refusa le visa, avec pour seule explication : 它不会这么做 Tā bù huì zhème zuò , ce qui veut dire en français « Ça va pas le faire » … 

Dépité, mais toujours gaillard notre homme a décidé de rentrer dans le grand Nord, préparer le Christmas-Red/Sunday.

Lauwin-Planque en vélo…

Passant par hasard à Lauwin-Planque, charmant village proche de Douai, il s’est arrêté pour constater que les bois de ses rennes n’accrochent pas sous le pont de la RD qui le traverse…
Son traîneau passé, une idée lui est venue… Pourquoi pas la caravane du Tour de France aussi ?

Apprenant, après coup, que leur village serait un point de départ d’une étape du Tour de France 2025, certains qui, sur place, croient encore au Père Noël, ont pensé qu’il tenait à remercier la municipalité pour son marché de Noël de taille King Size…

Cette explication ne tient pas après constat puisqu’il ne s’est même pas rendu à la Mairie pour l’annoncer…

Tenus à l’écart des négociations qui ont pu se tenir en catimini avec la direction de cet évènement sportif… Les habitants ont découvert dans la presse l’annonce faite à Lille par quelques sommités régionales satisfaites de leur exploit…

Pour les « Vigilants » locaux et autres oubliés de la conférence de presse lilloise, ce « cadeau de Noël » n’en est plus un… Puisque le village déboursera 300 000 € à sa livraison dans la cheminée de la Mairie (soit 15% des charges annuelles de fonctionnement)…

Tenu à l’écart aussi, comme Gayant et sa famille qui seront pourtant de sortie ce jour-là, le Maire de Douai, qui avait enfin nommé correctement son Marché de Noël jusqu’alors Douai d’Hiver, en est resté bouche bée…

Mais qui donc aujourd’hui croit encore au Père Noël ?

Après Lambres, Waziers…

Nouvelle qui aiguise l’intérêt des douaisinologues : Waziers va rejouer les élections municipales après la démission d’une partie du conseil jeudi dernier.

Les bisbilles internes, ininterrompues depuis la victoire de Laurent Desmons, entrent à présent dans une phase plus concrète qui n’est pas sans rappeler nos affaires lambresques.

Les ressorts de l’évènement sont les mêmes avec ses trahisons, ses bas intérêts personnels et l’envie d’être calife à la place du calife.

L’entrée sera-t-elle suffisamment grande pour qu’y passent tous les candidats ?

Dynamo de Moscou contre USM Waziers

Toutes les coteries créées au sein du conseil se sont alliées pour démissionner en bloc. Il ne reste donc plus au maire suffisamment de conseillers pour faire tourner la machine.
Les électeurs vont retourner aux urnes dans un délai trois mois maximum, ce qui nous mène début mars. On verra d’ailleurs si le record de rapidité lambresque – 50 jours – sera à cette occasion battu.

Il y en a un qui doit se frotter les mains. Non pas notre ami habituel, encore que, mais le dinosaure communiste qui n’a jamais digéré une défaite qui l’a plongé dans l’opposition après vingt ans de règne sans partage.

A 75 ans et des brouettes, Jacques Michon sera à la tête d’une liste de reconquête. Il va sauver la ville, c’est sûr et certain, comme il l’a sauvée avant. Son intérêt se confond d’ailleurs avec elle.

Le Communisme municipal adore la pauvreté

Waziers, c’est la ville pauvre de la banlieue de Douai, presque l’inverse de Lambres sur pas mal de plans. Il suffit de se plonger dans sa fiche INSEE pour mesurer l’effet de ses cent ans de gestion communiste sur sa santé.

Plus que partout ailleurs dans le territoire, la perte démographique est vertigineuse après le point haut de 1968. Comptant alors 11000 habitants, Waziers en accueille aujourd’hui à peine 7000.
Les marqueurs de pauvreté sont sévères, ainsi la part de la population sans aucun diplôme (34%) qui renvoie à son importante proportion inactive ou au chômage, respectivement 35% et 27%.

Waziers, c’était la ville des mineurs dont toute la vie, de la naissance à la mort, tournait autour du charbon et du marxisme tendance stal.
On se souvient – rare instant historique de la cité – du discours fleuve de Maurice Thorez, enfant de Noyelles-Godault, venu défendre en juillet 1945 la « bataille du charbon » au nom du gouvernement d’alors.

Ah ! C’était le bon temps ! L’avenir vers… La Gauche

Un dinosaure marxiste trompe énormément

Évidemment, depuis, l’eau a coulé sous les ponts de la Scarpe. L’érosion de cette idéologie d’un autre âge a réduit inexorablement l’audience des camarades waziérois.
On se demande même comment ils ont réussi à se maintenir à la tête de la municipalité jusqu’en 2020, frôlant régulièrement l’échec à quelques dizaines de voix près.

On comprend dès lors l’exploit de Laurent Desmons quand il a terrassé Jacques Michon mais surtout « l’appareil » militant mis à son service.

Si on en juge par l’agressivité oppositionnelle du maire déchu depuis cette date, ce dernier n’avait pas très bien encaissé l’affront qu’avaient osé lui faire les électeurs.
Il est né trente ans trop tard, l’ami Michon. C’était quand même plus pratique le parti unique à candidat unique au nom de la dictature du prolétariat.

Rien n’étaient d’ailleurs plus risibles que ses appels, depuis la défaite, à la « démocratie » toujours malmenée par son rival évidemment méchamment « autoritaire » .
On avait aussi la dénonciation de son « clientélisme » , ce qui ne manque pas d’intérêt quand on examine son lourd passé de maire.

Le mystère Bänsch

Rappelons les mésaventures de son premier adjoint, héritier annoncé, Steve Bänsch, débarqué fin 2017 pour des motivations obscures.
Comme toujours avec les Communistes, il faut, dans toute décision, en chercher la « vraie raison » .
Il ne serait pas impossible que le vieux maire accroché à sa rente ait été inquiet de l’ombre que lui faisait ce jeune militant aussi actif qu’apprécié dans la commune.

Cette éviction a été un des facteurs de l’échec du sortant quand on analyse les résultats du premier tour des dernières municipales. En effet, si Laurent Desmons avec 881 voix (36%) était arrivé devant Jacques Michon et ses 823 voix (34%), le jeune Bänsch avait cartonné avec 703 voix (29%).

Le deuxième tour, réalisé après le confinement, avait réservé des surprises. D’abord, l’abandon de la liste Bänsch qui pouvait se maintenir mais ne l’a pas fait, appelant du bout des lèvres au « changement » .
Signe que les électeurs le voulaient, le changement, le taux de participation était passé de 49% à 53%, donnant la mairie à Laurent Desmons avec 1514 voix (57%) tandis que le sortant se ramassait avec ses 1113 bulletins (43%).

Les « luttes » c’est bon pour la fraction oppositionnelle

Depuis les dernières élections, Steve Bänsch s’est reconverti dans la communication de la mairie d’Auby, évolution professionnelle plutôt symbolique quand on pense au plantage bienvenu de M. K.

Les sujets de dispute au sein du conseil de Waziers ressemblent à ceux qui avaient déchiré celui de Lambres. Toute tentative d’économie budgétaire a été, dès 2020, ressentie dans cette ville comme une trahison.
Sans doute la rareté des contribuables dans la commune font croire à ces opposants que « l’argent public est gratuit » .

La fermeture de la piscine à bout de souffle qui coûtait un bras a, entre autres, cristallisé ce sentiment facile. Une « lutte » fructueuse pour Jacques Michon qui, si on en croit ses hurlements, voyait la jeunesse waziéroise condamnée aux pires sévices par absence de bains.

La piscine de Waziers… Bon, ce n’est pas Sourcéane, on en conviendra…
© La Voix du Nord

Même punition avec la situation du Centre Social Henri Martel, chasse gardée de syndicalistes qui se confondaient avec les partisans du maire déchu. Laurent Desmons avait bien du mal à remettre cette machine à but politique dans son objet social originel.

Un manoir normand ? Un local syndical ? Un centre social ? On vous laisse deviner.

Waziers de droite ou de gauche ?

Les pronostics électoraux apparaissent aussi difficiles à faire qu’à Lambres. Waziers est une ville incontestablement de gauche, traversée par les extrêmes selon des déterminations qui échappent à toute logique.

Déjà un truc curieux, le rapport électeurs inscrits/habitants. Si Douai et Sin le Noble, les deux grosses voisines, tournent autour de 40% des habitants portés sur les listes, ce taux est de 70% à Waziers.

Les législatives de juin 2022, dernier point de repère, ont permis au camarade Bruneel (PCF) de ramasser dans la commune 1036 voix (57%) contre 767 (43%) au sieur Marchio (RN) qui a toutefois remporté la 16° circonscription.
La faiblesse du taux de participation démontre que dans cette commune, l’abstention massive valorise la mobilisation des clans familiaux communistes.

Les présidentielles étaient encore plus singulières.
Au premier tour, le candidat du Parti Communiste n’a pas brillé, pourtant régional de l’étape puisqu’il était l’ancien attaché parlementaire du député de la 16° du Nord, Jean-Jacques Candelier.
En dépit ou à cause de tous ces avantages, Fabien Roussel a réalisé un tout petit 6% (203 voix…) dans cette commune donnée pourtant par les médias comme un bastion du PCF.

Quoi qu’il en soit, au second tour, avec une participation passée de 67% à 60%, c’est Marine Le Pen qui, à Waziers, a ramassé la mise, obtenant 1736 voix (58%) contre 1257 pour Emmanuel Macron (42%).
Le gars du Touquet contre la dame d’Hénin, tout un programme… On imagine le dilemme pour les Waziérois

Waziers va-t-il redevenir marxiste tendance groucho ?

A quelle sauce, donc, va être mangé Laurent Desmons ? Difficile à dire.

Visiblement, les oppositions se sont rapprochées depuis les élections de 2020 et les lâchages successifs au sein du conseil, sur le principe bien connu des « ennemis des ennemis qui sont mes amis » .
La démission collective des conseillers a été concertée entre ces gens là, tous ligués contre le maire.

En dépit de cet arrangement, on doute que Jacques Michon puisse mettre sur sa liste ses opposants d’hier, Ophélie Poulain et surtout Karim Bachiri, lequel n’était pas un grand ami de l’ancien maire quand celui-ci était aux manettes.

Compte-rendu du conseil du 30 octobre 2014, avec le père Michon, c’était la bonne ambiance….

Il est certain qu’on va rejouer, une décennie plus tard, le match de 2014 où Jacques Michon avait affronté au premier tour deux listes concurrentes.
Leur fusion – cette fois-ci à l’évidence exclue – les avait amenés à perdre de moins de cent voix… sur 3280 votants…

On s’achemine donc, très probablement, vers une bonne vieille triangulaire qui risque fort d’infliger aux Waziérois le retour en mairie du dinosaure communiste qui les a si bien gérés dans le passé.

Le camarade Michon devrait d’ailleurs se retourner pour contempler son œuvre.
Après ses deux décennies de pouvoir, son bilan fait peur, d’abord quant à cette misère si utile qu’on en arrive à croire qu’elle ne doit surtout pas disparaitre.

En ce combat douteux, un conseil à Laurent Desmons dont les efforts pour sortir Waziers du marasme ne peuvent qu’être salués : bien choisir ses colistiers avant de décrocher la victoire.

On lui souhaite les deux…

Douai en 1900

Vue début XX° prise du beffroi de Douai

Les connaisseurs de l’histoire douaisienne sont familiers des mémoires de Madame Camescasse que nous avons présentés voilà quelques temps.
À la même époque – sans doute  la plus prestigieuse avec le XIII° siècle – d’autres témoins ont évoqué notre ville dans leurs souvenirs ou leurs carnets de voyage. Il n’est jamais inutile de s’y plonger.

On connait ainsi le célèbre Hippolyte Taine qui a fait de brefs séjours à Douai à la fin du Second Empire mais surtout le géographe Raoul Blanchard qui y a résidé à partir de 1900.

Y demeurant deux années scolaires, l’ancien professeur a donné de ce séjour d’intéressants détails sur notre ville à l’aube du XX° siècle.

Une riche carrière universitaire

Né en 1877, Raoul Blanchard était le fils d’un inspecteur des eaux et forêts. Il fut, par leur commune origine orléanaise, proche de Charles Péguy dont il a laissé un beau portrait, éprouvant envers cet aîné des « sentiments dont il se départirait jamais : admiration et soumission » .

C’est sur le conseil du « grand homme » qu’il choisit la voie de l’enseignement et l’École Normale Supérieure où il dévoila des capacités exceptionnelles.
Reçu premier à l’agrégation d’histoire-géographie, il fut, à la suite de ces succès, professeur de lycée à Douai puis Lille, avant de se lancer dans la carrière universitaire.

Disciple de Vidal de la Blache, Raoul Blanchard est un des grands pionniers de la géographie moderne, notamment par sa thèse célèbre « La Flandre » , soutenue à Lille en 1906, somme qu’on peut encore lire aujourd’hui avec profit.

Il se tourna ensuite vers les études alpines après avoir créé la chaire de géographie à la Faculté de Grenoble. Son audience fut rapidement internationale. Après Harvard, il exerça au Québec où « ce père de la géographie montréalaise » laissa un souvenir inoubliable, à tous les points de vue.

A la fin de sa longue existence, Raoul Blanchard, écrivit deux livres de souvenirs (1961 et 1963) dont la précision, un demi-siècle plus tard, est étonnante.
Si notre cité a, comme tant de choses, oublié son court passage, ce témoignage est là pour nous le rappeler.
Il nous offre surtout, par ses descriptions pleines de verve, la belle apparence du « Douai en 1900 » .

Douai vu par un géographe

Blanchard a su saisir les mutations de la cité, certes avec la disparition récente de ses fortifications, mais surtout le vigoureux développement industriel de sa périphérie du fait de l’extraction minière.

D’où une différenciation sociale et spatiale qui s’accuse au début du XX° siècle : « les divers éléments de cet amalgame paraissaient vivre à l’écart les uns des autres. Les magistrats ne frayaient guère qu’entre eux ou avec quelques gros propriétaires fonciers. Les officiers se fréquentaient entre officiers.
Les ouvriers des usines et les travailleurs du charbon vivaient dans les faubourgs. Au nord de l’enceinte, des mineurs occupaient à Dorignies le groupe de corons le plus navrant que j’ai jamais vu » .

La rue principale de Dorignies (aujourd’hui Jean Jaurès) et son célèbre estaminet « Au bon Coin »

L’analyse géographique ne perd pas ses droits. Blanchard livre une description qu’on pourrait avec profit placer dans les actuels manuels scolaires :
« les fonctions urbaines de Douai étaient complexes. Depuis deux siècles, la ville était le verrou arrière du système fortifié de Vauban et, comme tel, entouré d’épaisses fortifications qu’on avait récemment fait disparaître.
Mais il lui en était resté un rôle militaire éminent, avec une forte garnison de deux régiments d’artillerie, des fantassins, un arsenal.

Il est vrai que la ville avait conservé sa cour d’appel, une des plus étoffées de France, qui comportait tout un cortège de magistrats et de gens de la basoche. Le rôle administratif qui avait été longtemps l’apanage de Douai, chef-lieu du département du Nord lors de sa création, n’en était pas moins fortement amoindri.

La palais de justice, ancien Parlement de Flandre, avec sa belle façade XVIII°, œuvre de Lequeux.

Mais la ville avait conquis d’autres qualifications. Établie juste au bord méridional du ruban charbonnier, à distance presqu’égale de la frontière belge et des dernières fosses du Pas-de-Calais, elle était devenue la capitale du bassin houiller. C’est dans ses murs que se réunissaient périodiquement le Comité des Houillères.

Attiré par la proximité du charbon, des usines s’étaient installées dont la plus puissante, qui travaillait les métaux, s’appelait les « Etablissements Cail » et c’était vraiment une grosse affaire. Ainsi la combinaison était elle assez hétéroclite » .

Disparités urbaines et rurales

Après avoir espéré en vain le lycée d’Orléans, le « cacique » de la promotion reçut, faveur de l’administration, un poste à Douai, nomination qui devait en théorie lui permettre de profiter de la proximité de Paris, ce qu’il ne fit pas comme nous le verrons plus loin.

L’ancienne gare de Douai, construite en 1846, a été détruite lors du bombardement allié d’août 1944 qui conduira à la réorganisation complète du quartier de la gare.

Il débarque de la gare accompagné de sa mère pour découvrir juste en face « le haut mur sévère d’une caserne d’artillerie, paysage austère qu’un de mes collègues comparait irrévérencieusement à La Roquette » .

Ce bâtiment, dont une des façades longe la place Saint Jacques (future Carnot) était l’ancien collège des Anglais. Cette « caserne Durutte » sera détruite à la fin de la Grande Guerre.

L’austère façade de la Caserne Durutte de la place Saint Jacques

Pour autant, cheminant vers la rue Saint Jacques, il observe une ville « habitée bourgeoisement, entremêlant des rues commerçantes et des voies aristocratiques.
L’aspect n’en était pas désagréable, d’autant que ces rues étaient soigneusement balayées, à la charge des occupants des immeubles qui devaient nettoyer jusqu’au milieu de la chaussée » .
Il aperçoit ensuite « la rivière de Scarpe (qui) traversait la ville, rivière asservie et enchaînée. Ce n’était guère qu’un large canal sans courant apparent, ligoté entre des quais de pierres mais animé par le continuel passage des péniches. « 

La « rivière Scarpe asservie et enchainée » à l’entrée des eaux …

L’impression que lui laissent les bâtiments est positive. Il apprécie « les fortes maisons d’un ou deux étages (qui) dressaient de hauts toits roux, tout empennés de cheminées. Elles s’aéraient d’une multitude de fenêtres garnies de fins rideaux impeccablement entretenus » .

Il sera ensuite, quand il connaîtra mieux la cité, frappé par la multitude des « édifices publics » dont profite la ville. Il tient à faire une liste qu’il est intéressant de comparer à notre équipement actuel :
« caserne, arsenal, palais de justice, lycée, école de musique, école des industries alimentaires (ancienne université), prison, couvent – dont celui des jésuites anglais – églises, dont certaines d’une architecture estimable et enfin le très noble hôtel de ville érigeant une tour à clocheton du meilleur effet » .

L’hôtel de ville et son célèbre beffroi. Devant, l’entrée inaugurée par Jules Maurice sous le Second Empire

Toujours facétieux, le jeune professeur ajoute à ces remarquables infrastructures l’aménagement suivant : « il est enfin un trait qui m’a frappé dès mes premiers contacts avec la ville : l’abondance des vespasiennes. Il y en avait partout. Mon sens géographique me suggéra aussitôt que la présence de ces édicules était lié à un usage constant et copieux de bière » .

Pour finir, Blanchard ajoute qu’il « estimait d’autant plus la ville que la campagne environnante était atroce. Grand marcheur et géographe, je voulais explorer la contrée et y faire de longues randonnées. J’y renonçais vite, tant le spectacle était peu ragoûtant.
Des routes pavées ou boueuses, d’insipides labours. A l’horizon, les silhouettes grimaçantes des terris voisinant avec les chevalements et les hautes cheminées des sièges d’extraction
.

La fosse 3 des mines de l’Escarpelle à Dorignies

Partout, l’odeur écœurante montant des silos à betterave. Il fallait aller loin jusqu’au marais de la Sensée à Arleux pour trouver une nature modeste mais impolluée, de l’herbe, des joncs, des peupliers, des eaux. Je regrettais le Val de Loire et me retranchais dans la ville » .

Le lycée de Douai

L’enseignement, c’est logique, occupe beaucoup les Mémoires du jeune agrégé. Mais à l’inverse de Taine, trente ans plus tôt, les relations universitaires comme d’ailleurs celles avec la notabilité locale, prennent peu de place dans son témoignage.

La rue de l’Université, laquelle est remplacée – à droite par l’école des industries agricoles

Il arrive en effet une dizaine d’années après le déplacement des facultés à Lille qu’il approuve : « on lui avait enlevé son université pour la transférer à Lille et c’était justice. Mais les Douaisiens en avaient gardé une solide rancœur » . On sait que ce déménagement, en 1887, qui déclencha à Douai une grave crise politique, constituera pour la cité un durable traumatisme.

Avec le ressort judiciaire conservé de justesse, le lycée reste toutefois un des points forts de la ville. D’abord impérial puis royal, il fut longtemps le seul du département.
En 1900, le réseau secondaire s’est diversifié mais le nombre d’élèves qui y accèdent reste limité, à peine 2% des sortants d’école primaire.
Les effectifs sont faibles à Douai. L’année de son arrivée, 400 élèves, de la 6° à la Terminale, en comptant même les candidats à St Cyr (la fameuse « Corniche » ), sont accueillis dans les murs.

Curieusement, en dépit de son importance et alors même qu’elle se déploie à cet instant, Blanchard ne dit pas un mot de la réforme du lycée qui équilibre en 1902 enseignements modernes et classiques, tout en donnant aux bacheliers l’égalité d’accès à toutes les facultés. Cette organisation restera inchangée jusqu’aux années 1970.

« Dès la rentrée, je m’étais rendu au lycée, ample édifice de briques, pourvu de vastes cours, dans l’ensemble pas trop rébarbatif, vraisemblablement un héritage de jésuites » .
Comme le voulaient les usages du temps, il est reçu par le proviseur, Courcout, lequel dirige l’établissement depuis 1898 à la plus grande satisfaction du recteur.
D’une santé fragile, ce dernier disparaîtra brutalement, à quarante ans, avant la fin de l’année scolaire. Blanchard le regrettera sincèrement « d’autant que son successeur ne le valait pas » .

Comme parfois, il ne devait pas être facile de succéder à un collègue aussi estimé. Edouard Carette, précédemment proviseur du lycée Mignet d’Aix, dut sans doute sa nomination en cours d’année à son beau-père secrétaire général de la questure du Sénat. Il dirigea le lycée de Douai jusqu’à sa retraite, peu avant la Grande Guerre.

Blanchard rappelle la façon dont s’est passée son inspection : « il se trouvait que le nouveau proviseur, bien qu’agrégé de grammaire, avait prétendu me donner des conseils sur l’enseignement de la géographie. Je l’avais reçu fraîchement.
Or, à l’issue de l’inspection, Debidour (l’inspecteur général chargé de la visite), écartant le proviseur d’un geste, me prit sous le bras pour une amicale causette dans la cour tandis que le proviseur se morfondait dans un coin. J’étais radieux » .

Son emploi du temps se révèle très chargé « car on me prie instamment d’assurer quelques heures de cours secondaires de jeunes filles (futur Corot), d’ailleurs voisin du lycée » .
Il comprend vite que si cette charge lui demande du travail, elle lui donnera un supplément de traitement non négligeable.
Soucieux d’avoir quelques jours de liberté pour ses études géographiques, il réclame des modifications que le censeur, Charbonniez, un « brave homme » , lui accorde sans difficultés.

Le lycée de jeunes filles, futur Corot

Galerie de professeurs

Blanchard donne des détails savoureux sur ses collègues sans toujours en dévoiler l’identité. Diverses sources permettent toutefois de les deviner.

Il ne trouve qu’un seul normalien, Liber, « sorte de père tranquille devenu propriétaire à Douai et qui s’y était fixé pour toujours » . Adolphe Liber, ancien de l’École, agrégé de grammaire et « officier d’académie » , était alors âgé d’une quarantaine d’années. Originaire de Lille, il prendra effectivement sa retraite à Douai.

Il côtoie aussi « un professeur d’allemand, rude et mal embouché, qui militait dans les rangs radicaux-socialistes. Conseiller municipal, il faisait de l’opposition au maire Bertin, grand seigneur dédaigneux qui détestait en lui tous les professeurs.
Du moins, ce politicien germaniste avait-il obtenu de la ville la création d’une piscine très moderne, dont je profitais largement » .
Ce professeur a laissé une trace. Il s’agit de Jules Limbour, né en 1851, conseiller municipal d’opposition qui jouera un rôle durant la Grande Guerre dont son Journal témoigne. Les « bains douaisiens » sont effectivement en partie son œuvre.

Les bains de la place d’Haubersart construits en 1895. A droite le pignon de l’église Notre-Dame.

Plus loin, « également féru de politique radicale, le professeur de sciences naturelles ne ressemblait pourtant guère à son collègue d’allemand : de visage agréable, vif et enjoué, fort apprécié des femmes et les appréciant, au demeurant excellent professeur, il suscitait invinciblement la sympathie » .
Edouard Lirondelle, père d’André le célèbre slavisant, était conseiller municipal lui aussi. Il est curieux que Blanchard n’ait pas évoqué son décès prématuré, à cinquante quatre ans, en février 1902.

Avec l’absence de « political correctness » qui est la marque de son époque, Blanchard rappelle le souvenir d’Armand Ephraïm : « non moins intéressant était le professeur de philosophie, un petit juif d’une quarantaine d’années, intelligent et courageux, enragé patriote. Lui aussi avait fait de la politique, mais sur une grande scène, à Paris. Il m’avoua un jour qu’il avait eu trois journaux tués sous lui » .
Effectivement, professeur féru de lettres et de journalisme, Ephraïm est célèbre pour avoir été, entre autres, le directeur du périodique « le Cri de Paris » de 1904 jusqu’à sa mort en 1935.

Le « Cri », journal absolument dreyfusard

Le nombre d’enseignants qui exercent au lycée de Douai, plus d’une trentaine, prouve la faiblesse des effectifs par classe qui « étaient peu chargées, vingt à vingt cinq têtes » . On relève aussi, marque de cette période, la part importante d’agrégés parmi ces professeurs, plus des deux tiers.

Quelque soit leur statut, « tous ces hommes prenaient leur tâche au sérieux. Il n’y avait ni cossard ni fumiste » . Ils se partageaient par ailleurs en deux groupes : « les plus nombreux se plaisaient à Douai, ils vivaient en famille, désiraient y faire carrière.
Les autres, plus agités, considéraient Douai comme un marchepied pour atteindre un poste à Paris.

Ils étaient atteints de cette fièvre que j’appelais la « parisianite » dont je me sentais entièrement préservé. Ils faisaient de fréquentes visites à la capitale (deux heures trente par le rapide).
Certains même, y avaient leur vrai domicile et ne passaient à Douai que trois ou quatre jours par semaine. Ils n’en faisaient pas moins consciencieusement leur métier car, sollicitant un avancement, ils tenaient à être bien notés » .

Les commensaux

Dans cette galerie, Blanchard est plus disert sur les trois collègues qui seront ses amis proches, de fait ceux avec lesquels il partagera ses repas.

Un restaurant de la rue St Jacques, trop onéreux pour un jeune professeur : le Grand Cerf

D’abord, Charles Michel, professeur de maths arrivé après lui. La solidarité normalienne l’oblige à apporter une aide à cet « archicube scientifique qui n’était à Douai que depuis deux heures lorsqu’il pénétra chez moi, me sommant de lui trouver une chambre et une gargote.
Bon professeur de « spéciales » , intelligence lucide, Michel avait l’esprit amer et sa verve était volontiers âpre. Je ne l’eusse pas fréquenté s’il n’avait pas été mon contemporain à l’école » .
Né en 1873, Michel arrivait du lycée de Charleville. Il quitta Douai pour Dijon en 1903. Nommé ensuite au lycée Saint Louis, il y resta jusqu’en 1936, mort quasiment en chaire tant son métier était l’unique passion de ce célibataire endurci. Brillant mathématicien, il a laissé une empreinte dans de nombreuses sociétés scientifiques.

Vient ensuite son collègue d’histoire, Vergniol (qu’il orthographie de mémoire « Vergniolle » ) : « court sur patte, rondouillard, teint coloré et cheveux rares, mais l’œil vif et gai. En fait un charmant garçon, bienveillant et réjoui, qui ne manquait pas de talent en tant que critique littéraire.
Au fond plus journaliste que professeur, connaissant tout le monde à Paris et tout le monde à Douai où il ne passait pourtant que trois jours par semaine. Mais il était atteint de parisianiste aiguë et souvent sa bonne humeur l’abandonnait à l’évocation des préventions des inspecteurs généraux à son égard » .
Si sa carrière de professeur s’est, après Douai, toute entière déroulée au lycée de Vanves, Camille Vergniol a publié plus d’une vingtaine d’œuvres et de romans divers.
L’un d’entre eux a reçu une critique élogieuse de Jean Jaurès (« Domenica » en 1900) tandis que d’autres ont été primés par l’académie française. Il est mort à Paris en 1932.

Une des très nombreuses publications de Camille Vergniol (1930)

Apparait enfin sans doute le collègue qui a le plus compté dans son court séjour douaisien, Albert Boblin qui « était un agrégé de l’enseignement moderne (l’École Normale fondée à Cluny par Duruy en 1866 pour former les maîtres de l’enseignement secondaire spécial), il ne cessa de me témoigner de l’intérêt, ce qui me surprend aujourd’hui encore car nous nous ressemblons guère.
Petit, replet, mon aîné de vingt ans
(il est né en 1859), c’était un homme aigri par des déboires conjugaux, atteint d’un léger délire de persécution qui exprimait sa rancœur par une tenue de gala fort peu reluisante, une redingote constellée de tâches , un haut-de-forme aux poils rebroussés. Au demeurant spirituel, grand amateur de plaisanterie amères » .
De fait, Boblin était veuf depuis 1898 après s’être marié à Douai cinq ans plus tôt avec Clémentine Haeuw, une dunkerquoise fille d’un « conducteur des Ponts et Chaussées » . Nommé au lycée en 1881, il y enseigna durant trente huit ans.

Ce spécialiste de Desrousseaux et du P’tit Quinquin a fait l’objet à son décès, en 1922, d’une belle nécrologie dans le bulletin de la « Société d’agriculture » .
Elle fait écho à la description de Blanchard vingt ans plus tôt : « la marche lente, le chapeau haut de forme qui l’aurait fait tenir pour un homme grave, pour un universitaire de l’orléanisme, si la grande barbe largement étalée n’avait aussitôt décelé que, sans règles étroites, il aimait les arts et les artistes » .

Etude d’Albert Boblin sur Desrousseaux dans le Bulletin de la Sasa (1891)

Une péripétie amusante donne une idée de l’ambiance de la rue des Écoles où se trouvaient divers estaminets d’un genre particulier.

Il demande à Boblin « fin connaisseur des aîtres de Douai » de pouvoir partager ses repas. La réponse est évasive, son « restaurant servait une excellente cuisine, et pas cher, mais il comportait un grave inconvénient sur lequel il refusa d’être plus explicite » .

« Avec l’insouciance de la jeunesse, je passais outre et le lendemain j’allais m’asseoir à sa table, dans une salle claire et propre où la chaire en effet était fine et bon marché. J’y emmenais Michel dès son arrivée et nous persuadâmes Vergniol de nous y accompagner.
Nous eûmes ainsi une table de quatre où l’on ne s’ennuyait pas, animée par les mots d’esprit des deux anciens et la verve normalienne des deux plus jeunes » .

« Mais les inconvénients que sous-entendait Boblin ne tardèrent pas à apparaître et à se préciser. D’étranges convives apparurent, parmi lesquels même un nigaud comme moi pouvait reconnaître des proxénètes.
La serveuse et la patronne prirent des attitudes de plus en plus, ou si l’on veut de moins en moins, équivoques. Il nous fallut reconnaître que nous étions tombés dans une maison mal famée » .

Au bout de quelques semaines, « ce fut la déroute » . Tous s’enfuient pour prendre « leurs quartiers dans un restaurant cher à deux francs le repas » .

Un mariage douaisien

Cette fuite de cet estaminet s’accompagna d’une circonstance qui a lié Blanchard à Douai pour toujours : le mariage.
Après avoir épuisé les joies des pensions locales, il se met à chercher un logement plus confortable et plus durable. Il le trouve au 6 rue de la Comédie (aujourd’hui Trannin, cette maison n’existe plus), chez un de ses collègues, professeur d’anglais, Victor de Lauwereyns de Roosendaele, qui offre l’étage à la location.

Il tombe amoureux de la fille de la maison, Jeanne. Après quelques semaines, n’y tenant plus, Blanchard se lance : « je demandais à Mademoiselle de Lauwereyns si elle consentirait à m’épouser. Quelques secondes, puis une réponse timide : oui ! Ce fut tout.
Mais le lendemain matin, la rencontrant par hasard dans un couloir, elle me laissa déposer sur sa joue un baiser respectueux et enthousiaste » .

Son père lui, n’est pas enthousiaste, considérant la dot trop mince mais le fils passe outre. L’union se fera.
Il apprécie cette dynastie de professeurs originaire de Saint-Omer mais aussi, du côté maternel, la tribu des brasseurs Durasnel, « race vigoureuse, de gros mangeurs, colériques, entreprenants et volontaires. (…) Au total, cette famille à laquelle j’allais m’allier où une race artésienne se mêlait à un sang flamand, était robuste et saine » .

Le mariage eut lieu à Douai le 10 avril 1901, solide union qui devait dépasser les noces de diamant. Madame Blanchard est décédé à Sèvres en 1973, à 93 ans, un peu moins de dix ans après son époux.

Après deux années douaisiennes, Blanchard souhaite s’établir à Lille pour se rapprocher de l’université afin de travailler sa thèse. Il se met en congé et obtient une bourse d’étude grâce à l’intervention de Lucien Gallois « maître dévoué » .

Il aime Lille : « d‘abord on vous tâtait. Mais à l’issue de cette épreuve, si vous étiez accepté, c’était du solide. (…) J’éprouvais aussi de l’affection pour le petit peuple, volontiers grossier et ivrogne, fort éloigné de la finesse des populations du Midi mais laborieux et sérieux, tout en déployant lors des fêtes une gaîté débridée » .

« Partout, je trouvais des complaisances infinies, qui sont à l’honneur des gens du pays. On s’ingéniait à me faciliter la tâche » . Soutenu par Charles Barrois et la famille Decroix, il mène ses recherches tambour battant, sur tout le territoire de la Flandre, jusqu’aux confins de la Belgique.

Sa nomination en mars 1905 au lycée Faidherbe sur un poste récemment créé, lui permet de se rapprocher du centre-ville et de se loger dans le boulevard du même nom.

Le fameux Café Jean de l’avenue Faidherbe. Au 3°, fenêtre ouverte, l’appartement de la famille Blanchard. Le bâtiment a été détruit lors de la Grande Guerre.

Sa soutenance, un triomphe, se tient en mai 1906 dans la belle – et bondée – salle des actes de l’université. Il rejoint aussitôt la faculté de Grenoble et sa toute nouvelle chaire de géographie, prélude, comme nous l’avons vu plus haut, d’une carrière prestigieuse.

Pour finir, revenons à notre cité bien aimée en citant notre auteur : « c’est le Douai des années 1900 que j’ai ainsi essayé de décrire. Car je ne l’ai pas revu depuis bientôt cinquante ans.
Or, je sais que la ville a souffert au cours des deux guerres mondiales. Du chemin de fer, j’ai constaté qu’elle avait gardé ses clochers mais c’est tout ce que j’en sais.
En tous les cas, des deux brèves années que j’y ai vécu, je ne m’y suis pas déplu » .

Terminons par cet adage du maître géographe : « Des souvenirs comme ceux-là sont une consolation de la vieillesse » .

Quand le chat n’est plus là, il est là quand même

A Lauwin-Planque, des chats disparaissent, retrouvés mystérieusement morts dans les jardins de la ville.
La maire, Sonia Vallet, réagit en adoptant le vocabulaire de Christian Poiret, son illustre prédécesseur.
L’imitation est la recette du succès  : « c’est très triste pour les chats. On ne va pas lâcher, on va faire la lumière là-dessus. On aura le fin mot, j’en suis sûre » .

Empoisonnement par des voisins ne supportant pas le vagabondage des félidés sur leurs plates-bandes ? Épidémie de COVID animal ? Manque de vigilance des maîtres ? La municipalité se perd en conjectures.

Le patron ne peut plus cumuler

Décidément, il s’en passe des choses à Lauwin-Planque. Il y a, certes, l’inquiétante disparition des chats, mais aussi, sujet pour les douaisinologues, diverses péripéties qui agitent le conseil municipal et, au delà, un « village » qui bruisse de mille rumeurs.

Du temps du président au carré, guidé d’une main de fer, tout ce monde là marchait d’un seul pas, obéissant au doigt et à l’œil.
Malheureusement, la loi sur le cumul est passée par là. Il a bien fallu se séparer du mandat de trop.

Conseiller départemental, président dudit département du Nord – un des plus gros de France – président de Douaisis agglo, Christian Poiret a donc été contraint de se dessaisir de son boulot de maire, clé de toutes les responsabilités qui précèdent.

Dynastie ou compétences ?

Cela dit, pas folle la guêpe. D’abord, Christian Poiret a un peu trainé à décider, jouant des délais de la procédure lancée par Frédéric Chéreau après les élections cantonales.
En février 2023, huit mois après le scrutin, il a passé la main, restant toutefois conseiller municipal de la liste unique qui dirige le « village » depuis… 1995.

Le démissionnaire avait la ressource, comme dans toute république bananière, de placer son fils à la tête de la cité.
Qu’il ait eu des scrupules à adopter un principe monarchique qui préfère l’hérédité à la compétence ou que l’intéressé ait décliné l’offre, il est difficile de trancher. Fabien Poiret sera toutefois premier adjoint, on ne sait jamais.

Pour faire moderne, le président a opté pour une solution qui n’est pas sans rappeler sa binôme cantonale : placer une femme à la tête de la mairie.
On se doute ici que ni la compétence, ni l’hérédité ne jouent mais, à Lauwin-Planque, les désirs du patron, même démissionnaire, sont des ordres.

C’est ainsi que Sonia Vallet a été nommée maire.

L’affaire ne s’est pas passée simplement. Lauwin-Planque, c’est l’illusion démocratique qui se fracasse sur le réel.

Le premier adjoint, Bernard Barelle, pensait ainsi succéder au patron comme l’espèrent tous les brillants seconds. Il est vrai qu’il avait assuré l’intérim après la prise du département par Christian Poiret. Son moment était enfin venu.

Cette ambition n’entrait pas du tout dans les projets du patron. Pour les imposer, un despote sait se draper dans le voile de la démocratie, laquelle devait – bien contrôlée – soutenir la parité homme-femme.
Pas de bol, lors du vote « interne » organisé en septembre 2022, c’est le premier adjoint qui est sorti vainqueur. Pas de très loin (10 contre 8 voix) mais le gagnant c’était lui.

Christian Poiret a semblé dans un premier temps accepter la sanction populaire. Mais très vite, réalisant le danger d’un Lauwin-Planque dirigé par un autre, le patron a su démontrer une fois de plus qu’il était prêt à ne « rien lâcher » quant à son maintien par procuration à la tête du « village » .

Révolte des « Vigilants »

D’où le 20 février 2022, l’élection en bonne et due forme du premier magistrat de la commune.
Ce fut, selon la VDN, un « scrutin à la Koh Lanta » puisque qu’on a découvert à la fin du dépouillement – devant le ban et l’arrière-ban des parrains locaux – la victoire de la dame désignée par Christian Poiret… à une voix de majorité.

Cette élection à l’arrache a évidemment laissé des traces.

La liste unique de 2020, qui entre temps a perdu deux conseillers démissionnaires, s’est alors coupée en deux.
Deux clans s’opposent à 12 contre 5. Le quintet d’opposition, intitulé « Vigilance » , annonce bien le programme.

En juin dernier, les élections sénatoriales ont été l’occasion d’un nouveau conflit, lié à l’imprudence de deux conseillers qui ont osé le vote nul dans la désignation des délégués.
Cette audace a déclenché un pataquès dont seules les communes du Nord ont le secret, mélange d’impréparation, de méconnaissance des règles légales et de foirage dès que le patron absolu n’est plus là.

La normalisation est en route

Il est vrai que 3 délégués contre 2 pour les « Vigilants » minoritaires, ça la posait mal pour le maître du département du Nord.
Quand on pense qu’il sponsorisait en plus la liste du père Watebled qui devait ramasser la mise sénatoriale, c’était gênant.

En dépit du secret du vote, les services de renseignements lauwinois ont vite repéré les déviationnistes.
Les deux adjoints concernés se sont vus retirer leurs délégations à la vitesse de la lumière, ainsi Xavier Halut et Florence Thuillier qui avaient peut être montré, après l’élection de Sonia Vallet, le bout d’une oreille un peu trop neutre.

On se doute que « La lettre lauwinoise » © aurait bien aimé éviter l’étalement dans ses colonnes de la fronde qui déchire le « village » mais comment faire ?

Cette normalisation au nom du salut du parti unique lauwinois n’a pas empêché une dernière péripétie lors du conseil municipal du 27 septembre dernier. Sonia Vallet, opportunément « souffrante » , s’est bien gardée de le présider.

Ce furent donc le fils et le père qui s’en chargèrent, pour ce dernier pas qu’un peu.

La « bonne humeur » casse l’ambiance

Une association récemment créée, « Bonne humeur et détente » , a osé lors de la séance réclamer une subvention à la commune.
Fabien Poiret (le fils) ne savait pas trop quoi faire comme souvent mais Christian Poiret (le père) savait, lui.

D’abord la proximité de cette association avec les Vigilants lesquels, par ailleurs, se confondaient ignominieusement avec les bénévoles qui avaient déserté en décembre le célèbre marché de Noël du patron.
Comme l’aurait dit l’autre, « la demande était modeste mais les demandeurs ne l’étaient pas » .

Ce fut d’ailleurs, avec un refus catégorique du boss, l’occasion pour ce dernier, président au carré – conseiller municipal – maire putatif, d’exposer sa philosophie d’une association subventionnée.
Elle ne doit jamais « tirer » sur celui qui la nourrit mais surtout ne doit « pas faire de politique » . Ah oui, d’accord, mais si la « politique » de l’association soutient la collectivité locale qui paie, alors là c’est bon ?

On peut supposer que oui.

Si dans le Nord l’égalité et l’équité commandaient l’octroi de la manne, ça se saurait… © La Lettre Lauwinoise

Pour finir, on admire le courage de ces mutins qui ont levé l’étendard de la révolte au cœur même du « village » .
Quand on connait la vindicte qui vaut à tout déviant, soit la « damnatio memoriae » , soit la disparition, dans un périmètre de 100 bornes, du moindre appui matériel ou humain, ces citoyens méritent des éloges.

Car ils ont mis au jour, s’il le fallait encore, des pratiques politiques qui n’améliorent pas l’image du Douaisis.

Pensons à la mesquinerie insigne d’une intervention, dans une affaire à 500 balles, du président d’un conseil départemental qui gère un budget de 4 milliards d’euros.

Mesquinerie probablement provoquée par la trouille qui doit saisir l’intéressé quant à un « village » échappant à son contrôle. Selon la théorie bien connue des dominos, la fin des mandats pourrait apparaitre à l’horizon.

Mesquinerie, surtout, découlant d’une toute puissance qui lui permet de tout faire et même n’importe quoi. Pourquoi se gênerait-il ? Les limites sont franchies depuis longtemps.

A ce niveau, on s’interroge ainsi sur l’utilité d’une loi sur le cumul des mandats.

On se souvient, à ce titre, de la prédiction du regretté Guy Carcassonne, sur le risque de maintenir un maire démissionnaire dans son conseil municipal : « dans un tel système, se développerait la pratique du contournement par lequel un élu confierait la municipalité à un prête-nom, tout en continuant à agir comme son véritable patron. Ni la démocratie ni l’efficacité n’ont rien à y gagner » .

Depuis, la loi sur le cumul a pourtant permis cette absurde possibilité. Quand on voit la situation de Lauwin-Planque, le parlement aurait mieux fait d’écouter les experts…

1 2 3 12