Florent-Guiot a bien mérité de la patrie

L’Histoire est une discipline qu’on hésite à qualifier de scientifique même si elle a la prétention de restituer le passé avec le plus de véracité possible.
Une célèbre formule de Ranke résume la chose : elle doit être « wie es eigentlich gewesen » , c’est à dire reconstituer « ce qui s’est réellement passé » en s’appuyant sur des sources vérifiées qui, à l’époque de Léopold, étaient exclusivement écrites.

Au delà de cet impératif bien aidé de nos jours par la science qui les a multipliées, notamment en archéologie, l’étape suivante est celle des « problématiques » . Quand les faits sont assurés, il reste à comprendre pourquoi ils ont eu lieu.

Ces questionnements peuvent être infinis. Par exemple, pour Douai, comment a-t-il été possible, dans cette ville si catholique, de faire disparaitre durant la Révolution la quasi totalité des bâtiments religieux ainsi que tous les ordres monastiques qui pullulaient dans la ville avant 1789 ? Tous ces croyants ne l’étaient donc pas ?

L’homme providentiel

La problématique révolutionnaire nous amène d’ailleurs ici. Moment assez meurtrier en France, il ne le fut pas du tout dans le Nord et encore moins à Douai.
Si on interroge l’homme de la rue, il avancera probablement qu’on a beaucoup guillotiné sur les bords de Scarpe. Ce n’est pourtant pas du tout le cas, à peine une vingtaine de morts, et sans la guillotine. Cette divergence apporte un éclairage original sur la Révolution nordiste.

Il est vrai que dans l’infortuné Pas de Calais, l’œuvre sanglante de Joseph Lebon est connue. La chance du Nord fut Florent-Guiot.
Mettre au crédit d’un seul homme un phénomène historique est toujours hasardeux. Mais, comme nous allons le voir, tout démontre, sur un fond de résistance de l’opinion aux idées radicales, que le représentant en mission ne fut pas pour peu dans la faible « quantité de sang versé » par le département pendant la Révolution.

Son influence sur le cours des choses, comme d’ailleurs celle de Lebon, tient d’abord au pouvoir sans limites que le Comité de Salut Public donnait aux députés missionnés.
En cas de faiblesse des dirigeants civils et militaires, la destitution, souvent suivie d’une exécution, ne trainait pas. Le remplaçant se devait de réussir avec la perspective, en cas d’échec, de connaitre le destin de ses prédécesseurs.
Avec une telle pression, le zèle s’avérait la condition première de l’efficacité.

Le représentant en mission dans le département du Nord

Qui était donc Florent Guiot ? Bourguignon, il était né en 1755 à Semur en Auxois. Son père François, qui fut élu maire de cette ville en 1790, était lui-même fils d’un marchand et fermier prospère, issu d’un tout petit village, Chassey.
Florent, après de bonnes études juridiques, devient avocat puis adjoint du procureur du roi qui n’est autre que son père. Cette fonction consistait, sous l’Ancien Régime, à représenter les intérêts du monarque, de fait ceux du public, devant les parlements.

Adepte des idées nouvelles comme tant d’avocats mais surtout rejeton d’une famille de notables qui comptait dans le bailliage, il est élu député du Tiers aux États Généraux. Pour se distinguer de son collègue qui porte le même patronyme que lui, il choisit alors de s’appeler « Florent-Guiot » en un seul mot, abandonnant par la même occasion l’aristocratique « Guiot de Saint Florent » qu’il utilisait jusqu’alors.
Peu visible lors des débats de la Constituante, il en commente toutefois les péripéties par une centaine de lettres adressées aux patriotes de Semur, qu’il retrouve après la séparation de l’assemblée.
La loi interdisant aux Constituants se présenter à la Législative, il obtient par élection en 1791 la nouvelle charge de procureur-syndic, soit la direction exécutive du district.

Florent-Guiot ne l’assure pas longtemps. Il revient à Paris en 1792 après son entrée à la Convention Nationale. Siégeant sur les bancs de la Montagne, il profite de l’appui de son collègue de la Côte d’Or, Prieur, ancien officier du génie, député de premier plan et membre du Comité depuis août 1793.
C’est avec son soutien qu’il est nommé représentant en mission dans le Nord par décret du 2 frimaire an II (22 novembre 1793), poste qui est loin d’être sans enjeu, ni sans risque.

Depuis la déclaration de guerre à l’Autriche en avril 1792, le salut de la République se joue en effet aux frontières. Après Valmy en septembre et la brève conquête des Pays Bas, les troupes françaises essuient à partir de 1793 de nombreux revers.
Les victoires d’Hondschoote et de Wattignies en septembre puis octobre arrêtent l’ennemi mais quand Florent-Guiot arrive dans le département, plusieurs places (Le Quesnoy, Condé et Valenciennes) sont toujours aux mains des Autrichiens.
L’invasion menace tandis que les désordres, attisés par les excès des « sans-culottes » , s’amplifient.

La Terreur molle du Nord

Attaquée de toutes parts, la Convention met à l’ordre du jour à partir d’août la « Terreur » , mesure considérée comme « nécessaire » pour combattre les ennemis intérieurs et extérieurs.
A l’initiative des Jacobins, activement soutenue par les Montagnards en mission, cette politique impitoyable s’impose partout à partir de l’automne 1793, bien aidée par la proclamation de la loi dite « des suspects » .
Cette dernière, invention de Merlin – de Douai – et de Cambacérès, permet d’arrêter n’importe qui, sans motivation juridique, ni aucune justification d’aucune sorte, le soupçon suffisant.
Quand on connait la modération ultérieure de ces deux magistrats, on se demande ce qui a pu les pousser à prendre une telle initiative.

Cet état d’exception atteint son paroxysme dans le Nord exactement quand Florent-Guiot s’y trouve, de novembre 1793 à septembre 1794.

Dès son arrivée, il s’oppose à « l’hébertisme » , extrémisme que combat Robespierre dans la capitale. Son apparence en novembre 1793 est celle d’une curieuse « armée révolutionnaire du Nord » dirigée par un ancien comédien, Dufresse, qui se signale par diverses exactions contre les « accapareurs » et les « prêtres » .
Cette troupe improvisée liquidée en décembre, toute l’énergie de Guiot se tourne ensuite vers l’élimination d’un de ses collègues représentants, Châles, ancien chanoine, dont le passé parait l’obliger à la surenchère terroriste.

Dans cette situation instable, l’élimination des radicaux n’est pas sans risque car les contre-révolutionnaires relèvent la tête. Paris commence à se demander si leur représentant ne serait pas un dangereux adepte du « modérantisme » .
Au bout d’un mois à peine, Guiot est menacé d’un rappel. Sa chance, une fois encore, vient de son ami Prieur, probablement alerté en sous-main. Envoyé sur place, il conclut rapidement au maintien du représentant.

Châles enfin rappelé à Paris en janvier, Guiot n’en est pas quitte pour autant. Dans le Pas de Calais, son collègue Lebon s’agite beaucoup. Après avoir installé à Arras un tribunal révolutionnaire, il y réussit tant qu’on désire ajouter le Nord à sa mission, ce qu’il refuse au grand soulagement du voisin.

En février, les deux représentants sont rappelés pour rendre compte mais si Lebon retourne à Paris pour s’expliquer, Guiot joue la montre.
Restant sur place, il multiplie les courriers enflammés « contre le despotisme » pour prouver sa foi révolutionnaire mais il ne peut éviter l’envoi de deux députés, Choudieu et Richard, chargés d’en vérifier l’épaisseur. On ignore les arguments présentés mais comme Prieur de la Côte d’Or, ils préconisent le statu quo.

La défense de la Patrie en danger

Résidant habituellement à Lille, Guiot faisait de nombreuses tournées dans le département, s’arrêtant de temps en temps à Douai auquel il a évité la transformation de son tribunal criminel – cadeau de Merlin à sa ville natale – en tribunal révolutionnaire à la Lebon.

Peu intéressé par la traque obsessionnelle des « complotistes » , il se consacre d’abord à la défense nationale, montrant une grande fermeté contre les espions à la solde de l’ennemi, lesquels se confondent avec la contre-révolution émigrée.

Anticlérical sinon antireligieux, Guiot mène aussi un combat résolu contre les « superstitions » mais sur un mode, selon certains témoins, qualifié de « sournois » . Évitant tout excès sanglant, il joue sur la menace avec des arrestations ciblées – souvent suivies peu après de libérations discrètes – politique qui rencontre un certain succès.

Son habileté s’exprime aussi dans l’approvisionnement des armées, en denrées alimentaires et en salpêtre.
Pour les premières, connaissant la richesse agricole du Nord et le peu empressement des paysans à offrir leurs récoltes sans contrepartie, il veille à les indemniser rapidement. Cette stratégie qui ménage les propriétaires voit les grains et les fourrages affluer.
Pour le salpêtre, matériau indispensable pour fabriquer la poudre à canon, la production prend un essor remarquable avec le lessivage systématique des caves. Plusieurs ateliers sont créés dans le département, notamment à Douai où une fabrique est installée dans la chapelle du couvent des Récollets anglais.

S’il est interdit aux représentants en mission de créer des impôts, les emprunts forcés sont possibles. Guiot met en place à destination des notables en janvier 1794 un système qui prévoit le doublement puis le triplement de la ponction en cas de retard. Il récolte dans les délais plus de 2 millions de livres.
Pour autant, outre de rester modéré dans ses demandes, il ne va pas jusqu’à constituer comme Lebon, qui suit scrupuleusement le décret de ventôse, des listes de suspects indiquant leur degré de richesse pour pouvoir plus rapidement confisquer leurs avoirs et éventuellement les guillotiner dans la foulée.

Lebon s’impose dans le Nord

L’action militaire de Guiot, hors les aspects matériels présentés plus haut, reste mineure. Toutefois, quand Landrecies tombe aux mains de l’ennemi le 30 avril, le Comité de Salut Public le charge d’organiser la défense de Cambrai.

Il l’aborde comme à son habitude avec modération, analysant le peu d’empressement des habitants à soutenir le siège comme la conséquence des pillages menés par les troupes républicaines. Il s’efforce de leur rendre justice par diverses indemnités.
Cette prudence suscite la défiance du comité qui envoie sur place le 2 mai deux de ses membres éminents, St Just et Lebas, qui comprennent aussitôt que Guiot n’est pas l’homme de la situation.
Ils en ont un sous la main à proximité, Lebon, qui s’installe dans la ville avec les animateurs les plus énergiques de son tribunal révolutionnaire. Les exécutions s’enchainent immédiatement à un rythme qu’on pourrait qualifier d’arrageois.

Allégorie mettant en scène Lebon et ses œuvres, à Arras et Cambrai : « guerre à tous les agens du crime, poursuivons les jusqu’au trépas »

Conscient du danger, Guiot s’efface. Installé à Lille dans un premier temps, il en est délogé par Choudieu et Richard de retour aux armées du Nord. La distance possédant quelques vertus, il se pose à Dunkerque dans un évident état d’inquiétude quand on considère les désaveux qu’il vient de subir.

La situation militaire mobilise toutes les énergies mais c’est dans cette semi-retraite qu’il assiste à la reprise d’Ypres en mai mais surtout à la victoire de Fleurus le 26 juin, laquelle éloigne durablement la menace ennemie dans les Flandres.
Pour donner des gages au Comité, il joue toutefois les utilités, s’opposant à coups de messages bien sentis aux « modérantistes » comme à la « faction hébertiste qui cherche à renaître de ses cendres » .
Robespierre ayant à Paris liquidé tous ses opposants, Guiot sait que cet été 1794 est le moment de tous les dangers.

Thermidor ou la délivrance

Le renversement de la situation militaire change cependant la donne. Beaucoup de députés, notamment ceux de la Plaine, veulent mettre un terme à la Terreur. L’ennemi est partout repoussé. La République est sauvée. Pourquoi continuer cette dictature sanglante ?
Au grand soulagement des modérés ligués par leur peur commune, c’est chose faite le 9 thermidor (27 juillet 1794) avec l’exécution de Robespierre et de ses alliés, élimination facilitée par les moyens expéditifs de la Terreur.
La nouvelle arrive peu après dans le Nord. La joie de Guiot n’est pas feinte. Dans la proclamation qu’il adresse immédiatement aux communes du département, il affirme sans ambages : « ces vils scélérats ont reçu le prix de leurs crimes » .

En proportion des risques qu’il a courus, il a des comptes à régler, en premier lieu contre Lebon qu’il dénonce et qui est immédiatement mis en état d’arrestation par la Convention.
La roue tourne. Le Comité qui souhaitait rappeler tous les représentants en mission depuis plus de trois mois, n’applique pas cette mesure à Guiot auquel, retournement du sort, il donne en plus le Pas de Calais aussitôt épuré des « terroristes » laissés sur place par son ancien collègue.

En septembre 1794, il est enfin rappelé à Paris mais une fois encore, ce qui prouve sa communauté de vues avec la Convention thermidorienne, il est un des rares Montagnards immédiatement renvoyés en mission le 25 frimaire an III (15 décembre 1794) pour le Nord et le Pas de Calais, la Somme étant même ajoutée le 26 nivôse an III (15 janvier 1795).

Cette deuxième mission sera moins risquée que la précédente mais Guiot doit faire face à une situation économique désastreuse, notamment les subsistances qui manquent partout.
Il applique une fois de plus une méthode nuancée, utilisant plutôt la persuasion et ne recourant à la coercition que dans les cas extrêmes, là où les hommes de la Terreur confisqueraient et exécuteraient les récalcitrants.
Son inquiétude, probablement accentuée par le surmenage auquel il est soumis, est celle de révoltes de la faim qui mettraient la République en danger.
Les villes sont pour cette raison l’objet de ses soins extrêmes, ainsi à Douai où il déplore en mars 1795 que les pauvres n’aient que des « pains de fèves » à manger. Il se démène pour que Hazebrouck, qui ne manque de rien, envoie ses grains en surplus.

Du notable napoléonien au régicide proscrit

Guiot quitte le Nord à la fin de 1795 quand est instituée la constitution de l’An III qui fonde le Directoire. Il ne fait pas partie, dans la Côte d’Or, du tiers des Conventionnels qui devaient obligatoirement intégrer les Conseils (Prieur l’est sur liste complémentaire).
Par contre, les électeurs du Nord qui se sont souvenus de sa bienveillante modération l’ont désigné, bel hommage, premier sur la liste principale du département au Conseil des Anciens.
Pour autant, il est élu ensuite, en avril 1798, au Conseil des Cinq-Cents mais cette fois-ci au titre du département natal.

Apprécié par le gouvernement, Guiot avait, avant son élection, été nommé résident auprès de la République des « Trois ligues rhétiques » (ou Grisons) en février. Il y reste jusqu’à son rappel en avril 1799.
Toujours nuancé, il avait soutenu le projet d’un État grison neutre puis, comprenant l’intérêt stratégique, il demanda son rattachement à la République helvétique. D’abord opposé à une intervention militaire française dans la région, l’invasion autrichienne d’octobre 1798 l’obligea à réviser ses plans.

Cette mission diplomatique déboucha sur une autre peu éloignée de son ancienne mission. Il est en effet envoyé en juillet 1799 auprès de la République batave au moment crucial de l’invasion anglo-russe. Il défend vainement la neutralité du gouvernement hollandais « modéré » avant, désavoué, de revenir en France au bout de quelques mois.

Cet instant, nous sommes en novembre 1799, est celui du 18 Brumaire que Guiot soutient mais sans être pour autant un fervent partisan de Bonaparte. Il en reçoit toutefois, en décembre, un siège au Corps Législatif, responsabilité qu’il conservera jusqu’en juin 1814.
Sous le régime, Guiot reste relativement en retrait, recevant en 1806, la charge de secrétaire, puis de substitut au Conseil des prises.

Plusieurs sources indiquent qu’il aurait été mêlé à la conspiration du général Malet en 1812. Toutefois, tout démontre qu’il ne fut que l’hôte de réunions dont il ignorait la teneur comme le prouve l’absence de poursuites à son encontre.

La chute de Napoléon et le retour des Bourbons l’oblige à l’exil comme tous les Conventionnels régicides. Guiot, à l’exemple d’une cinquantaine de ses anciens collègues, s’installe à Bruxelles, hébergé par son ami Cambon qui, en financier averti, avait réussi à préserver sa fortune.
La générosité de son bienfaiteur alla jusqu’à lui attribuer, après sa mort en 1820, « la table, feu et lumière aussi longtemps que celui-ci résidera dans la Belgique » , ce coût étant pris sur sa succession.

La révolution de 1830 permet à Guiot de rentrer en France et de recouvrer ses droits, notamment une pension de 2500 francs reçue quand il prend sa retraite un an plus tard… à 76 ans.
Devenu aveugle, il est recueilli par sa fille, fruit de son union avec Marie Elisabeth Tifon qu’il avait épousée à Paris le 6 nivôse an III (23 décembre 1794). Si cette dernière est décédée dans la capitale en 1842, son époux l’avait précédée quelques années plus tôt.
Florent-Guiot était mort à Avallon le 18 avril 1834.

Un célèbre inconnu de la période révolutionnaire

En conclusion, voilà une nouvelle problématique : comment expliquer l’oubli dont Florent-Guiot fait l’objet ?
Son action modératrice, affirmée au milieu des dangers, son intelligence manœuvrière, sa défense de la patrie, la durée de ses missions auraient du le mettre dans le groupe des grands Conventionnels encore célébrés de nos jours.

Rien de tout cela. Il n’existe même pas une rue, une place, une impasse qui porte son nom, y compris dans son pays natal.

Sans doute, son profil de Montagnard convaincu, mais tout autant de modéré « opportuniste » , lui ont-ils valu des critiques des deux camps qui se sont disputé la mémoire de la Révolution dès la Monarchie de Juillet.

Les historiens légitimistes ont dénoncé les travers sanglants d’une période auxquels Guiot ne pouvait échapper par définition puisqu’il avait voté la mort du roi.
Les Républicains ont défendu à l’inverse l’œuvre révolutionnaire, parfois en exaltant ses aspects violents, la patrie excusant tout. Guiot les a largement atténués.
Le pire a été atteint par les chercheurs marxistes, Mathiez mais surtout Soboul, lesquels assimilaient le jacobinisme au bolchévisme et Robespierre avec Lénine. Ennemi déclaré de « l’incorruptible » , Guiot n’avait aucune chance.

Il est certain qu’il aurait été parfaitement à l’aise dans la France modérée de la III° République, respectueux du droit de propriété et ennemi de tous les excès.

Gageons toutefois que deux évolutions pourraient aider à sortir Florent-Guiot du purgatoire :

D’abord la disparition des passions sur cette période, largement remplacées par celles qui touchent la Seconde Guerre Mondiale, devenue la référence absolue du présent. Citons François Furet : « il est temps d’affirmer que la Révolution est terminée et de la considérer enfin comme un objet de science » . Prenons la donc comme un « bloc » à la Clemenceau et rendons à Florent-Guiot tout ce que la mémoire lui doit.

Ensuite, autre possibilité, se servir de la curieuse évolution de l’Histoire contemporaine dont le rôle parait être, non pas la recherche du passé, mais ce qu’on pourrait qualifier de « réparation mémorielle » quand on exhume un parfait inconnu pour lui attribuer une découverte majeure ou un rôle essentiel dans des évènements importants. Florent-Guiot répond absolument à cette définition.

Pour finir, trêve de bavardages : quand va-t-on enfin baptiser une rue, une avenue, un boulevard de Douai en souvenir de l’action bienveillante de notre représentant en mission dans le département du Nord ? On pourrait le faire au Raquet et même à la Clochette.

En espérant mieux (2/2)

Nous avons laissé Alexandre de Calonne, enfant de Douai, au moment de sa nomination au Contrôle Général, ancêtre de notre redoutable ministère des finances. A ce poste, l’audace sera sa marque, non sans prise de risque avant l’effondrement final.

Keynes avant Keynes

Quoi qu’il en soit, Calonne arrive avec un plan qui n’est pas doctrinaire comme celui de Turgot, ni moralisateur comme celui de Necker.
Sa maîtrise technique sans égale de l’administration s’inscrit dans une stratégie assez proche des futures doctrines keynésiennes. Il faut restaurer le crédit public pour relancer la machine économique donc emprunter à tout va. C’est ce qu’il va faire.

La situation budgétaire n’est pas sans rappeler celle d’aujourd’hui, avec son déficit abyssal et sa répartition défectueuse des impôts.
En 1783, dans un royaume où les plus riches paient très peu, les rentrées d’argent sont évidemment très inférieures aux sorties. De plus, les emprunts exigibles – qui ne sont pas la dette totale – représentent trois fois le volume du budget, notamment du fait du coût de la guerre d’Amérique. La banqueroute menace.

Sans perdre de temps, Calonne attaque tous les sujets. Il modifie le rapport or/argent de la monnaie pour réduire la spéculation sur les métaux précieux et restaure la ferme générale dans son organisation première.
Il crée en août 1784 une nouvelle caisse d’amortissement – future Banque de France – dont l’objectif était de rembourser en 25 ans la moitié des dettes de l’État qui représentent près de deux milliards de livres.
Il lance de concert toute une série de travaux – routes, canaux, ports maritimes – susceptibles de faciliter l’activité économique, tout en prenant des mesures financières, primes ou avances de trésorerie aux établissements, favorisant le développement industriel.
La paix étant faite avec l’Angleterre, Calonne signe, avec ce voisin qu’il admire, un traité de commerce en septembre 1786. Le pari du contrôleur consiste à favoriser outre Manche les exportations françaises, notamment en vins et produits de luxe. En retour, les importations anglaises doivent stimuler l’industrie française, ce qui sera le cas pour les secteurs les plus performants, ainsi la miroiterie.

L’afflux de capitaux permis par le desserrement budgétaire de Calonne débouche sur une frénésie de dépenses, notamment au bénéfice de la famille royale, de la Cour et plus généralement des classes favorisées, aristocratie ou bourgeoisie d’affaires.
Dans la décennie qui précède la révolution, la remarquable floraison des constructions à Paris et en province, comme le renouveau des arts décoratifs dont le sublime « style Louis XVI » , trouvent leur source dans cette manne inespérée.

Arx tarpeia Capitoli proxima

Cette hausse des dépenses ne s’accompagne aucunement d’un accroissement des impôts que Calonne a même tendance à réduire. Toutefois « l’état de grâce » commence à se dissiper. A la fin de 1785, l’opinion se retourne sous la conjonction des facteurs défavorables que le contrôleur général n’a pas réformés d’emblée.
Car seul un traitement de cheval peut soigner les maux dont souffre le budget du royaume, notamment une meilleure répartition de la charge fiscale, c’est à dire son extension à la noblesse et au clergé. En 1786, le déficit, d’ailleurs mal connu, y compris par le contrôle général, est énorme.

Une situation insoluble peut parfois être utile en obligeant à la réforme radicale dont personne ne voulait. Certains historiens estiment que Calonne aurait ainsi sciemment poussé à la dépense pour rendre inévitable la révolution fiscale. Mais dans un pays comme la France, de tous temps et pire encore dans une société d’ordres, il est impossible d’agir quand on a perdu le soutien des gens qui comptent.

Quoi qu’il en soit le ministre propose au roi en août 1786 un projet de « subvention territoriale » perpétuelle, payée par tous les propriétaires sans exception et dont le montant serait calculé par des assemblées locales. Le coup de génie, aujourd’hui banal, est de ne considérer que le terrain et pas le statut de celui qui le tient.
Au delà, à l’exemple de Turgot, il ajoute diverses mesures comme la suppression des douanes intérieures, le remplacement des corvées par une prestation en argent et enfin la transformation de la Caisse d’escompte en banque d’État.

Louis XVI approuve le plan mais, bien que « roi absolu » , il a l’obligation de consulter ses sujets sur une réforme de cette ampleur. L’opposition des parlements étant certaine, Calonne repousse la solution des États Généraux, lente et complexe. Il opte pour un compromis baroque : une « assemblée des notables » , inspirée d’un précédent de 1626. Il est certain que sa capacité de persuasion et la rapidité de la manœuvre triompheront de toutes les préventions.

L’assemblée des notables

Pour la vitesse, c’est raté. Le caractère velléitaire du roi n’a pas permis de pousser les feux. Décidée en août 1786, l’assemblée se réunit à Versailles le 22 février 1787. La pression, extrême, surmène le contrôleur général qui tombe malade, ce qui repousse de deux semaines l’ouverture des débats.

Dans la salle de l’hôtel des Menus Plaisirs montée pour l’occasion, Calonne dut s’interroger sur son prodigieux destin, lui petit noble douaisien à peine français, artisan d’un renouveau institutionnel digne d’un Richelieu ou d’un Sully, assis comme le voulait l’étiquette sur son pliant, face au roi et aux princes du sang.
Il n’a pas dormi, corrigeant jusqu’au matin son projet de discours. Quand vient son tour après les bonnes paroles de Louis XVI, il est égal à lui même. Lors de son exposé d’une heure, son « talent prodigieux » frappe l’assistance, pour autant sourdement inquiète de ce qui peut sortir de ce cerveau singulier.

Tout au long des semaines de débats, la partie s’avère moins facile que prévue. Des 147 personnalités composant cette instance, bien peu – à peine un tiers – soutiennent les innovations envisagées.
L’opposition ne faiblit pas en dépit des efforts de Calonne qui, selon un témoin, « fut en butte à tout ce que la mauvaise volonté, la grossièreté même, purent suggérer, sans qu’il sortit un instant du calme et de la modération la plus parfaite, ni que des questions tumultueuses faites et qui souvent se croisaient, embrouillassent la justesse et la clarté de ses répliques » .

Ces discussions se doublent de polémiques violentes dans l’opinion. Necker combat son ennemi dans les gazettes sur le montant réel du déficit, chiffre immédiatement réfuté dans les mêmes canaux par Calonne.
La Cour, qui ne veut aucune réforme, s’en mêle, ainsi la reine qui n’a jamais apprécié ce ministre sans doute trop intelligent pour elle. Il s’en plaint au roi. Suit une scène incroyable. Convoquée par son mari souverain, Marie-Antoinette est tancée « comme un enfant pris en faute » en présence du plaignant. « Me voilà perdu, se dit Calonne » . Il avait raison.

La disgrâce puis l’exil

Devant l’enlisement des travaux, tous les journaux bruissent du prochain renvoi du contrôleur qui croit encore, en optimiste impénitent, au soutien inconditionnel de Louis XVI. C’était mal apprécier la force de l’ennemi devant la faiblesse du roi absolu.
Se pensant sauvé au soir du 5 avril, Calonne apprend le lendemain son renvoi, associé à celui de son adversaire le plus acharné au conseil, Miromesnil.
Si beaucoup se réjouissent de cette décision, quelques esprits avisés comprennent cependant que cette éviction annonce le pire. Il est résumé d’une belle formule par Chamfort : « on avait laissé tranquille M. de Calonne quand il a mis le feu et on l’a puni quand il a sonné le tocsin » .

Les espoirs de jouer un rôle en coulisses, voire même de revenir aux affaires, sont vite douchés. Installé dans son château de Berny à Fresnes, Calonne reçoit l’ordre de se retirer dans sa terre d’Hannonville en Meuse, qu’il a acquise à son mariage. Sa seule satisfaction est sans doute de savoir que le même sort est réservé à Necker.
Loménie de Brienne, son pire ennemi, devenu ministre d’État, clôt fin mai les travaux d’une assemblée dont il ne sort quasiment rien. Sa disgrâce s’accompagne d’humiliations personnelles (il doit rendre son cordon du Saint Esprit) mais surtout d’une vindicte générale, du peuple qui le hue sur son passage et des parlements qui risquaient gros sous son ministère. Comprenant le danger et soucieux de pouvoir se défendre plus aisément, Calonne s’exile en août en Angleterre.

Le financier des Princes

Dans l’adversité, Calonne dispose de quelques consolations. D’abord l’accueil chaleureux que lui réservent les Britanniques, peut-être plus objectifs que l’opinion française ou plutôt reconnaissants des effets positifs, pour eux, du traité de 1786.
Il peut ensuite compter sur l’appui sans faille de sa maîtresse de longue date, d’ailleurs flamande comme lui, l’admirable Anne Josèphe de Nettine, fille de banquière et épouse du richissime conseiller d’Harvelay.
Veuve en septembre, elle se remarie avec Calonne, lors d’un court séjour en France, en juillet 1788 dans la chapelle du château d’Abancourt. Il y aurait beaucoup à dire sur cette épouse fidèle qui continuera jusqu’au bout à le soutenir dans ses entreprises au péril de sa fortune.

Mariage de Calonne en 1788 au château d’Abancourt, les paraphes des mariés en haut puis ceux du frère, l’abbé, ainsi que de Charles Herries, banquier britannique qui sera un soutien durant l’émigration, père d’un futur Lord of Treasury.

Quoi qu’il en soit, Calonne, de sa luxueuse demeure d’Hyde Park Corner, fait imprimer plusieurs mémoires justifiant sa politique et qui rencontrent l’actualité car la situation budgétaire de la monarchie arrive en 1788 au point de rupture.
Incorrigible, il espère que la préparation des États Généraux lui offriront un retour gagnant. Candidat à la députation dans sa Flandre natale, l’accueil qu’il reçoit est si désastreux qu’il retourne à Londres aussitôt.

L’histoire est facétieuse. Après la prise de la Bastille et l’effondrement de l’Ancien Régime, de nombreux émigrés rejoignent Outre-Manche le ministre disgrâcié.

En dépit des circonstances passées, Calonne, fidèle inconditionnel de la monarchie, est un des artisans, au début des évènements, de la contre-révolution émigrée. Sans rancune quand on considère leur attitude devant ses tentatives de réforme, il met à la disposition des princes, Comtes de Provence et d’Artois, sa capacité d’action et les ressources de sa fortune.
Membre important des conseils royaux de Coblence ou Turin, il voyage à travers l’Europe au gré des victoires révolutionnaires qui compliquent ses parcours en l’obligeant à des détours étonnants.
Reçu en grandes pompes, tel le ministre qu’il n’est plus, par certains souverains, il est aussi renvoyé par d’autres, inquiets de ses initiatives face à une République conquérante.
Il n’est pas impossible que Calonne ait aimé ce retour en grâce particulier, peut être en imaginant, en cas de restauration des Bourbons, d’un retour aux affaires.

Les derniers feux

Couché sur la liste des émigrés dès 1792, les gouvernements qui se succèdent à Paris lui prêtent – d’une manière très exagérée – un rôle central dans les manœuvres des Bourbons contre la République.
De fait, son action apparait de moins en moins influente au fil des ans. Elle est plutôt épistolaire, sinon littéraire, avec de nombreuses publications sur la situation française qui démontrent toujours d’une fine compréhension des enjeux.
Ces prises de position conduiront d’ailleurs à la rupture avec les princes, les comtes de Provence (futur Louis XVIII) et d’Artois (futur Charles X), quand Calonne affirmera l’impossibilité de revenir, en cas de restauration, sur les réformes sociales et fiscales de la Constituante.

Comme toujours, l’ancien Contrôleur dépense l’argent qu’il n’a pas. Son épouse en voyage avait pris, avant de partir, la précaution d’emporter l’argenterie pour rendre impossibles les invitations qu’ils ne pouvaient se permettre. Sans hésiter, Calonne loua tout le matériel de table, sans rogner ensuite sur la magnificence des plats qu’il considérait devoir à ses hôtes.

A ce rythme, comme celui de son éloignement des chefs de l’émigration, sa situation financière devient peu à peu insoluble. Sa collection de tableaux – 360 toiles dont des Rembrandt, Titien, Vinci, Tintoret etc. – saisie à Londres, mal vendue, est dispersée dans toute l’Europe.
A partir de 1795, quand arrive en France le Directoire, Calonne entre dans la période la plus difficile qu’il ait connue, au point d’attaquer, comme le montrent ses courriers, la bonne humeur qui, dans l’adversité la plus noire, ne l’avait jamais quitté.

Retour en France

Avec la Paix d’Amiens en 1800 qui fait suite à l’arrivée de Bonaparte au pouvoir, Calonne réclame sa radiation de la liste des émigrés. Il est à peu près oublié de l’opinion mais pas des gouvernants qui trainent pour accéder à sa requête.
Audacieux comme à son habitude, il débarque à Calais en mai 1802 pour forcer le destin. Il espère, dans la remise en ordre financière menée par le Premier Consul, retrouver un rôle à jouer… à 68 ans.

De fait, il compte sur ses contacts près du nouveau pouvoir. Ainsi Mollien, réfugié à Londres comme son ancien patron sous la Terreur, devenu en 1800 directeur de la Caisse de Garantie et d’Amortissement – future Caisse des Dépôts et Consignation – qui doit apurer la dette française.
On le croit aussi lié à Fouché qui compte l’utiliser contre Talleyrand pour amadouer les milieux royalistes qui commencent à compter à Paris, comme ceux proches des intérêts britanniques.

Calonne rédige dans l’urgence plusieurs mémoires qu’il adresse à Bonaparte, persuadé qu’ils attesteront d’une compétence restée intacte. Il y a dans ces notes des vues pénétrantes, posées comme toujours sur une expertise des finances de haute volée. Le charme est cependant rompu. Si personne ne tient compte de ces écrits, c’est aussi que ses anciens collaborateurs n’ont aucune envie qu’on rappelle leur passé au service de Louis XVI.
A cette fin, le Moniteur publie un commentaire cinglant sur un projet « tellement faux qu’il n’avait pas l’air d’avoir été fait à Paris mais d’être écrit de la Chine » . Napoléon rappelle de Sainte Hélène les conditions de cet accueil hostile. Vingt ans plus tard, il avait gardé en tête l’apparence défectueuse de mémoires « qui étaient raturés, il ne s’était pas donné la peine de les épurer. Ce manque d’égards me choqua. D’ailleurs, je n’entrais pas dans les idées de l’ex-ministre » .

Resté à Paris, Calonne ne désespère pas pour autant mais le destin, cette fois-ci, va contrecarrer ses plans. Se promenant dans le jardin des Tuileries, apercevant une montgolfière s’élevant dans les airs, il se met à courir pour voir de près l’envol de l’engin. Rentré chez lui en nage, il est atteint d’une pneumonie qui l’emporte le 29 octobre 1802.

Destins des Calonne

Ainsi se termine l’existence d’Alexandre de Calonne, sans doute, avec Merlin, la plus célèbre de Douai pour cette période et même au delà. Pour autant, sa disparition y passa inaperçue comme d’ailleurs dans tout le pays. L’heure du ministre était finie, le monde n’avait plus besoin de lui.

Quant à ses proches, leur destin rejoint cette indifférence. Son épouse, qui l’avait assisté jusqu’au bout avec son dévouement habituel, décède en 1813, n’ayant « conservé que 6000 francs de rente et ne se plaignant pas » .
Son fils unique, Charles, n’était déjà plus de ce monde. Officier de chasseurs au service de l’Angleterre, atteint de la malaria, il meurt à Messine en 1808.

Plus singulière sera la destinée de son jeune frère Ladislas. Soutenu par son aîné dans sa carrière ecclésiastique, il lui apporte en retour un soutien sans faille lors de l’émigration, notamment par des contacts innombrables dans toute l’Europe.
En 1799, « l’abbé » s’installe simple prêtre au Canada, sur des terres de l’Île-du-Prince-Édouard qui appartenaient à son frère. Revenu en Angleterre en 1803 pour s’entendre avec les créanciers qui le harcelaient depuis la mort d’Alexandre, il exerce un ministère à Liverpool le temps de régler ces dettes.

L’abbé de Calonne, né à Douai en 1743 et mort à Trois-Rivières en 1822.


Établi au Québec en 1807, ce prélat pourtant habitué au faste vivait en ascète, réservant ses revenus aux plus nécessiteux. Estimé des populations des deux langues et des deux religions, Ladislas est mort en 1822 en « odeur de sainteté » . La tradition orale canadienne a longtemps conservé ce pieux souvenir. En 1962, une vieille ursuline de Trois-Rivières parlait encore de « notre M. de Galonne » comme si elle l’avait connu.

Pour finir, outre ce parcours prodigieux tenant à de rares compétences intellectuelles, retenons quelques traits de caractères qui permettront peut être d’atténuer l’opprobre généralisée dont est victime jusqu’à aujourd’hui notre Contrôleur Général.
D’abord une incontestable générosité qui contredit la cupidité régulièrement attachée à son souvenir. Les sources documentaires, notamment celles de sa période d’émigration, indiquent que toute rentrée d’argent aboutissait pour lui à une immédiate distribution de ces fonds à plus pauvre que lui.

Mais il y a mieux encore. Ainsi cette profession de foi, exprimée par l’intendant Calonne. Elle pourrait être méditée à profit par nos actuels dirigeants : « n’être pas touché de la misère publique, ne pas craindre d’aggraver les charges du peuple, ne pas faire son possible pour en diminuer le poids, ce n’est pas seulement un défaut de mérite dans un administrateur des finances ; c’est à mes yeux une véritable infamie » .

En espérant mieux (1/2)

Dernier grand ministre de l’ancien régime, Alexandre de Calonne était un enfant de Douai. Si la postérité n’a pas toujours été tendre avec lui, les historiens ont récemment réévalué sa tentative de réforme de la monarchie avant l’effondrement de 1789.
En dépit de cet échec, le personnage mérite qu’on s’y arrête. Son origine flamande et parlementaire serait en elle même un sujet d’intérêt mais il est surtout, à bien des égards, un prototype de la caste des hauts fonctionnaires qui peuplent aujourd’hui nos administrations.

C’est avec cette idée en tête qu’on doit aborder ce portrait qui sera partagé en deux parties, toutes placées sous la devise géniale de sa famille : « en espérant mieux » .

Une grande famille parlementaire

Calonne qui est né à Douai le 20 janvier 1734 n’était pas le fils de n’importe qui. Son géniteur, Louis, était président du parlement de Flandre. Sa mère, Henriette de Francqueville d’Abancourt, venait d’une noblesse un peu plus ancienne que celle de son époux. Sa famille était de Cambrai. Il en reste des traces, le musée municipal a été installé dans son hôtel.

Revenons au père. Il était né en 1700 à Tournai d’où sortaient les ancêtres de la plupart de ses collègues. Comme eux, il a rapidement rejoint Douai devenue en 1713 capitale de la province. Louis suit les traces de ses père et grand-père en embrassant la magistrature, laquelle leur avait permis l’anoblissement.

Il faut d’emblée préciser que ce terme de « parlement » n’a aucun rapport avec celui que nous connaissons aujourd’hui. Il s’agissait d’instances judiciaires dont les membres – aristocrates – achetaient leurs charges, loin de toute désignation gouvernementale et de toute élection.

Il y a toujours, comme point de départ de ces dynasties locales, des biens fonciers plus ou moins nombreux, fruits de cette remarquable habileté dans les affaires dont a toujours fait preuve – jusqu’à aujourd’hui – l’élite flamande.
Pour les Calonne, ces possessions se trouvent à Merchin, bourg de Lesquin, où leur seigneurie comptait une vingtaine d’hectares associés à un certain nombre de rentes. Se sont ensuite ajoutés d’autres titres puis diverses charges échevinales à Tournai puis Douai.

Des débuts prometteurs

Revenons au jeune Alexandre de Calonne. Envoyé à Paris au célèbre collège des Quatre-Nations, il s’y révèle extraordinairement brillant, décrochant plusieurs prix de grec, de latin et même d’éloquence. Pour autant, c’est à Douai qu’il acquiert ses diplômes de « Droit et de Droit canonique » .
Reçu avocat en 1754, il se forme aux affaires aux côtés de son père. Après quelques années consacrées à la jurisprudence locale dont il devient rapidement expert, il est en 1758 avocat général au conseil provincial d’Artois. C’est une position d’attente. Louis de Calonne, président à mortier depuis 1739, reprend la place de procureur général de Douai en 1757 pour la transmettre toute chaude à son fils préféré.

Hotel dit de Calonne détruit par les Allemands à Douai en 1918
Hôtel de la famille Calonne rue de Bellain en novembre 1918

Le moment est propice car l’équilibre des trois clans qui se partagent les postes du parlement de Flandre vient de se rompre par la mort en 1756 de Charles-Joseph de Pollinchove, président incontesté durant 45 ans.
Les deux familles restantes – Calonne et Blondel d’Aubers – s’opposent sans merci, lutte que n’atténuent pas les liens matrimoniaux. La sœur d’Alexandre, Marie-Anne, est l’épouse d’Eugène Blondel, successeur de Pollinchove en décembre 1756.

Trois ans plus tard, comme prévu, Alexandre succède à son père au poste de procureur général au parlement de Flandre. Cette accession n’est pas régulière du tout mais Louis dispose de soutiens solides à la Cour et surtout la réputation du fils, déjà grande, permettent quelques entorses à la règle.
L’œuvre du procureur de Douai sera à la hauteur des attentes. Il est certes un régional de l’étape, expert des arcanes du parlement local, ce qui l’aide beaucoup, mais sa compétence et son efficacité marqueront les esprits. Aucun de ses successeurs ne parviendra à l’égaler.

L’homme du roi

Il y a un risque, si on entre trop dans les détails de l’action de Calonne à Douai, de perdre nos lecteurs. Retenons simplement qu’elle s’inscrit dans l’antagonisme qu’entretient la monarchie avec ses parlements. Ces derniers s’attachent sans relâche à maintenir, sinon augmenter, leur autonomie devant le pouvoir royal. De cette opposition insoluble sortira la révolution.

Quoi qu’il en soit, paradoxalement, le procureur général sera plutôt du côté du roi contre ses collègues et en premier lieu son beau-frère. Ce dernier a beaucoup de mal à conjurer ses initiatives. Il est vrai que sa capacité de travail, son intelligence stratégique et son culot sont très supérieurs aux compétences du premier président.

Calonne est soutenu par le gouvernement, soucieux de disposer d’un parlement, certes renforcé dans ses prérogatives mais dont les patrons sont loyaux à la monarchie. Dans cette période troublée, l’appui d’une telle instance, même aussi petite que l’est la Flandre des confins, est toujours bon à prendre.

Le procureur général démontre d’un brio sans égal. Il n’y a pas un parlementaire qui lui arrive à la cheville et il le sait. A ce titre, son arrogance est sans limites, alliée à un optimisme excessif. Incapable de rancune, il oublie que ce travers, surtout chez les médiocres, peut être inexpiable.

En 1763, une opposition massive va causer sa perte. Son projet de création d’une « cour des aides » visant à rassembler toutes les exceptions fiscales – innombrables – sous la seule juridiction du parlement de Douai ne passe pas. Parvenu au conseil du roi et pourtant soutenu par le contrôleur général, le dossier est enterré sine die.
Comme de nos jours, la peur de débordements avait conduit le pouvoir à ne rien changer.

Un grand intendant

Comprenant que la cité ne lui sera jamais favorable, Calonne quitte Douai pour acheter, en 1765, un office de maître des requêtes. Ce n’est pas donné, son coût serait aujourd’hui de plus d’un million d’euros, mais il est payant. Cette fonction parisienne met ses titulaires au contact régulier du gouvernement qui peut en distinguer les personnalités les plus prometteuses.
« État que l’on n’embrasse que pour le quitter » selon le mot du chancelier d’Aguesseau, il est le vivier – sorte d’ENA -où la monarchie recrute ses hauts fonctionnaires, ministres, intendants, contrôleurs généraux etc.

Très vite, Calonne se fait remarquer, intervenant en 1765 d’une manière décisive lors de la célèbre affaire de Bretagne. Sa manœuvre dans la procédure – habile mais sans scrupules excessifs – conduit le président La Chalotais à l’arrestation puis l’exil.
Plus encore, il contribue à la rédaction du discours de Louis XV lors de la « séance de la flagellation » au parlement de Paris en mars 1766. Le monarque rappelle – par des mots aussi cinglants que choisis – qu’il est, dans le royaume, la source de toute autorité : « l’ordre public tout entier émane de moi, j’en suis le gardien suprême, mon peuple n’est qu’un avec moi » .

La récompense ne tarde pas. Calonne obtient l’intendance des Trois-Évêchés, suivie en 1778 par celle de son pays natal, la Flandre et l’Artois. Son action, à Metz puis Lille, est remarquable dans ces fonctions assez proches de celles des futurs préfets napoléoniens.
Comme elles touchent beaucoup de domaines, il s’intéresse de près aux innovations agricoles, industrielles ou financières avec un suivi attentif des détails qui fait le succès de la mise en œuvre. L’urbanisme, comme à Douai où il a défendu avec succès contre les échevins le règlement de 1718, est une de ses préoccupations essentielles.
Lille en recevra sa salle de spectacle et un nouvel hôtel d’intendance, réalisés après son départ mais dont le projet, permis par l’astucieux croisement de sources financières auxquelles personne n’avait pensé, est sorti tout entier de son esprit fertile.

Enfin, dans ces positions, Calonne parvient à impressionner la haute noblesse, duc de Broglie ou prince de Condé, qui lui apporte un soutien utile pour la suite. Ce milieu – qui n’est pas celui de la robe – l’attire. L’attraction, réciproque, découle de ses qualités qui épousent celles de la Cour. Spirituel, aimable, fastueux, il aime de plus les femmes qui le lui rendent bien.

Le ministre d’État

Calonne a épousé en 1769 Marie-Joséphine Marquet, riche héritière. La fiancée n’est pas jolie avec « un grand front élevé et un menton en galoche » mais elle est la petite fille de Pâris-Duverney, issue d’une famille de la haute finance qui compte des banquiers, des fermiers généraux ou des receveurs du roi. Ce mariage prestigieux et la fortune qui s’y attache durent peu. Coup du sort, la jeune épouse meurt l’année suivante en couches à vingt ans.

Fidèle à la monarchie tout en sachant faire connaitre à la Cour sa réputation d’habileté, Calonne vise rien moins que le contrôle général des finances. On parle souvent de nos jours de ce fameux « hubris » dont sont affligées certaines personnalités politiques. L’intendant de Flandre répond assez bien au concept. La situation financière du royaume est catastrophique mais il ne doute pas un instant qu’il est l’homme de la situation.

Dès 1781, utilisant ses incontestables talents littéraires, il n’hésite pas à publier sous le manteau un libelle hostile à Necker. Remercié en mai, le banquier suisse, qui en devient un ennemi mortel, est remplacé successivement par deux médiocres, Joly de Fleury puis d’Ormesson, qui se sont mis à dos tous les milieux d’affaires. Calonne profite durant cette période d’une campagne médiatique qui crée en sa faveur une étonnante attente de la part de l’opinion.

Il est vrai que personne n’ignore qu’il peut être, par sa bonne maîtrise de ces sujets, une solution aux deux maux du pays, l’opposition parlementaire et la méfiance de la haute finance.
Le 3 novembre 1783, Alexandre de Calonne est nommé par Louis XVI, qui s’est fait forcer la main par Vergennes, contrôleur général des finances, emploi complété en janvier 1784 par le titre de ministre d’État.

On raconte que dès sa première rencontre avec le souverain, il ose à brûle-pourpoint lui réclamer une très forte somme pour éteindre ses dettes. Surpris, le roi accède toutefois à sa demande, lui donnant des actions d’une compagnie dont la vente devait couvrir le besoin.
Les mauvaises langues ajoutent que le contrôleur général, dont la vie à crédit faisait partie de son prestige, s’est bien gardé de s’en défaire. C’était un « bonus de bienvenue » avant la lettre

La grande période d’Alexandre de Calonne s’ouvre alors, à 50 ans, pour le royaume et pour lui.

Une tache sur la joue

Tant d’hommes célèbres sont passés à Douai qu’on a parfois du mal à faire du tri dans cette liste prestigieuse. Évoquons celui qui a donné à notre rivale lilloise la citadelle considérée comme la plus belle de toutes : Sébastien Le Prestre de Vauban.

Pour Lille donc, on comprend bien mais quel lien avec notre ville ? En y réfléchissant un peu, on pourrait imaginer qu’une bonne part de ses fortifications sont de sa main. C’est un peu vrai mais globalement faux. D’abord parce que ces constructions, « espagnoles » donc flamandes, étaient bien antérieures à sa naissance et ensuite parce qu’elles ont été continument améliorées après lui.

Mais alors quel lien pouvons nous faire entre Douai et Vauban ? En 1656, il était venu dans la région quand Turenne – pour le roi – et Condé – pour les Espagnols – s’affrontaient pour la possession du Hainaut. Cette année là, c’est en « ingénieur ordinaire » qu’il participe au siège de Valenciennes. Si c’est un succès – la ville est prise parce que les habitants n’avaient plus rien à manger – le futur maréchal dira de cette affaire qu’il « n’est pas concevable combien les Français y firent de fautes. Jamais les lignes ne furent plus mal faites et plus mal ordonnées » .

Dans cette critique radicale s’incarne tout Vauban. La liberté de parole, la vision sans concession et enfin le retour d’expérience. Car ce soldat n’a pas manqué tout au long de sa vie de perfectionner l’art de la guerre et surtout celui de la poliorcétique. Il étudiait sans relâche les exemples qu’il avait devant lui et les échecs qu’il pouvait connaître.

On sait que Sébastien, né en 1633, est issu d’une famille très modeste, à peine noble. Il entre dans les armes tout en bas de l’échelle, du côté des Frondeurs comme le voulait l’époque. Sa famille étant bourguignonne, on suit le gouverneur révolté de la Bourgogne, le prince de Condé. Placé dans l’infanterie, il démontre d’emblée d’éminentes qualités. A la bravoure, trait obligatoire de sa caste, il ajoute le « petit plus » qui change tout : l’intrépidité.

Fait prisonnier lors d’une patrouille, on le fait comparaitre devant Mazarin qui perçoit immédiatement les qualités de ce jeune morvandiau râblé et costaud, plein de vie et d’esprit. Le cardinal dont on oublie souvent qu’il a été militaire avant d’être tonsuré, n’a pas beaucoup de mal à le convertir à la cause royale. Elle sera celle de toute sa vie.

Lieutenant, il rejoint un régiment d’anciens Frondeurs repentis. Sérieusement blessé au siège de Stenay- c’est lui qui allume la mèche qui démolit le bastion d’attaque – il est fait capitaine. Un peu plus tard, comme nous l’avons vu, Vauban est au siège de Valenciennes, passé de l’infanterie au génie, terme qui lui va si bien.
Hors son intérêt pour la science, il avait eu très vite l’intuition que cette arme, mal traitée et tenue par les aristocrates pour secondaire, pourrait être celle de son accomplissement. Il avait raison. Il en sera le premier maréchal de l’histoire.

Pourquoi donc Douai ? Attendez un peu. Après Stenay, apprécié par Mazarin, Vauban participe à de nombreux sièges. Cette expérience, parsemée de blessures, s’ajoute aux travaux de défense des villes conquises. C’est en « ingénieur principal » qu’il est appelé par Turenne, lors de la Guerre de Dévolution, pour diriger les attaques des places fortes que les Espagnols possèdent dans les Flandres. C’est ainsi qu’il participe, en 1667, aux conquêtes rapides de Louis XIV : Tournai (25 juin), Douai (7 juillet) et Lille (17 août).

Nous voilà donc à Douai. Lors du siège de notre ville, comme à son habitude, Vauban est en première ligne. Une de ses innovations consiste à faire progresser les sapeurs et ensuite l’infanterie à l’abri, dans ces fameuses tranchées en zig-zag qu’il a copiées des Turcs.
A force de terrassements, on encercle la place par des « circonvallations » qui empêchent toute sortie et tout secours. Profitant de la Scarpe, les habitants, seuls chargés de la défense comme le veut le mauvais système impérial, « tendent » l’inondation en ouvrant les vannes. Ainsi, noyée sous les eaux, une bonne partie de la ville est infranchissable.

Il reste toutefois des parties plus ou moins à sec. C’est dans ces endroits que se concentrent les attaques, en premier vers la porte d’Esquerchin. La phase ultime est l’assaut – à moins que les assiégés ne se rendent avant, ce qui s’est passé à Douai – souvent précédé par des sapes qui détruisent les murailles. L’ingénieur est toujours en première ligne, près des hommes, vérifiant la mise en œuvre et payant de sa personne. Il faut parfois faire le coup de feu contre les assiégés qui tentent des sorties pour empêcher les travaux de l’adversaire ou les détruire.

C’est dans ces circonstances que Vauban est blessé. Des témoins décrivent l’ardeur des troupes françaises à mettre en place des « boyaux de tranchées, larges et sûrs, creusés avec une telle rapidité qu’une batterie de dix canons fut en état de tirer dès quatre heures du matin » . L’opération est risquée. Les Douaisiens, pourtant peu nombreux, ripostent avec habileté de leurs mousquets et de leur artillerie, cette dernière particulièrement efficace avec un tir « aussi bien ajusté que jamais canon l’eût été » .
Plusieurs officiers sont ainsi touchés. C’est le cas de Vauban alors « capitaine de Picardie, ingénieur fort renommé déjà » . Il est blessé au visage, à la joue gauche mais sans qu’on sache exactement par quoi. Coup de feu, éclat de boulet ou de fauconneau, ricochet quelconque, on l’ignore. Ce qu’on sait en revanche c’est que le maréchal va garder la trace de cette blessure toute sa vie, comme le prouvent ses portraits après Douai.

Ce n’était évidemment pas la plus grave qu’il ait reçue mais incontestablement la plus symbolique, celle qui montrait à tous sa manière de servir et son mépris du danger.
Comme le veut tout sujet historique, des chercheurs – évidemment Belges – ont récemment mis en cause l’origine de cette tache sur la joue. Pour eux, pas de blessure mais une maladie de peau. Grain de beauté, angiome, ils se perdent en conjectures mais sont bien incapables de dire plus, leur hypothèse découlant d’un examen minutieux des portraits du maréchal.

Oui mais bon, va-t-on nous enlever l’honneur d’avoir compté dans sa vie ? Et bien non. Refusons les inventions des démolisseurs de réputations. Gardons cet épisode à la gloire du grand maître des fortifications et aussi un peu à celle de notre ville.
Sébastien Le Prestre de Vauban l’a donnée au royaume de France, c’est ça qui compte, et mettons cette mystérieuse blessure quelque part entre la vérité historique et la beauté de la légende, avec Douai tout au milieu

Le prince de la jeunesse

Troupes de retour de Crimée

Découverte au détour de la lecture des irremplaçables mémoires de Mme Camescasse, la personnalité d’un certain Jules Pinquet réclame aujourd’hui notre attention.
Exhumons du néant ce Douaisien qui a frôlé, sans vraiment en faire tout à fait partie, l’histoire de notre ville. Il était, selon Valentine, « un cœur charmant, plein de bonté et ayant l’amour du beffroi ».

Embarquement vers Belleforière

Plusieurs anecdotes savoureuses marquent en effet son originalité. Ainsi cette partie de campagne vers 1860 à laquelle il convie ses amis possédant une voiture, tous de la bonne société.
Il leur annonce prendre la tête de la « cavalcade » qui s’élance sur la route du Raquet. Le guide ajoute que l’objectif sera de s’arrêter dans un château dont les propriétaires sont absents pour y manger à leurs frais. L’hospitalité était alors un devoir sacré auquel personne n’aurait pu se soustraire. Tous les participants possédant autour de la cité un lieu de villégiature, chacun d’entre eux, sans mot dire, s’inquiète de cette possible invasion dont il devra assumer la dépense.
Voilà la compagnie qui passe devant le château des Luce à Courchelettes. Elle ralentit mais redémarre. « Ouf, pense le maître de maison, ce ne sera pas chez moi » . Le manège se reproduit à Cuincy chez les Dronsart, à Esquerchin peut être chez les Guerne etc.
Même inquiétude devant chaque demeure et même lâche soulagement pour les propriétaires quand le cortège après avoir ralenti reprend sa route. Enfin, au terme de cette sinueuse pérégrination, il parvient au lieu-dit Belleforière à Roost-Warendin où les voyageurs découvrent qu’un repas rustique les attendait.
Servis par les cochers mis dans la confidence, les invités furent reçus aux frais du facétieux amphitryon.

La poule noire de Pinquet

Décidément excentrique, Pinquet logeait dans une maison place d’Armes, à côté de l’hôtel du Dauphin, au numéro 10. Elle était tellement étroite, à la flamande, qu’elle ne connaissait qu’une pièce à chaque étage, succession verticale du salon, de la salle à manger, de la chambre etc.

La maison de Jules Pinquet
Sur la gauche, la quatrième en partant de l’angle de la place, l’étroite maison de Jules. Le « belvédère » est là, c’est un balcon.


Lors de la pendaison de crémaillère, le propriétaire fut dans l’obligation d’accrocher des planches sur chaque mur pour y recevoir ses invités. Tout le monde mangeait en tournant le dos aux convives, organisation curieuse qui n’empêcha pas au repas, selon Valentine, d’être aussi gai que réussi.
Signe d’une liberté de mœurs peut être réservée aux bourgeois, encore qu’il ne la montrait pas à son bras dans la rue, Pinquet vivait maritalement avec une jeune femme, « belle femme brune » que toute la ville surnommait la « poule noire » pour son goût des robes sombres comme on les portait sous le Second Empire.
L’étrange demeure de Pinquet possédait un belvédère dont on disait qu’il permettait à son inventeur de la surveiller quand elle faisait ses courses car Jules était d’un tempérament jaloux.

Un fils de bonne famille

On croise encore ici ou là Pinquet et sa famille dans les pages de Mme Camescasse.
Ce fut ainsi son caveau familial qui abrita la dépouille de l’abbé Lefebvre, doyen de Notre-Dame, qui mourut aussi pauvre qu’il était adoré de ses paroissiens.
Autre mention de cette générosité familiale, le « retour de noces » donné par les Pinquet en 1845 à plusieurs jeunes mariés dans leur hôtel de la place du marché aux poissons. La lecture du menu (Romanée 1725, Château-Margaux 1719…) informe sur la magnificence du temps. Plus encore, le programme de la soirée intégralement retranscrit fait comprendre le sérieux qu’on mettait dans la convivialité.

Acte de naissance Jules Pinquet
Acte de naissance de Jules, le père est négociant brasseur et habite rue de la sous-préfecture

Les archives de la cité donnent des éléments plus factuels sur la vie de Jules Pinquet qui a traversé presqu’intégralement le XIX° siècle. Né en 1811, il est décédé dans sa ville natale en 1899.
Il lui fit d’ailleurs à cet instant, un legs d’importance, l’intégralité de ses biens. La commune le reçut avec reconnaissance, indiquant toutefois qu’une partie était aliénée, ce qui semble indiquer que la fortune de Jules, faite de nombreuses propriétés immobilières autour de Douai, s’était amenuisée à la fin de sa longue vie.

Acte de décès de Jules Pinquet 1899
Acte de décès de Jules. Il loge rue Saint Eloi, 11, son cousin Demont est là ainsi que son concierge.

Le père de Pinquet, Philippe, né en 1780 à Râches, était brasseur. Prospère, il faisait partie de ces hommes nouveaux qui devaient leur ascension sociale aux évènements révolutionnaires.
Jouissant d’une bonne respectabilité, il était conseiller municipal et fut même un temps adjoint au maire de Douai. Sa soeur, Marie-Gabrielle était l’épouse de Philippe Butruille, brasseur lui aussi, maire de Roost-Warendin, juge de paix et propriétaire du château de Jean Baptiste Paulée à l’abbaye des Prés.
Marié à une Marie Demont, Philippe était donc parent de cette famille de juristes dont un des descendants directs, peintre fameux, connut en son temps une certaine célébrité.
Outre Jules, le couple avait une fille, Elise, née en 1810 qui fut mariée en 1839 avec Henri Wiart, maire de Cambrai au début de la III° République .
Par les Demont, il existe un lien avec la famille Luce avec Louis de Legorgue qui, selon Mme Camescasse, après avoir partagé un cabriolet et son cheval avec Louis Desuède, sera associé durant des décennies à la tribu des Demont-Desuède, Demont-Castille et autres Demont.

L’animateur des plaisirs

Fils d’une famille en vue, Jules paraît jouer à de multiples occasions un rôle d’animateur officiel de la société locale. Il était présent à de nombreuses manifestations publiques, alors même qu’il ne disposait d’aucun mandat, hors son réseau familial, son incomparable entregent et peut être aussi ses célèbres capacités de danseur.
On repère ainsi sa présence lors de l’inauguration, en juillet 1855, sous l’autorité de l’abbé Capelle, du Saint Sacrement de Miracle dans l’église Saint Jacques.
Plus précis encore, l’année suivante, « délégué par les jeunes gens de la ville », il accueille aux portes de Douai par une harangue patriotique le 14° régiment d’artillerie qui retrouve sa garnison après la guerre de Crimée. Tout au long de la route, de Cantin à Douai, des arcs de triomphe fleuris célèbrent la victoire de Sébastopol tandis que la population massée sur les trottoirs acclame les vainqueurs.

Le café de l’Industrie

On trouve enfin Pinquet mêlé à des controverses juridiques qui auraient ravis les spécialistes du droit commercial.
Il existait place d’armes un établissement répondant au nom de « l’hôtel du Grand Homme ». Possédé par une dame Plaisant qui l’exploitait, elle le loua en 1858 aux époux Coillet pour qu’ils le prennent à sa suite. Deux ans plus tard, elle signe le bail à Pinquet du bâtiment contigu – le fameux n° 10 dont il est question au dessus – pour qu’il puisse y ouvrir un café répondant au nom de « l’Industrie ». Il n’exploite pas lui même. En dépit de son activité de brasseur, il n’est probablement qu’un prête-nom. C’est la famille Plaisant qui s’en charge. On se doute que les Coillet ne virent pas d’un bon œil cette concurrence s’installer juste à côté.
Le différend se régla devant les tribunaux. Pinquet eut beau se déplacer en personne pour soutenir sa cause, les juges furent insensibles à sa démonstration. Elle soutenait que la loi n’interdit pas à un propriétaire  de louer deux maisons distinctes à deux personnes différentes pour y exercer une même activité.
Pour les magistrats, toutes sortes d’éléments – les locations successives, l’attitude de la propriétaire – prouvaient la concurrence déloyale, sans parler du non respect des clauses du bail donné aux Coillet que la dame Plaisant avait dénoncé après le premier jugement en sa défaveur. Elle fut comme Pinquet, condamnée aux dépends.

Un boulangiste douaisien

A la fin de sa vie, en 1888, Pinquet fut le leader local du mouvement boulangiste quand le général entreprit, après son éviction de l’armée, une tournée dans le Nord en prévision de l’élection législative partielle d’avril qu’il remportera d’ailleurs haut la main.
Ce fut Pinquet en personne qui le reçut à Douai le 12 mars 1888 lors de ce déplacement triomphal. Une foule conséquente accueillit la délégation dans laquelle se trouvait Eugène Mayer, patron du journal La Lanterne, ferme soutien du général. Compte tenu de la popularité du candidat et pour éviter tout problème, le préfet avait consigné les troupes dans leurs cantonnements.
Un « punch » payé par souscription fut donné à l’Hôtel de Flandre. Pinquet, au titre de sa position de « vieux Douaisien et doyen d’âge »,  y fit un très long discours décrivant les qualités du héros qui « avait bien mérité de la Patrie » . il insista surtout sur l’histoire de la cité dont ses moments de résistance, leur trouvant des points communs avec l’épopée du « brav’ général » .
Il faut évidemment remettre en perspective cette manifestation de défiance envers la République opportuniste avec le déménagement de l’université à Lille. Le souvenir encore vif de cette décision « inique » explique la popularité de Boulanger dans une cité pourtant connue pour sa modération politique. Pinquet était un des leaders les plus actifs du refus de la disparition des facultés.

Ce dernier trait ne manque pas de piquant quand on considère l’affection que porte Mme Camescasse à son lointain cousin. Son époux, préfet de police de la République naissante, fut un des adversaires les plus résolus des Boulangistes.
Sans doute, faut-il encore une fois en déduire que l’amour de la cité de Gayant prenait le pas, pour ces Douaisiens du temps passé, sur toutes les autres considérations.

Ah ! Quelle belle époque !

Sin, Sin, c’était dans mon programme

Amis de la poésie bonsoir,
Comme le dit l’intéressée régulièrement : il fallait oser
—————————————–

Douai c’était moi, j’en étais l’héroïne, l’unique
Douaizizaglo l’ennemi, j’allais lui faire la nique

Douai pour toi, je mènerai seule la révolte
Douaizizaglo mon adversaire, mais mais… virevolte !

Les alliés, les fans, assommés par la nouvelle
S’interrogent. Un départ de Douai ? Oh non, pas elle
Bientôt, la fuite est confirmée. Juste un petit bond
Cadeau du parrain malin sauvé dans son canton

La grosse couleuvre, fallait l’avaler en silence
Gageure majeure même pour le notaire vieille France
Entendre en plaidoirie qu’on défend Douai à Sin
Et dire à Douai sans rire qu’on défendra Sin sans fin

L’ambition s’impose. Devant elle, tout disparait
Il y a l’intérêt de Sin, le sien mais pas celui de Douai
La vertu tuée d’un coup par le bras corrupteur
Comme l’insoumis perdu oubliant ses valeurs

Un mandat pour moi, c’est ce que j’ai toujours cherché
Vous m’avez aidée, vous m’aiderez quand je serai perchée
Là haut dans le département, celui qui m’a vue naitre
Vous m’y verrez souvent près de mon nouveau maître

Ainsi élue, ma place, la mienne, belle et riche chose
La seule qui compte, refrain connu de ceux qui osent
La grande cité décline, ailleurs est mon destin
A moi l’indemnité : je prends mes sous à Sin !

Paulée ou la cuisine financière

assignat article jean-baptiste Paulée

Comme son ami Vanlerberghe mais en mieux, le parcours de Jean Baptiste Paulée, enfant de Douai, est emblématique des destins extraordinaires favorisés par la Révolution.

De la légende à la réalité

Son ascension prodigieuse frappait les contemporains qui forçaient le trait sur son origine obscure pour mieux en souligner l’exploit.  Présenté comme un « garçon d’auberge quasi illettré », il était en fait le fils d’un hôtelier prospère qui savait parfaitement signer – donc écrire – comme le prouve l’acte de naissance de Jean-Baptiste, enregistré par le curé de la paroisse St Pierre le 17 décembre 1754.

Son nom, Paulée, qui est selon Dauzat une déformation du prénom Paul, est très courant dans le Nord de la France , avec des graphies différentes, ainsi Pollet ou encore Paulet. La forme accentué, plutôt maline, différencie cette famille de toutes les autres.

On sait peu sur la période pré-révolutionnaire de Paulée, sinon qu’il aurait travaillé à l’hôtel de Bourbon (ensuite « de Flandres »), place d’Armes, qu’il recevra de son père en héritage. Selon la légende, il aurait épousé la cuisinière de l’auberge. Ce « cordon bleu » traitant avec beaucoup d’attention les clients dont il attendait des avantages, il en aurait tiré ses premiers succès.

Il n’en est rien. Si notre aubergiste s’était marié une première fois avec une demoiselle Delassalle, devenu veuf, il a ensuite épousé en 1783 une certaine Marie Barbe Dervaux. Loin d’être une spécialiste des fourneaux, celle-ci était issue d’une famille de censiers aisés qui possédait le château de Lewarde.

Lewarde, 19 août 1783, tout le monde signe, la mariée à côté du marié

Son frère, Paul Joseph sera maire de la commune au début du siècle. Mieux, il est l’arrière-grand-père maternel de Mme Camescasse par sa fille, Adèle, qui épousera en 1820 Louis Delegorgue.

L’hôtellerie sous l’Ancien Régime est peu documentée. Les voyageurs, notamment anglais, décrivent une offre flamande de qualité, à l’inverse de celle des auberges du Midi jugée plus discutable.

On peut faire l’hypothèse que l’hôtel de Bourbon, sur la plus belle place de la ville, entrait dans une catégorie supérieure qui offrait à son « maître d’hôtel », c’est à dire son patron, de confortables revenus. De même, dans une ville de garnison, de plus siège d’un parlement, une auberge réputée était le centre d’un réseau étendu de relations et d’informations qu’il pouvait mettre à son profit.

Le début de l’ascension

Quoi qu’il en soit, loin de l’hôtellerie, tout indique que Paulée s’est essayé relativement tôt au commerce international dont d’abord celui des grains, spécialité de Douai. L’approvisionnement de son hôtel l’avait probablement habitué aux circuits d’échanges, sachant que le débouché naturel du Douaisis est d’abord l’ancienne Flandre. Tournai notamment, ville avec laquelle tous les bourgeois importants, survivance du passé, possèdent des liens familiaux ou professionnels. Sur les actes, avant 1789, il se présente d’ailleurs comme « négociant », ce qui démontre qu’il avait très tôt dépassé son ancienne pratique.

Sépulture de Julie Paulée, 11 mois, fille de Brigitte Delasalle et de Jean-Baptiste, « négociant », St Albin, février 1783

Comme un Bonaparte qui ne serait rien sans elle, la Révolution va changer le destin de Paulée. Signes de son adhésion aux temps nouveaux, il fait partie de la Garde Nationale et du conseil municipal, tout en étant membre de la franc-maçonnerie locale.  Il est une des personnalités douaisiennes – intéressées – qui, dès 1790, réclament l’achat des biens nationaux par la commune, préalable légal pour qu’ils puissent ensuite être revendus… à leur profit. 

En février 1792, Paulée acquiert pour près de 20 000 livres le couvent des Dominicains. Puis, trois ans plus tard, en septembre 1795, alors qu’il est déjà lancé dans les affaires de haute volée, il investit près de 2 millions pour s’emparer de l’abbaye des Prés. Il y installera à grand frais une demeure dont le luxe frappera les Douaisiens qui en parleront longtemps, même après sa démolition.

A partir d’avril 1792, un autre évènement lui a en effet donné l’occasion d’associer l’enrichissement radical à ses opinions politiques avancées. La guerre déclarée par la France contre l’Autriche-Hongrie va plonger le pays et la Flandre en particulier dans un long conflit armé. S’il est ruineux, le coût est relatif : les conquêtes sont une manne financière pour la République.

Paulée sera exactement à la rencontre de ces deux mouvements qu’on hésite un peu à qualifier de vertueux. Lancé dans le lucratif commerce des fournitures militaires, il livre surtout des vivres, ainsi des grains, que sa connaissance du secteur lui permet sans doute de rassembler facilement, sans parler de sa capacité à mobiliser des fonds, les siens et ceux de ses innombrables associés.

A cette époque, l’armée ne dispose d’aucun service d’intendance, ni de moyens logistiques. On sous-traite à l’ancienne mode. Des fournisseurs passent un accord avec l’Etat en se chargeant de tout (marchandises et transports) contre une rémunération confortable. Paulée, d’abord sans doute intermédiaire, devient très vite actionnaire de diverses « compagnies des équipages militaires » lesquelles, compte tenu des volumes en jeu, manient des sommes énormes pour assurer la livraison des vivres nécessaires aux unités combattantes.

Des aventuriers aux confins des banquiers

Durant cette période qui ne se stabilisera financièrement qu’après la fondation de l’Empire, fournisseurs et banquiers apparaissent souvent alliés dans cette fièvre affairiste. Paulée sera ainsi associé à son compatriote Vanlerberghe tout en étant en relation d’affaires avec les Panckoucke de Lille, Declerc de Dunkerque ou encore les Gossuin d’Avesnes.

Tous ces manieurs d’argent se confondent dans ces opérations aussi risquées que rémunératrices dont le statut moral laisse beaucoup à désirer du côté des compagnies comme celui de l’administration.

Le mécanisme d’enrichissement procède de la capacité à rassembler le numéraire qui permet l’achat des fournitures. Le prix demandé en contrepartie à l’Etat permet un excellent bénéfice, sans doute accru par le prix réellement payé auprès des producteurs. Il faut aussi ajouter les pots-de-vin passés avec les généraux qui jouent des quantités comme de la qualité des marchandises. Si l’armement est irréprochable, les effets militaires sont parfois lamentables. Les semelles des souliers en carton étaient courantes…

Pour autant, le paiement – nous sommes en pleine période des assignats – peut mettre les fournisseurs en grande difficulté quand la valeur nominale du prix s’éloigne trop de sa valeur réelle, ce qui sera systématiquement le cas jusqu’au Consulat. Ce décalage mènera certains fournisseurs à la banqueroute. Ayant payé les livraisons, parfois par un emprunt, ils sont remboursés avec de la monnaie papier qu’une inflation galopante réduit à peu de chose.

Comme on l’apprend à l’école, invention géniale, les assignats étaient garantis sur les biens nationaux dont ils étaient la contrepartie en valeur. Mais à la fin de la Convention, tous ceux situés en France ont été gagés ou vendus alors même que la planche à billets a tourné à plein (valeur des biens : 3 milliards, assignats en circulation : 50 milliards). Seules les confiscations qui suivent les conquêtes militaires peuvent permettre aux détenteurs d’assignats de rentrer dans leurs frais.

Possédant une masse considérable de papier, Paulée obtiendra ainsi du Directoire en 1797 un décret qui l’autorise à acheter pour 16 millions de biens nationaux en Belgique, fruit des confiscations menées au détriment des congrégations religieuses. Il acquiert ainsi une multitude d’exploitations à Charleroi, Mons et évidemment Tournai. On trouve dans ces achats de « gros morceaux », ainsi les abbayes de Gembloux et d’Argenton.

S’il existait une forte différence entre sa créance et ce que l’Etat lui a proposé comme remboursement en nature, Paulée se rattrape sans difficulté par la sous-estimation de ces biens, probablement un tiers de la valeur réelle. On peut supposer que notre Douaisien, en voisin averti, connaissait parfaitement le potentiel de cet achat.

Un financier de haute volée

Dans la gestion de ses affaires, Paulée démontre qu’il avait une connaissance très précise des questions financières. Cette expertise contredit facilement la réputation d’inculture qui lui a été faite de son vivant et qui subsiste curieusement jusqu’à aujourd’hui. Un mémoire sur la nécessaire réforme des finances publiques publié en 1799 expose une hauteur de vue qu’on ne s’attend pas à trouver dans la tête d’un « garçon d’auberge quasi-illettré » .

Réflexions sur les finances, JB Paulée, Paris, 1799

S’il est probable qu’il ait été aidé dans cette publication par divers spécialistes, il devait toutefois être capable de soutenir ses démonstrations devant les ministres ou grands commis avec lesquels il traitait. Pour autant – il était connu pour ces choix – Paulée sut s’entourer de collaborateurs de valeur, nombreux et surtout grassement payés qui ont contribué à maintenir et faire fructifier sa fortune.

Une dernière caractéristique différencie Paulée de ses collègues et qui, là encore, atteste de son habileté, c’est sa capacité à traverser, fortune faite, tous les aléas qui ont suivi la Révolution et l’Empire. Avec la dépréciation monétaire déjà évoquée, toutes sortes de risques guettaient ces aventuriers, entre autres la faillite mais, pire encore, la prison.

Si le gouvernement acceptait, du fait de l’urgence et de la nécessité, quelques entorses à la règle, l’exagération pouvait mener en cellule ou à l’échafaud. Accusés de prévarication et de soustraction à l’impôt, Vanlerberghe ou Ouvrard furent ainsi brièvement emprisonnés. Paulée, pourtant très lié avec ses deux collègues, lui même régulièrement mis en cause, réussit miraculeusement à échapper aux foudres de la justice.

Il faut peut être voir ici un effet d’une utilisation bien comprise de ses ressources financières ou, mieux, l’existence d’appuis efficaces au plus près de l’Etat. Paulée était ainsi proche de Merlin, un temps Directeur, qu’il soutiendra à son tour matériellement quand le jurisconsulte sera exilé aux Pays-Bas après la Restauration.

Mémoire en défense de Paulée qui souhaite « éclairer la religon » des députés du Conseil des Cinq Cents sur son enrichissement, 1798

Dès le début du Consulat, Paulée, par acte notarié, informe de son retrait de toute activité de négoce, dans la capitale ou ailleurs. S’il se défait de diverses propriétés, il conserve toutefois la plus grande part de ses possessions. On lui attribuera régulièrement, chiffre rapporté à de multiples reprises dont le montant interpelle par son immuabilité, 500 000 francs de rentes, produit de plusieurs milliers d’hectares de terres agricoles (9697 exactement).

Il recourt en Belgique à plusieurs agents d’affaires chargés de gérer, non seulement les fermages qui sont énormes en termes de revenu mais tout autant le placement de ces capitaux auprès de financiers ou de commerçants. Il lui arrivera ici ou là par le biais d’un prête-nom de réaliser quelques opérations mais il ne reprit jamais ses activités passées. Elles auraient été d’ailleurs, compte tenu de l’assainissement menée par le régime napoléonien et la sévérité de l’Empereur envers l’agiotage, bien moins rémunératrices qu’à la folle époque du Directoire.

Après l’aventure, la rente

La légende une fois encore présente Paulée vautré dans le luxe de ses palais et qui dilapide sa fortune comme tout parvenu se devait de le faire puisqu’elle avait été si mal gagnée. Une fois encore, ce n’est pas tout à fait exact. Si son goût pour le luxe, les comédiennes et la bonne chère ne se démentit jamais, il conserva ses richesses jusqu’au bout.

Selon plusieurs témoignages, il était entiché de musique mais surtout de théâtre, la tragédie ayant sa préférence. Il fut longtemps le protecteur de Mlle Duchesnois qui avait l’avantage d’être née en voisine à Saint-Saulve.

Partageant son temps entre Douai et Paris, il faisait de nombreux séjours dans son hôtel de la rue de Provence. Il en profitait pour y donner des dîners recherchés où il invitait de préférences des gens de théâtre et des personnalités « qui comptaient » dans la société parisienne.

Un témoin raconte : On y faisait bonne chère, bien qu’on dût subir toutes les manies, toutes les excentricités de son service de table qu’il dirigeait lui même. M. Paulée était alors d’un assez grand âge. Il ne manquait ni d’esprit, ni d’obligeance. Il était presque aphone et lorsqu’il voulait parler, il fallait que tout le monde se tut. Il disait donc à chacun à voix basse : « écoutez moi donc ! »

Mort à Douai en 1832, Paulée n’eut qu’un fils, Jean-Baptiste César, né en 1789, officier de Hussards dans l’armée napoléonienne. Chevalier de la Légion d’Honneur en 1813, il avait épousé trois ans plus tôt l’une des filles Vanlerberghe, Sophie. Cet évènement fut le « mariage du siècle » compte tenu des fortunes qui s’alliaient à cet instant, cérémonie toutefois ternie par les déboires judiciaires, au même moment, du père de la mariée.

César Paulée, lieutenant d’Etat-Major, tout juste décoré de la Croix, 1813

Si César est décédé jeune, en 1831 – un an avant Jean-Baptiste – sa fille Aglaé, née en 1811, fut la direction unique de toutes les richesses de son grand-père paternel, sans même évoquer celles de sa mère Vanlerberghe. Elle épousa en 1836 Tanneguy Duchâtel, fils de sénateur, comte d’Empire, ministre à plusieurs reprises sous la Monarchie de Juillet. De ce personnage fastueux aux mains pleines, Mme Camescasse, peut être parce qu’elle en était apparentée, disait le plus grand bien.

Tanneguy Duchâtel, époux d’Aglaé Paulée

Le ménage Duchâtel eut un fils, Charles, ambassadeur puis député, qui épousa en 1874 une Harcourt mais surtout une fille, Rosalie, mariée en 1862 au duc de la Trémoïlle. La veuve de César Paulée, devenue entretemps vicomtesse Jacqueminot, toujours vivante, eut donc l’honneur de voir sa petite fille, descendante directe, parait-il, d’un aubergiste douaisien, sublimée en véritable duchesse de France.

Znane osoby urodzone w Douai

Les liens de Douai avec la Pologne sont connus. Des noms slaves se découvrent partout, au détour d’une enseigne, d’un voisinage, d’une liste. Il suffit de regarder …

Ces patronymes feraient chez nous le bonheur des joueurs de Scrabble : Rybak, Szczesniak, Szatan, Robaczewski, Sitko, Malolepszy, Gwizdek, Skurpal, Amborski, Bojanek, Lepczynski, Gierszal, Kaczmarek, Kluziak, Wroblewski, Dudziak, Taszarek, Drzewiecki, Smukala, Wroblewski, Kieltyka, Mazur…

Quand on y regarde bien, la Scarpe est en fait un affluent de la Vistule.

De vieux alliés de la France

En dépit des distances, la France a entretenu de longue date des relations avec la Pologne. Il n’est pas besoin de citer les compagnons polonais de Jacques Lesaige, aristocrates fastueux qui, au début du XVI° siècle, l’accompagnaient vers la Terre Sainte.

Un Valois – le futur Henri IIIfut même brièvement roi de Pologne en 1574. Désigné par les nobles soucieux de trouver une protection catholique un peu solide contre l’inquiétant voisin russe orthodoxe et l’agressif prussien luthérien, il ne resta à Varsovie que quelques mois.

Plus proche, en 1725, Marie Leszczynska, fille du roi de Pologne, est devenue reine de France par son mariage avec Louis XV. Par elle, nos derniers Bourbons, de Louis XVI au Comte de Chambord, ont eu dans leurs veines du sang polonais.

Dépecée par ses voisins de 1772 à 1795, la Pologne s’est trouvée au cœur des soubresauts de la Révolution. Epousant ses idéaux qui prônaient l’existence d’Etats nations mais surtout soutenant Napoléon – qui créera pour eux le Duché de Varsovie – de nombreux officiers et soldats intégreront la Grande Armée.

L’Arc de triomphe porte ainsi les noms des généraux polonais devenus français « par le sang versé ». Sulkowski, aide de camp de l’Empereur, Poniatowski ou encore Dombrowski, à l’origine du « Mazurek Dąbrowskiego », l’hymne polonais qui, chose étonnante, cite même Bonaparte dans un vers.

Des émigrations au rythme des insurrections

Tout au long du XIX° siècle, les désirs d’indépendance de la Pologne aboutiront à de nombreuses  révoltes. Leurs échecs seront la cause d’émigrations fréquentes de la part d’une « intelligentsia » – terme polonais – qui les dirigeait.

Après l’insurrection de 1830, près de 6 000 personnes, pour la plupart des militaires, émigrent en France qui les accueille avec enthousiasme. Il en sera de même, en moindre proportion, en 1848 puis en 1863, la Pologne ne retrouvant qu’à l’issue de la Grande Guerre, en 1919, une indépendance si chèrement attendue.

Curieusement, cette restauration aura comme conséquence une émigration plus massive encore. Une convention passée avec la France dès la signature du Traité de Versailles permet l’entrée de plus de 600 000 travailleurs destinés aux travaux agricoles, à l’industrie et, bien entendu, à l’extraction minière, secteurs où le besoin de main-d’œuvre après la saignée de la guerre s’avère important.

Cette première vague connaît des conditions matérielles d’installation difficiles. La Société Générale d’Immigration, fondée par des syndicats patronaux, notamment le comité des houillères et celui des fabricants de sucre, traite cette population avec bien peu d’égards.

Les choses sont différentes avec les « Wesphaliens », Polonais installés en Rhénanie au XIX° siècle. Refusant, leur patrie étant ressuscitée, de rester en Allemagne, l’absence de travail dans le pays natal les pousse à leur tour à émigrer en France. Ils s’installent en grand nombre dans notre bassin minier, apportant à la satisfaction des houillères une compétence technique « germanique » qui oblige au respect.

Vivant en circuit fermé jusqu’à la deuxième guerre avec ses « sokols » , son clergé, ses journaux, ses associations, ses commerces, la diaspora polonaise – 150 000 personnes en 1945 – fera le choix de l’installation durable en France après la Libération.

carte postale ancienne de la Boucherie Charcuterie polonaise J. JACHIMCZYK - Pologne à Douai
On doit y trouver des metkas
https://www.facebook.com/KasimirZgorecki/

Ce choix découle de facteurs complexes dans lesquels jouent ensemble le refus du régime communiste athée, la situation économique de la Pologne dévastée et, à l’inverse, aux lois sociales favorables du pays d’adoption qui améliorent profondément les conditions de vie des travailleurs polonais en France.

De fait, les enfants de ces derniers entretiendront un lien avec le pays natal beaucoup moins  profond que celui de leurs parents et grands-parents. Dès le début des années 50, par les mariages, le service militaire et l’assimilation découlant de l’école française, l’émigration polonaise est devenue définitive.

La Pologne avant Polonia

Avant « Polonia », ainsi que les Polonais désignent leurs diasporas, il y eut dans le Douaisis des précurseurs à ces vagues multiples d’immigration.

Les archives de la ville permettent ainsi d’exhumer l’histoire de la famille Koszutski dont l’arrivée fut liée à l’insurrection de 1830. Le fondateur du clan s’appelait Jean Napoléon Koszutski. Son père, Rafal, était francophile comme l’étaient à cette époque beaucoup de Polonais.

Durant la présence française, fermier général des biens nationaux, il fut ensuite fournisseur des armées impériales. On peut comprendre que le retour des Russes en 1815 fut peu favorable à cette famille.

Né en 1811 à Piasecka Wola (près de Lublin), Jean Napoléon était étudiant à Berlin lorsqu’éclate  la révolution de 1830. Engagé dans les « cavaliers-nobles de Posen », le lieutenant Koszutski, après l’échec de l’insurrection, émigre d’abord en Belgique. Sans doute au titre de ses études berlinoises, il s’établit à Douai en 1838 pour enseigner l’allemand au lycée royal, fonction qu’il conservera jusqu’en 1885.

Cette étonnante durée d’exercice (la retraite à 74 ans…) s’ajoute à une compétence régulièrement saluée. Son proviseur s’étonne ainsi de son opiniâtreté à obliger ses élèves à l’oral, ce qui démontre que cette méthode pédagogique n’allait pas de soi en 1880. L’Inspection Générale, qui demandera en vain pour lui la Légion d’Honneur, est tout autant dithyrambique, indiquant que ce professeur est « toujours jeune, actif, très utile et aimé de ses élèves ».

Dans un enseignement linguistique balbutiant, beaucoup d’officiers polonais réfugiés en France assurèrent des enseignements d’allemand, langue qu’ils connaissaient tous plus ou moins bien. Koszutski est un des rares à avoir présenté avec succès un certificat d’aptitude (ancêtre du CAPES) qui explique la stabilité de son poste au lycée de Douai.

Jean Napoléon conservera toute sa vie des liens étroits avec la diaspora, l’école polonaise de Paris, l’admirable famille Czartoryski, les réseaux des innombrables exilés en France. Il fut surtout très proche de Joachim Lelewel, sans doute rencontré à Bruxelles où l’écrivain s’était installé en 1833.  Ce dernier cite régulièrement dans  ses « Lettres de l’émigration » le « professeur » ou « le savant professeur », alias Koszutski, qui lui sert de courrier et d’agent vers la France.

C’est peut-être par Lelewel que Koszutski s’est intégré à la notabilité bruxelloise. En décembre 1845, il se marie, à Ixelles, avec une demoiselle Hardy de Beaulieu. L’oncle de la mariée est général et son frère, Adolphe, député au parlement, personnalité de premier plan du jeune Etat belge.

Tout en conservant des liens avec sa culture natale, Koszutski, après l’échec de l’insurrection de 1863 qui sonne le glas des espoirs d’une proche indépendance, s’installe durablement en France. La même année ce bonapartiste affirmé est naturalisé français avec le soutien actif du ministre Duruy.  

Les obsèques du professeur Koszutski seront célébrées à Douai le 8 août 1888. Son « cercueil était escorté des officiers de la garnison de Douai » , ainsi ses quatre fils en uniforme dont il sera question un peu plus loin. Autant d’égards auraient ravi celui qui, jusqu’au soir de sa vie, se présentait toujours comme un « ancien officier polonais » .

Acte de décès de Jean Koszutski, 1888, Pologne à Douai
Acte de décès de Jean Koszutski, ses deux fils demandant la disparition du prénom « Napoléon » un peu trop bonapartiste pour l’époque.

Pourtant, son « intégration », selon les termes actuels, sera totale. Ainsi par la destinée de ses cinq garçons et ses deux filles, tous nés à Douai, tous dotés de prénoms à la fois français et polonais, qui ne reviendront de fait jamais au pays des ancêtres.

Gloire aux Koszutski

Des enfants de Jean Napoléon, si l’un de ses fils  – le seul marié – prendra une épouse française, les filles choisiront des partis liés à l’immigration polonaise.

L’ainée, Edwige, née en 1856, épouse en 1878 Anton Kulesza (francisé en Antoine Koulesza, naturalisé en 1888), ingénieur chimiste à Cambrai. Le mariage dura peu, la jeune épousée disparaissant dès 1879, peut être à la suite d’un accouchement difficile. Signe des liens conservés avec sa belle-famille, Antoine sera inhumé dans le caveau douaisien des Koszutski après son décès à Bruxelles en 1903.

Faire-part de décès d’Edwige Koszutska, 6 mars 1879

La cadette, Marie, se maria sur le tard – à 41 ans – en 1904 avec un officier d’origine polonaise en retraite, Stéphane Etienne Koszarski. Cet émigré de 1863 – originaire de Mazovie comme les Koszutski – qui s’était engagé en 1870 au service de la France, décèdera à La Flèche en 1913.

Avec ces deux filles, les cinq fils de Jean Napoléon Koszutski forment un ensemble qui doit être détaillé pour en présenter tous les étonnants reliefs.

1-L’aîné, Alexis Thadée a vu le jour en 1847. Sa carrière a débuté sous les meilleurs auspices par une entrée à l’Ecole Polytechnique en 1867. Ses rangs de classement démontrent de ses capacités intellectuelles (28ème sur 136 à l’entrée, 39ème sur 124 en sortie et 1er sur les 3 qui intègrent directement le corps d’Etat-Major).

Son début de parcours, au moment de la guerre franco-prussienne de 1870, lui a permis d’y jouer un rôle. Attaché à l’Etat-Major Général, il assure plusieurs missions lors du siège de Paris et durant la Commune.

Capitaine en 1877, il passe ensuite dans l’infanterie où il rejoint le service géodésique de l’armée alors dirigé par le célèbre général Perrier. Il participe à divers travaux topographiques en Algérie mais aussi en Tunisie, pour préparer la mise en place du protectorat de 1881, mission aux confins de l’espionnage.

Il est en effet muté ensuite en 1886 à l’État-Major des Armées (EMA) au sein de la « section de statistique » chargée du renseignement, sans doute au titre de ses connaissances linguistiques et scientifiques. Il y restera jusqu’en 1896, date de sa démission de l’armée.

Il est possible que ce départ prématuré ait un lien avec l’affaire Dreyfus. Le « 2° bureau » , autre nom de la « section » , dirigé successivement par les célèbres Sandherr, Picquart puis Henry a été au cœur de ces évènements. Ce sont ses officiers qui ont découvert et instruit le fameux « bordereau » qui en a été le déclencheur.

Après ces fonctions « sensibles » , vice-président du syndicat des journalistes militaires,  le commandant Koszutski se lance dans une seconde carrière, publiant des analyses remarquées dans les colonnes de plusieurs journaux, ainsi « Le Temps », « l’Echo de l’armée » ou « La Patrie »

Sa mort brutale, en 1908, à 61 ans, a sans doute interrompu un parcours qui aurait pu se déployer encore.

2-Jean Bronislav, né en 1848, présente un profil plus atypique. Il est reçu à St Cyr (ESM) en 1868 dans la promotion du Sultan d’où il sort 142ème sur 227. Sous-lieutenant au 2° Régiment de Chasseurs, il commande un peloton durant le conflit franco-prussien. Combattant autour de Metz, il est capturé par l’ennemi qui le tient prisonnier à Glogau en Silésie jusqu’en mai 1871.

Lieutenant en mars 1873, il suit en 1875 les cours de Saumur comme officier d’instruction (il sort 20ème sur 35). En janvier 1877, il est affecté au 2e bureau de l’État-Major des armées. Capitaine, intégré à l’Ecole Supérieure de Guerre, il en sort breveté en 1879 (71ème sur 75).

portrait de Jean Bronislav Koszutski
Jean Bronislav Koszutski lors du stage de Saumur (1875)

Il poursuit ensuite sa carrière en alternant les mutations en Etat-Major de division et les commandements de troupe : 2° Chasseurs en 1879, 10° Hussards en 1884, 8° Dragons en 1890.

Chef d’escadron, Koszutski est mis en retrait d’emploi pour indiscipline en 1894. Il inonde des supérieurs de trop nombreuses demandes de congés, y compris auprès du ministre. Ces démarches, menées au delà du raisonnable, expliquent cette sanction. Ce coup d’arrêt a mis un terme radical à sa carrière qui ne dépassa pas le grade de « commandant », conservé jusqu’en 1902 après avoir été versé dans la Territoriale.

En 1883, il s’est marié à Tours avec Marguerite Mahier, fille de notaire. Ce beau parti lui donne les moyens de faire construire en 1891 le château du Haut-Villaumay à Auzouer en Touraine. De style éclectique, avec deux tours, une ronde inspirée de Chaumont et une carrée copiant le grand palais de Florence, cette impressionnante bâtisse existe toujours.

la Pologne à Douai - Famille Koszutski - Château du Haut Villaumay à Auzouer en Touraine
Le château Haut-Villaumay à Auzouer, construit en 1891 par Bronislav.

Koszutski aura deux filles, Edwige et Hélène qui épouseront à leur tour deux frères militaires, Bernard et Gabriel Madon. Il est décédé très âgé à Auzouer en 1938.

3-Edouard Joseph a vu le jour en 1850. Entré à St Cyr dans la promotion de Suez en 1869, il en sort 88ème sur 242 élèves.  Cette sortie correspond, plus que ses deux  frères, à la deuxième phase de la guerre de 1870, quand le gouvernement de Gambetta mobilise pour défendre le pays toutes les forces militaires disponibles après la chute de l’Empire.

La création de ces nouvelles unités reposait en partie sur la formation de « régiments de marche » qui, devant l’urgence, eurent recours à des cadres improvisés. Cet expédient explique sans doute qu’en dépit de son âge – il a 19 ans mais il est saint-cyrien – Edouard fut promu capitaine au 2° bataillon de marche de chasseurs à pied.

Cette unité, qui appartenait au 22° corps de l’armée du Nord dirigée par le général Faidherbe, fut engagée dans plusieurs batailles indécises, sinon perdues, de cette phase ultime de la guerre, L’Hallue, Bapaume puis Saint Quentin en janvier 1871. Blessé lors de cette dernière affaire, rapatrié chez ses parents au 4 rue St Vaast, le capitaine de vingt ans y est mort le 5 février 1871.

4-Witold Antoine est né en 1854. Comme son frère aîné, il réussit le concours d’entrée à l’Ecole Polytechnique en 1873. Il le fait moins brillamment puisqu’il fut quasiment le dernier de la promotion (entré 241ème sur 242, sorti 224ème sur 226 et enfin classé 120ème sur 121 pour l’entrée dans l’artillerie).

Sous-lieutenant en 1873, lieutenant en 1877 et enfin capitaine en 1883, il passe chef d’escadron d’artillerie en 1900. Grâce à l’arme qu’il avait choisie et qui en est la spécialité, il fut plusieurs années en garnison à Douai, entretenant de nombreuses relations dans la notabilité locale.

Commandant de la batterie de Maubeuge en 1906, il est nommé la même année à la tête de la célèbre « commission d’expérience de Calais » qui améliore les matériels d’artillerie, ainsi le fameux canon de 75 ou des modèles divers de projectiles.

Tombé malade, recueilli par son frère Bronislav au château d’Auzouer, il y décède en décembre 1909. Sa notice nécrologique, dans le « Bulletin polonais littéraire, scientifique et artistique », indique qu’il parlait très bien la langue et qu’il avait gardé un lien étroit avec les associations et la diaspora polonaises.

5-Thadée Eugène, né en 1858, est le dernier fils de Jean Napoléon.  Entré à Saint Cyr en 1878 (promotion des Zoulous), il est classé à l’entrée 200ème sur 370 et en sort 321ème sur 352.

Ayant fait le choix de la cavalerie, sa carrière sera relativement stable au plan géographique et militaire. Muté au 14° régiment de chasseurs à cheval de Dôle en 1881, il rejoint en 1885 le 6° à Lille où il fait toute sa carrière ou presque. C’était un cavalier accompli, habitué des concours hippiques, nombreux à cette période d’avant guerre, âge d’or de cette arme avant l’apparition des blindés.

Koszutski est chef d’escadrons en août 1914 au moment de l’offensive allemande. Il commande les 7èmeet 8ème escadrons détachés par le 6° Chasseurs à Maubeuge pour défendre les ponts qui mènent à la ville. La prise de la place par les Allemands, le 7 septembre, envoie en captivité les troupes qui y sont installées dont la demi-brigade et son chef qui passe toute la guerre en Allemagne.

Résidant à Lille après sa libération (Rue Basse, 40), le commandant Koszutski s’était ensuite fixé à Commercy où il est décédé en en 1933.

Une conclusion patriotique

Il serait difficile de trouver aujourd’hui cinq frères officiers. Cet exemple, qui étonnait déjà leurs contemporains, révèle la fascination de l’état militaire qui devait être forte dans la famille Koszutski. Elle rencontre deux volontés de revanche, celle de la Pologne disparue et surtout celle de la France vaincue en 1870.

Plusieurs points communs sont repérables dans le parcours de la fratrie. D’abord, une conclusion décevante après un début prometteur. En dépit de leur formation initiale brillante, aucun Koszutski n’accèdera au généralat. Pourtant, les deux derniers sont de la génération des chefs de la Grande Guerre (Galliéni 1849, Foch 1851, Joffre 1852, Pétain 1856). Witold est décédé trop tôt pour jouer le rôle qui aurait pu être le sien dans une artillerie devenue essentielle lors du conflit. Thadée, fait prisonnier dès le début des opérations, n’a pu donner la mesure de ses compétences.

Les cinq frères Koszutski, tous « boursiers avec trousseau » lors de leurs études, ont profité des largesses de l’Etat français qu’il soit impérial ou républicain. Tous ont été distingués par la croix de la Légion d’Honneur, certains jusqu’au grade d’officier : Alexis en 1886, Jean en 1889, Witold en 1894 et enfin Thadée en 1905, de plus officier en 1920 (pour la défense de Maubeuge). Ils reçurent aussi des décorations étrangères, ainsi les ordres du Soleil Levant, de la Couronne du Siam ou le Nichan Iftikhar, autant de reconnaissance de la variété des missions qui leur ont été confiées.

Faute de descendants mais aussi du fait de l’installation des générations suivantes dans d’autres régions de France, il ne reste plus de Koszutski à Douai. Gardons toutefois en mémoire ce clan précurseur pour ses caractéristiques uniques mais aussi, tels qu’ils apparaissent dans les archives, par ses traits plus privés, ainsi la cohésion extraordinaire de ses membres, tous soudés par le respect de la culture polonaise et l’amour sans réserve du pays d’accueil.

Merveille d’internet

Nous avons reçu, voilà quelques temps, cette intéressante communication d’un descendant de la famille Koszutski (Daniel Madon, cf le message plus bas) qui complète heureusement notre article :
« Bien entendu nous avons toujours évoqué (sans les avoir connus) nos ancêtres polonais. La famille portait le nom de : Leszczyk Koszutski. Le géniteur était Jean Napoléon dont vous relatez parfaitement l’histoire, marié à Rosalie charlotte Augustine Eugénie Le Hardy de Beaulieu (née en 1823, décédée en 1879). Ils eurent 7 enfants (2 filles et 5 garçons) dont notre arrière-grand-père :
Bronislaw Jean Leszczyk Koszutski qui, après sa carrière militaire, vécut très longtemps au château de famille le Haut Villaumay commune d’Auzouer-en-Touraine (Indre et Loire) avec son épouse Marguerite Charlotte Mahier.  Ils sont tous deux décédés au château du haut Villaumay. Le mari le 26 décembre 1938 et son épouse le 15 juillet 1933 (étant elle-même née à Tours le 12 novembre 1862)

Ils sont enterrés tous les deux dans le caveau familial à Château-Renault. Ils ont eu 4 filles : Edwige Koszutska qui épousa Bernard Madon (mon grand oncle), Hélène Koszutska qui épousa Gabriel Madon (mon grand-père). Leurs 2 autres filles, Marie et Anne sont mortes en bas âge .
Mes  grands-parents sont également enterrés à Château-Renault dans le caveau familial. Ils vécurent longtemps à Dijon où mon grand-père était avoué près la Cour d’Appel. Ils sont décédés également au château du Haut-Villaumay : Gabriel Madon le 29 mai 1943 et son épouse Helene le 25 avril de la même année… Il est dit dans la famille que notre grand-père se laissa mourir de chagrin après le décès de sa femme…..

Mes grands parents eurent 5 enfants, Léon, mon père, né à Dijon le 6 décembre 1912, docteur en Droit, époux d’Andrée Jeanne Germaine Boisset, Marguerite, Bernadette, André,  époux de Paulette Hugé et Geneviève, sœur bénédictine.

Famille Madon au château du Haut Villaumay
Bronislaw Koszutski entouré de ses enfants et petits-enfants au château du Haut Villaumay

Nous avons gardé le château du Haut-Villaumay depuis le partage en 1950 entre les deux frères Madon, dans lequel nous avons surtout profité des moments de vacances
et ensuite après le décès de notre père en 1967, nous l’avons gardé en indivision . Nous venons de le vendre…

Nous ne parlions pas entre nous de Douai mais souvent des Koszutski. Car dans le vestibule du château du Haut Villaumay, il y avait le tableau avec les armoiries de la famille et dans le grand salon aussi avec une couronne comtale et une devise « Dieu protège le Haut Villaumay ».

Ce fut pour mon arrière-grand-père la réalisation de sa vie car c’est lui qui fit agrandir une maison à l’origine bourgeoise pour en faire un château (tour ronde copiée sur le château de Chaumont sur Loire et tour carrée copiée sur le palais ducal de Florence). Il y adjoignit un tennis et des communs : écurie, garage et logements pour employés.

On peut comprendre son envie de congé sur congé quand il était militaire pour aller vivre une vie de châtelain tourangeau avec son épouse tourangelle et environ 10 à 12 personnes qui vivaient et travaillaient au château : cocher, cuisinière, jardinier,  servantes etc. Tout ce monde ainsi que les fermiers car il y avait trois fermes qui dépendaient du château avec plus de 600 ha.

De là, Jean-Bronislaw rendait visite à ses voisins également châtelains. Toutes les communes aux alentours avaient souvent deux ou trois châteaux.   C’était une autre époque. Il y recevait ses enfants et petits enfants issus des mariages de ses deux filles Edwige et Hélène.

Ma grande tante Edwige, mariée avec Bernard Madon officier cavalier, eurent trois enfants : Jean, Claude épouse de Montaudry et Françoise épouse Boulle. »  

Un Tartare à Douai

Maison aux quatre coins du baron de Tott - Ville de Douai

Contrairement à une idée aussi locale que reçue, il peut arriver que des hommes célèbres fassent honneur à notre cité sans y être né.  La vie du baron de Tott est un roman dont Douai constitue un chapitre intéressant puisqu’à l’exemple de Jacques Lesaige, il nous rapproche de l’Orient.

Un hussard au service de la France

Son père André (1698-1757) faisait partie de la diaspora hongroise qui, après l’échec de la révolte contre l’Autriche (1703-1711), avait émigré en Turquie à la suite de leur chef, le prince Rákóczi. Après quelques années passées à Istanbul, entré au service de la France en 1720, il devint officier puis colonel du célèbre régiment des Hussards de Bercheny.

Son fils François (en magyar Báró Tóth Ferenc), notre tartare, est lui né en 1733 à Chamigny d’une mère française. Très jeune, il embrasse la carrière des armes lors de la guerre de succession d’Autriche où Louis XV, allié à la Prusse, affronte les Habsbourg. Blessé à Bataille de Lauffeld en 1747, il suit, la guerre terminée, son père dans plusieurs missions diplomatiques en Orient.

Exploits au service de la Sublime Porte

Cette première expérience est le début d’un séjour de vingt ans auprès de la Sublime Porte durant lequel De Tott va défendre les intérêts du roi de France en apportant au sultan, notre allié depuis François 1er, toute l’étendue de ses connaissances militaires.

D’abord envoyé auprès du khan de Crimée, il se rend en 1769 à Istanbul où il réussit à approcher le sultan Moustafa III. Ce dernier, qui lui confie la poursuite de la réforme militaire initiée par Bonneval Pacha, lui permet de moderniser l’artillerie ottomane en introduisant les nouveautés techniques (fonderie, normalisation des projectiles, affuts mobiles etc.) que Gribeauval met en œuvre en France au même moment.

La Turquie qui est en guerre contre la Russie depuis 1768 essuie de nombreux revers. La flotte de Catherine II menace le détroit des Dardanelles donc, pour la première fois de son histoire, Istanbul.

Déployant une activité prodigieuse, De Tott renforce les fortifications côtières. Il augmente leur puissance de feu à un tel niveau que les navires russes, pourtant conquérants, n’osent pas forcer le passage.

Après ce succès qui le fait connaître de l’Europe entière, y compris de la tsarine qui ironise sur ce « chevalier Tott, qui se tuera à force de fondre des canons et d’exercer des canonniers », le baron continue son œuvre auprès du sultan.

Malheureusement, sa vision d’une réforme profonde de l’armée ottomane le rend peu à peu suspect parmi les chefs militaires, notamment les janissaires, hostiles au changement qui menace leur puissance. La mort du sultan en janvier 1774 puis le catastrophique traité de Koutchouk-Kaïnardji passé avec la Russie en décembre de la même année, fragilisent sa position. Le baron de De Tott quitte Istanbul en 1776.

Au titre de son expérience ottomane, le ministre de la Marine Sartine lui confie en 1777 une mission d’inspection des consulats « dans les Échelles du Levant et en Barbarie » dont le but caché était une exploration de l’Égypte destinée à préparer l’éventuelle annexion de cette province par la France. Les enseignements de cette mission seront la base de la future et célèbre expédition menée par Bonaparte vingt ans plus tard.

Lieutenant du roi à Douai

Le baron de Tott possédait parfaitement la langue turque et connaissait bien les institutions et les mœurs de l’Empire ottoman.

Ses « Mémoires sur les Turcs et les Tatares » publié à Amsterdam (en fait Paris) en 1784, a été traduit et lu dans toute l’Europe. Document de premier ordre dont le style alerte justifie son statut de « best-seller », l’ouvrage, qui est une critique du despotisme oriental, confirme que le déclin de la Sublime Porte en fait une proie pour l’Occident.

Mémoires du Baron de Tott

On imagine sans peine l’intérêt qu’on porta dans la capitale de la Flandre française au nouveau lieutenant du roi dont le prédécesseur, Saint Ferréol de Villedieu, était resté en poste à Douai plus de vingt ans.

Maréchal de Camp depuis 1781, De Tott n’était pas issu des familles nobles les plus prestigieuses. Il présentait même un profil de diplomate aux confins de l’aventurier. Sa présence à Douai, pourtant brève, marqua les esprits par une personnalité haute en couleurs dont les bords de Scarpe n’avaient pas l’habitude.

Si plusieurs auteurs attribuent au baron de Tott une qualité de gouverneur qu’il ne possédait pas, c’est parce que la distinction entre le gouverneur, le lieutenant-général et le lieutenant du roi est difficile à faire.

Pour les premiers, en dépit de la construction en 1735 d’un hôtel de fonction visant à les obliger à habiter à Douai, ils n’y résidaient pas ou peu. Le lieutenant-général assure en théorie une sorte de suppléance du gouverneur mais, peu à peu, l’attribution de cette charge de père en fils l’a transformée en titre honorifique n’obligeant personne à l’assumer réellement. En 1785, le gouverneur de Douai est le célèbre marquis de Bouillé et le lieutenant-général Henri Ignace Duhamel, conseiller.

Restait enfin le lieutenant du roi qui, « tenant lieu du monarque à Douai » , habite en ville et assure la direction des affaires militaires et civiles. De Tott s’était installé dans la fameuse « maison aux quatre coins » de la rue Saint Julien qui occupe un quadrilatère entier – d’où son nom – et qui existe toujours. Accueillant l’école Saint-Joseph jusqu’en 2011, sa désaffectation a été suivie par quelques travaux de sauvegarde.

L’emprise du lieu, certaines décorations intérieures, le portail monumental, donnent, en dépit des outrages du temps, une idée du luxe dans lequel le lieutenant du roi exerçait ses fonctions.

Cette demeure, fruit d’additions successives comme le prouvent certains indices, ainsi des fenêtres à meneaux sur la façade de la rue St Julien, fut aménagée en 1721 par un négociant de Lille, Charles de Savary. Son fils, Alexandre, bourgeois de Douai, ancien officier, contrôleur du roi à Paris, vendit l’ensemble en 1756 au sieur Dehault magistrat.

Sur le plan Robaut de 1850, la propriété est une sorte de grand jardin. Elle est bordée du côté de l’église Saint Jacques par un petit canal qu’il fallait franchir pour y accéder. A cette époque, elle est possession d’Alfred Dupont avocat, administrateur de la Compagnie des mines de Courrières, député monarchiste durant l’Ordre Moral, décédé en 1887.

la maison au quatre coin du Baron de Tott

C’est dans ce cadre que le Baron de Tott organisa des fêtes qui restèrent longtemps dans la mémoire douaisienne pour leur fantaisie empreinte de « turqueries », surtout quand le « gouverneur » ose le caftan et le turban.

Curieux de tout, De Tott pratiquait les arts. Il était d’ailleurs un peintre d’assez bonne facture, comme le sera, quoique plus professionnelle, sa fille Sophie. Une de ses toiles, disparue depuis 1918, « Vue prise en Crimée. Marine avec figure » fit d’ailleurs un temps partie du fonds de la Chartreuse.

On ignore si De Tott a exercé ses talents d’ingénieur et d’architecte dans sa demeure ou même les fortifications de Douai comme il l’avait fait sur le Bosphore. On peut imaginer qu’en spécialiste de l’artillerie, il s’est intéressé de près à la marche de la fonderie ainsi qu’à l’organisation des régiments de la place. Tout au plus, plusieurs auteurs signalent à son initiative la construction en 1787 d’un « kiosque » aux abords de la porte de Paris qui aurait été, comme son nom l’indique, de style ottoman.

Cette construction était peut être liée, cette même année, ainsi que le rappelle Plouvain dans ses « Ephémérides » au séjour fait par Isaac Bey à Douai. Réfugié en France après sa disgrâce auprès du sultan, l’exilé est logé chez le baron qui le connaissait depuis son séjour à Constantinople.

La Révolution mit un terme aux fonctions de notre gentilhomme magyar à Douai lorsque les régiments se mirent à s’agiter sous l’empire des idées nouvelles. En juin 1790, menacé par des soldats auxquels il avait refusé le droit de se « fédérer », De Tott doit prendre la fuite.

En homme à poigne, il tenta en effet de rétablir l’ordre par une fermeté qui, certes dans sa manière, n’était plus de mise. Les factieux, loin d’être calmés, se soulevèrent, décidés à « lanterner » leur chef, coupable de « despotisme », accusation qui prend toute sa saveur quand on considère les critiques du Baron sur le régime ottoman.

Un groupe d’officiers, inquiets quant au salut de leur supérieur mais peut-être aussi quant à ses initiatives, organisèrent son départ de la ville qui ne fut possible, parait-il, que les armes à la main.

De Tott passa ensuite en Suisse puis en Hongrie où son ami, le prince de Batthyány, lui offrit l’hospitalité dans sa propriété de Tarcsa, de nos jours Bad Tatzmannsdorf en Autriche. Toujours actif, il s’occupait de recherches scientifiques dans un laboratoire construit pour lui et qui a subsisté jusqu’à aujourd’hui.

Perspicace quant à la solidité du nouveau régime de France, marqué de plus par l’exécution du roi qu’il avait longtemps servi, le Baron de Tott fit reconnaître par l’empereur ses origines nobles et magyares au début de 1793. Son décès, peu après, ne lui permit pas de profiter longtemps de ces retrouvailles avec ses racines familiales.

Honneur à Queter

Logement de Laurent Queter en bords de Scarpe à Ville de Douai

Le récent sauvetage d’un jeune homme tombé dans la Scarpe rappelle que notre canal, lieu magnifique, peut aussi être dangereux. Voilà donc l’occasion, dans cette période troublée, d’exhumer une figure douaisienne oubliée, celle de Laurent Queter qui, voilà plus d’un siècle, a sauvé de nombreux imprudents lesquels, passant trop près de l’eau, étaient tombés dedans.

Un poissonnier du marché aux poissons de Douai

Poissonnier, fils de poissonnier, père de poissonnier, Laurent Queter était né à Douai en 1803. Reprenant le métier de son père, il était établi sur le marché aux poissons réservé, comme son nom l’indiquait alors et comme il ne l’est plus aujourd’hui, au commerce halieutique.

On comprend d’ailleurs que son activité concernait surtout des poissons d’eau douce qu’il pêchait le jour et qu’il vendait ensuite. Sa maison sur la place au n° 24 – elle existe toujours – située sur le canal, avait des fenêtres qui donnaient sur l’eau. C’était un lieu de surveillance idéal, véritable vigie dont l’emplacement allait faire sa renommée. Selon son propre récit, il expliquait pour cette raison sa promptitude à agir : « dès qu’un cri humain s’était fait entendre, je n’attendais jamais le second, je sautais lestement de mon lit et, le temps de faire un signe de croix, j’étais dans l’eau. »

Une vocation précoce de sauveteur

Taillé en hercule, Queter sauva une première fois, alors qu’il avait dix sept ans, un soldat du 31° de ligne tombé du pont des Dominicains en pleine nuit. L’absence de balustrade et peut être l’intempérance du militaire, expliquent toutes ensemble cette chute dans l’eau glacé de l’automne. Quoi qu’il en soit, entendant le cri du malheureux, notre jeune poissonnier n’écouta que son courage, sauta dans le canal et réussit en quelques minutes à le ramener sur la terre ferme.

Le pont des Dominicains, le plus étroit de Douai, lieu du premier sauvetage de Laurent Queter

Ce premier sauvetage de 1821 fut suivi par beaucoup d’autres. En 1824, deux hommes tombés dans la Scarpe sont ramenés par Queter en dépit des « efforts inintelligents dont font preuve ceux qui sont en danger de se noyer ». Sa force physique et ses aptitudes de nageur apparaissent la clé de son succès comme l’expliquent les témoins de l’époque. Tous soulignent tous la difficulté à ramener sur la rive des individus qui se débattent par peur de la noyade au risque d’emmener avec eux au fond leur sauveur.

Une impressionnante liste de sauvetages

Le bilan de Queter, si on peut le qualifier ainsi, durant vingt ans, de 1821 à 1841, est considérable. Le nombre de sauvetages s’établit ainsi à plus de quarante. La variété des victimes est en elle même une bonne indication du profil de la société douaisienne du XIX°, faite de petites gens et de militaires.

Une typologie est ainsi possible. On note la surreprésentation des hommes (30 pour 12 femmes) et le ratio moins favorable pour ces derniers en termes de sauvetages (60% de décès contre 40%). On compte enfin 8 militaires dans cette liste tandis que les deux mois où la fréquence des chutes est la plus forte sont septembre (7) et mai (6). On n’en compte aucune en décembre, ce qui s’explique sans doute par la température extérieure qui pousse peu de monde à sortir.

Cette longue liste frappe d’ailleurs par le fatalisme qu’elle exprime en creux. On y cherche vainement le principe de précaution qu’emprunte aujourd’hui toute action publique. A ces époques, il revenait aux citoyens de prendre leurs responsabilités. S’approcher de l’eau n’était pas recommandé, surtout quand on s’était abreuvé de bière ou de vin et qu’il faisait nuit. On s’en remettait à l’habileté aléatoire d’un Queter pour se tirer d’affaire.

On comprend aussi à la lecture des exploits de notre sauveteur que les bords de Scarpe n’étaient pas aussi aménagés qu’aujourd’hui. Garde-corps et quais ont été en effet réalisés plus tard, en 1856, sous la magistrature de Jules Maurice. Au début du siècle, le canal est un outil pour la ville. Rien ne doit gêner l’accostage et les transbordements de marchandises.

Laurent Queter poissonnier à Douai
Laurent Queter

L’honneur des humbles

Dès 1836, la monarchie de Juillet a distingué Laurent Queter en lui attribuant la croix de chevalier de la Légion d’Honneur. La remise de décoration, évènement rare, fut l’occasion d’une fête dans toute la ville présidée par le sous-préfet, Eugène Mancel, qui souligna, outre les exploits du sauveteur, dans une ville très orléaniste, la mansuétude de Louis-Philippe « monarque qui sait rechercher et reconnaître tous les mérites. »

Porte-drapeau des pompiers de la ville, ce qui lui allait bien compte tenu du sacrifice de sa vie qu’il mettait en jeu à chaque sauvetage, il reçut de nombreuses reconnaissances de la part des pouvoirs publics.

Queter fut distingué par l’Académie Française par un prix remis par Charles Nodier. Impressionné par les exploits de notre poissonnier, comptant les personnes repêchées, l’auteur reconnut avec admiration que « les Romains lui auraient décerné 29 fois la couronne civique. ». En 1841, le baron de Tournemine, général d’artillerie de Douai, intervint pour qu’il soit nommé à la Société générale des naufrages, association de sauvetage alors active sur les côtes de La Manche, ancêtre de notre SNSM.

Queter est mort en décembre 1861. Ses funérailles furent l’occasion d’un hommage unanime de la population douaisienne qui fit une souscription pour qu’un monument funéraire rappelle une mémoire qui n’a pas, malheureusement, échappé à l’interruption des souvenirs.

Emmanuel Choque, le maire d’alors, prononça un beau discours qui suscita l’attendrissement général et qui maintenant provoque le notre : « Adieu donc Laurent Queter ! Reposez en paix dans le sein de Dieu, qui sonde les cœurs et qui a déjà récompensé tout ce que le vôtre renfermait d’honnêteté et d’abnégation ! Adieu ! »