Le Raquet, faut qu’on raque

Lotissements Le Raquet Douai

Douaizizaglo® nous vend de la BNF à tout va, des projets en veux-tu en voilà dont le premier d’entre eux : le mirifique « Ecoquartier Du Raquet » .
Bizarrerie foncière, elle est à la main d’une CAD qui s’assoit allégrement sur les compétences de Douai pour y poser ses idées géniales.

Le Raquet, c’est une zone extraterritoriale.

On nous en rebat les oreilles depuis… 2006. Quinze années de gesticulation et de communication pour quels résultats ? Il est bon de se poser la question mais elle n’est pas vite répondue.

On a une bonne idée

D’abord, examinons le cadre géographique. Le Raquet, c’est au sud de l’agglomération un quartier à cheval sur deux communes, Douai et Sin le Noble, cette dernière accueillant les 2/3 des 166 hectares de cette opération d’envergure séculaire.

Personne ne peut raisonnablement contester l’intérêt d’un programme urbain, surtout quand il vise à répondre d’un seul coup à beaucoup de problèmes.

Nous avions d’abord la dépollution d’une friche industrielle, celle de l’ancienne briqueterie Dupont Delecourt qui s’étendait là sur près de 60 hectares.


Plus ambitieux dans sa conception, la résorption du mitage, conséquence de l’étalement urbain le long de la D643, justifiait qu’une planification rigoureuse y concentre l’habitat.
Enfin, si ces nouveaux logements et leurs occupants pouvaient contrecarrer la baisse de la population de la ville centre, cet objectif pouvait aussi s’accompagner de créations d’entreprises pourvoyeuses d’emplois.

Bref, Le Raquet était une proposition que personne ne pouvait refuser.

On bétonne en vert

Sur ces motivations incontestables, la communication de Douaizizaglo® était teintée de vert. Présenté comme un « écoquartier », ce projet urbain – dont le béton et le bitume mangent pourtant 100 ha de bonnes terres agricoles – ne pouvait faire que du bien. Vitrines du « développement durable », ses constructions devaient « respecter les critères de la haute qualité environnementale et les principes de l’architecture bioclimatique ».

Ce grand chapeau écologique étant posé, la finalité de ce projet pharaonique était encore plus ambitieuse.
Il devait, excusez du peu, constituer la clé du retournement démographique du territoire. L’excès de vocabulaire des origines doit être rappelé. « Le plus grand écoquartier de France » devait accueillir « 4 000 logements individuels et collectifs ». Mieux, selon le SCoT, ce « boom » représenterait à terme « 25 % de la population du Grand Douaisis ».

Florence Bougnoux, l’urbaniste créatrice du schéma directeur (agence Seura), avait mobilisé de belles formules qu’on retrouve encore partout aujourd’hui : « Situé à l’intérieur de la rocade de Douai, prêt à accueillir à terme 12 000 habitants, (le quartier) est aménagé pour lutter contre la péri-urbanisation et rééquilibrer le territoire de la CAD, soumis dans sa partie Nord à la forte attractivité de l’agglomération Lilloise. ».
L’argumentation peut même confiner au sublime avec : « la mise en place d’une mobilité alternative partagée, couplant différents types de modalité, dont le but est de permettre à chacun d’accéder à une plus grande mobilité choisie, dans un process vertueux. ».
On fait grâce au lecteur du lexique étonnant qu’on ne trouve nulle part ailleurs, fait de « noues » , de « merlons paysagers » , de « peuplier rectifié » ou encore de « phyto-remédiation » , autant de mots pour prouver qu’on remet à l’état de nature un espace anthropisé depuis le néolithique.

Nous sommes très loin du compte.

On patine grave

On repère péniblement aujourd’hui un peu moins d’un millier d’habitants dans 150 logements. Il faut d’ailleurs comprendre, dans ce compte incertain, l’opération menée sur la frange de la cité des Epis par l’ANRU au titre du programme national. Cette dernière se serait faite de toutes les façons, écoquartier ou pas.
Quant à la densification qui était l’objectif du projet, elle n’est jamais arrivée.
Les décisions de nos élus, peut être n’avaient-ils pas le choix, a été d’abandonner les habitats collectifs pour passer aux lots individuels directement vendus par une Douaizizaglo® transformée en promoteur.
On aura donc des maisons avec jardin, éventuellement des parcelles vides, lesquelles sont la source bien connue du mitage qu’on souhaitait pourtant combattre.

Côté transports qui étaient une clé du succès du nouveau quartier, on relève que ça patine pas mal.  L’idée était de permettre aux nouveaux habitants, par le biais d’un BHNS en site propre, d’aller à la gare de Douai (30’ de trajet) pour ensuite se rendre à Lille par le TER.
Sans doute les promoteurs de cette idée – qu’ils se gardent bien d’infliger à eux-mêmes – pensaient-ils que les candidats se bousculeraient au Raquet avec un avantage pareil. On ne peut pas vérifier ce pari douteux. Cette nouvelle ligne 4 – qui dépend entièrement de la communauté d’agglomération puisqu’elle gère le SMTD – n’est pas encore réalisée.

Ouh, en v’la des variantes…

Quant aux implantations d’entreprises, il faut noter qu’il s’agit là du fameux Ecopark, transformation du parc forestier prévu à l’origine par la seule volonté du président Poiret, en zone d’activité et d’artisanat.
Cette innovation n’était d’ailleurs pas tout à fait du goût de l’urbaniste si on en croit ses déclarations. On ne lui a sans doute pas laissé le choix même si elle n’avait pas tort car le bilan reste bien maigre.
Si on enregistre certes 340 emplois au Raquet à ce jour, il faut savoir que 300 d’entre eux correspondent à la délocalisation en 2017 des ateliers de l’ESAT du Douaisis. La vingtaine de salariés de la société Tauw récemment implantés là ont quitté un immeuble de Douaizizaglo® de Dorignies pour un immeuble de Douaizizaglo® du Raquet. La création nette reste donc plus que modeste.

Ces résultats médiocres prouvent facilement que le plan était défectueux, un peu comme un tramway devenu bus. Notons qu’ils avaient curieusement le même inventeur.
Créer un nouveau quartier dans un Douaisis qui perd des habitants depuis un demi-siècle, sans coordination avec les communes qui profitent de l’attraction lilloise (Orchies, Coutiche etc.) et, pire, en s’appuyant sur la vente de bâtiments collectifs dont personne ne veut, avait toutes les apparences de la fausse bonne idée.

Elle a évidemment débouché sur une absence de résultat d’assez grande dimension. il n’y a pas aujourd’hui, au Raquet, 15 ans plus tard, 4000 logements accueillant 12000 habitants.

Ouf ! On a des projets !

On dira malgré tout que ces échecs ne sont pas définitifs. Le Raquet accueille de nombreux projets, certes sans lien avec le plan initial, mais qui sont une preuve de dynamisme.

Poussés par la nécessité, on enregistre depuis le début de forts changements de pied de la part des décideurs. Les habitants absents ont été remplacés par des projets qui reposent, comme toujours, sur la solution facile de l’argent public.

On a eu le fameux Sourcéane qui a bien peiné à démarrer comme l’a décrit la cour des comptes en 2016 dans un rapport cinglant (900 000 euros de déficit annuel). Depuis la reprise par la société Récréa d’Herouville Saint Clair, la fréquentation pour ce qu’on peut en savoir semble s’être améliorée. Le renouvellement de la délégation de service public, prévu cette année, permettra peut être d’y voir plus clair.

Nous savons qu’on aura de surcroit sur ces terres inhabitées deux projets de grande ampleur dont les superlatifs répétitifs devraient nous inquiéter.
On aura « le plus grand boulodrome au Nord de Paris », subtilité géographique qui tient compte du monstre de Montluçon et peut être aussi du voisin normand.
On aura enfin une patinoire dont la fréquentation sera parait-il supérieure au « 70000 visiteurs prévus » parce qu’on aurait oublié dans le calcul officiel les rois de la glisse qui viendraient du Pas de Calais. Une étude prévisionnelle tiendrait compte des frontières administratives ? Là, on tremble…

Si ces deux inventions sont payées par nos impôts, on nous assène régulièrement, pour nous convaincre, qu’elles apportent du travail aux entreprises qui les réalisent. Il est vrai que construire, même pour rien, c’est toujours construire. C’est une forme de mouvement perpétuel. Les lois de la mécanique l’interdisent mais les fonds publics le permettent.

Il est utile de lister les sociétés qui interviennent dans ces « grands projets » , ainsi entre autres Jean Lefebvre, Eiffage, Satelec, Francial, Berim, IRH, KIC, Hurban, Atrium, ou encore European Homes. Certaines sont récurrentes, parfois purement locales mais aussi étrangères.
Si on devine facilement leur objet, on apprécierait de savoir exactement ce qu’elles font car si leur bénéfice est un bienfait pour tous, un peu plus de transparence permettrait de le vérifier.

Il faut toujours se méfier des conclusions en forme de …/…

On a de l’argent… public

Loin de la logique de marché, on fait de la subvention via des entreprises en espérant qu’un « ruissellement » profitera au populo. Ces « grands projets » n’ont pas l’objectif d’une rentabilité commerciale, principe assumé par notre président d’agglomération.
Car n’oublions pas d’additionner au coût de construction – mis en avant comme venant de la poche des élus – celui qui pèsera sur tous les contribuables tant que ça durera : le fonctionnement.

L’examen du compte administratif du Raquet, dont le titre pompeux « agrégé au budget principal de budget général » n’aboutit qu’aux grandes masses des dépenses, démontre qu’on y met quand même beaucoup de sous.
En fonctionnement pour les années 2017, 2018 et 2019, on enregistre ainsi successivement : 25,4 millions d’, 21,4 et 21,3. Pour l’investissement, c’est du même ordre : 24,8 millions d’, 31,1 et enfin 32 tout rond.

Devant de tels montants sur seulement trois exercices, plus éclairant, mais là on entre dans le domaine de la science-fiction, serait le calcul des retombées économiques de ces opérations depuis leur lancement en 2006.
Par exemple, la plus-value générée par ces dernières ou, mieux, le produit fiscal des entreprises déménagées avec tant d’efforts, rapporté à la dépense de ces installations.

Quand on examine tout ça, il aurait peut être été plus simple de payer des gens pour qu’ils s’installent dans le centre-ville et faire l’économie de cette débauche de moyens dans une périphérie où Douai est interdite de parole.
Calculé à la louche, pour les logements de l’écoquartier, le bilan coût/habitant représente 30 000 euros par « Raquetien » installé. Pire, ils ne sont même pas contents.

Max aime apprendre mais parle un peu souvent à la première personne. C'est un travers qu'il combat difficilement. Va falloir l'aider. Il adore la Scarpe et l'orgue de St Pierre, surtout les basses.

2 Comments

  1. La VDN ose un article assez long au sujet de la passerelle d’Auby, autre symbole du sens aigu de l’économie de nos élus. L’article reste prudent et plutôt superficiel mais il en ressort, encore une fois un coût extraordinaire de 8 à 10 millions d’euros pour un résultat pratique décevant.
    Merci d’enquêter plus profondément… ?

    1. Encore un « éléphant blanc » de plus. Il est vrai que ce maire battu vaut le détour.
      C’est une sorte de butte témoin d’un système politique local dévoyé. Le parrain en a fait un vice-président de l’agglo. Ni le désaveu des urnes, ni l’étiquetage politique de ce communiste éloigné du positionnement de la majorité communautaire, n’ont été une difficulté.
      Quant au dépassement, ne cherchez pas une raison illégale. Elle existe peut être mais on peut plus sérieusement – comme tous ces projets absurdes qu’on nous sème partout – faire l’hypothèse d’une gabegie généralisée. Défaut de conception, suivi désastreux du chantier, absence totale d’anticipation, manque flagrant de pensée stratégique. Tous ces ingrédients suffisent en eux mêmes. Le pire dans tout ça, encore une fois, c’est que ce sont les contribuables qui paient et aucunement cet ancien maire pourtant responsable de tout.
      L’article de la VDN est plutôt bien argumenté mais c’est comme les rapports de la CDC : oui, mais après ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec une *. Les commentaires sont mis en ligne après modération.

*