Valentine aime Douai

Fondation valentine camescasse

” A Douai, le centre a toujours été et sera toujours le beffroi “

Née en 1854, Valentine Luce a publié au soir de sa vie, en 1924, un très intéressant ouvrage sur la vie douaisienne du XIX° siècle. Il offre une multitude de détails qui font vivre avec une verve incontestable ce passé évanoui : « mon amour pour ma ville natale date de mon enfance. Tout ce que j’y ai vu en fait de coutumes et d’habitudes, est gravé dans mon esprit. ».

Petite-fille du virtuose Ildefonse Luce, Mme Camescasse est fière de ses origines. Curieusement moins du côté de ce grand-père paternel, dont elle omet soigneusement de dire qu’il était un enfant trouvé, que de celui de sa mère issue d’une famille, non pas aristocrate mais qui s’en approche par de nombreux aspects. Les Varlet, les De Legorgue, les Dovillers, les De Rolencourt tissent, avec la notabilité locale, des liens qui plongent dans le passé le plus lointain de la ville.

La jeunesse d’une héritière

Valentine est ainsi cousine des célèbres Jean Baptiste Paulée et Joseph Vanlerberghe, financiers à succès, tous deux douaisiens, dont la descendance allait s’allier aux dynasties les plus prestigieuses de France. Plus encore, elle est un témoin privilégié du triomphe de la révolution industrielle qui allait faire du Nord la locomotive économique du pays, tout en apportant à ses entrepreneurs fortune et renommée.

Receveur des contributions à Cuincy, disposant d’une bonne aisance, le père de Valentine, sur le conseil des marquis d’Aoust dont il était proche, se lance en parallèle de sa charge administrative dans une production sucrière alors balbutiante. Cette industrie, par son succès, va le hisser en une décennie au niveau des familles les plus prospères du département.

Si le milieu de Valentine est plus orléaniste que bonapartiste, comme d’ailleurs les habitants de Douai qui ont accueilli fraichement les plébiscites du Second Empire, il allait sans difficulté adopter la République.

L’épouse du préfet de police

Son mariage avec Ernest Camescasse à Douai en 1879, qui sera un événement marquant de l’histoire de la ville, confirme le ralliement au nouveau régime car il n’était pas courant qu’un préfet républicain – du Pas de Calais – épouse en fonctions une fille de la cité de Gayant. Avec la franchise qui donne tout le prix à ses souvenirs, Valentine présente favorablement son époux qui accuse pourtant près de vingt ans de plus qu’elle : « Il me plut. J’admirai son aisance distinguée. A quarante ans, il avait gardé ses charmes physiques. Il était un des plus jolis hommes que j’aie rencontrés. »

Ami de Gambetta et des hommes qui comptent dans la République opportuniste (Cambon, Etienne, Constans, Rouvier, Waldeck-Rousseau etc.  tous présents dans les souvenirs de Mme Camescasse), Ernest fera une belle carrière préfectorale puis politique avant son décès prématuré en 1897 alors qu’il était sénateur du Pas de Calais. Décrit comme « ayant plus d’ambition que de talent » par ses adversaires, Camescasse fut durant quatre ans préfet de police de Paris où sa fermeté lui valut des démêlés avec les opposants au régime (les jeux de mots fusèrent contre « Camescasse-tête »).

En 1885, quand son mari se pose dans le Pas de Calais pour se faire élire à la députation, elle renoue avec la vie mondaine de sa ville natale en n’ayant aucun doute sur ses capacités à y être appréciée : « ce qu’il y a de certain, c’est qu’après trois maternités, j’étais à mon apogée. J’avais trente ans, l’âge où la femme, sûre d’elle-même, dispose de tous ses moyens. ».

La société douaisienne au XIX° siècle

Plus de trente ans plus tard – elle écrit ses mémoires en 1915 – les détails des bals, des déjeuners, des usages de la bonne société restent intacts.Valentine est capable de retrouver sans efforts la toilette qu’elle avait choisie ici ou là. Il en est de même pour les tenues de ses amies et mieux encore de celle de sa mère sous la monarchie de Juillet : « les femmes de cette époque portaient dès le lendemain de leur mariage un bonnet qui était en mousseline ornée d’un chou de rubans. Le soir, elles mettaient leur «coiffure», guirlande de fleurs agrémentée de tulle et de dentelles, ce qui en faisait un bonnet sans brides. »

Les anecdotes qu’elle raconte possèdent toujours un côté piquant, sinon humoristique, ainsi la légendaire distraction du président de Warenghien qui, allant porter un courrier à la gare, s’était trouvé devant la porte ouverte d’une voiture à quai. Perdu dans ses pensées, le magistrat n’avait pas hésité à y monter, découvrant, train parti, qu’il roulait sans savoir pourquoi vers Arras. On retient aussi ce savoureux conseil d’une mère à sa fille pour qu’une arrivée au bal soit réussie : «en entrant, prononce tout bas, petite pomme.». Selon la maman attentive, cette articulation laissait une trace gracieuse sur les lèvres qui était un atout pour la suite.

En peu de mots, Mme Camescasse parvient à camper des personnages hauts en couleur, si innombrables qu’il est facile de se figurer l’atmosphère de la bonne société de l’époque. Les coups de griffe ne sont pas rares mais ils ne sont jamais gratuits. Gare à celui ou celle qui pour une raison ou une autre a déplu.

Un caractère affirmé

Les portraits de Valentine donnent une idée de sa personnalité. Le tableau du Musée de la Chartreuse, peint par Machard, la présente en 1899, au moment de son second mariage avec le prince de Tarente, dans toute la force de sa quarantaine. Ses cheveux noir de jais et ses yeux sombres, qu’elle dit tenir de sa mère, contrastent avec la blancheur de sa robe fleurie. On devine à sa bouche légèrement pincée qu’elle est une femme de caractère qui ne s’en laisse pas compter. Les témoignages de ses descendants quand on les interroge confirment d’ailleurs qu’elle était « redoutable ».

Bien entendu, le Douai que Mme Camescasse décrit dans ses souvenirs, celui de sa classe sociale, n’échappe pas à une certaine inconscience des réalités. On voit pourtant, belle leçon pour le présent, que la prospérité de « l’Athènes du Nord » reposait sur des atouts que les élus locaux, conscients de leur fragilité, défendaient avec une énergie inlassable. A son époque, la ville, Mme Camescasse le sait bien, change sous la pression de la modernité. A la charnière du XX° siècle, la diversité sociale s’accentue. Menacée par le suffrage universel, la bourgeoisie locale perd peu à peu de son importance au bénéfice des classes nouvelles que la République met en avant.

Capable de reconnaitre à son accent la provenance douaisienne d’une personne (« je suis sûre que vous êtes de Douai ? – Oui madame Camescasse. Vive Gayant ! »), l’amour de Valentine pour sa ville natale est l’élément central de ce livre. Elle conservera jusqu’a sa mort la maison de ses parents rue des Foulons et la léguera à la commune ainsi qu’un don important pour créer une fondation soutenant les personnes âgées. On se prend enfin à rêver qu’il puisse aujourd’hui se trouver un Douaisien ou une Douaisienne capables de défendre avec autant d’énergie la cité où ils sont nés.

Son divorce au bout de deux années d’union, évoqué brièvement d’une formule sybilline, « quand le malheur s’abattit sur moi d’une façon tout à fait imprévue en 1901 », permet de penser que son second mariage avec le petit-fils du maréchal Macdonald, projet curieux en dépit de son prestige, fut un échec. Ayant perdu son premier enfant peu après sa naissance, la mort précoce de sa fille préférée, Geneviève, mariée à un médecin, Pierre Delbet, fut le drame de sa vie. Sa deuxième fille, Germaine, qui avait épousé quant à elle un diplomate, Charles Bonin, n’eut pas d’enfant.

Valentine au soir de sa vie reconnait qu’elle ne se doutait pas « que, dans ma vieillesse, je me trouverais également privée de mes trois filles et que je finirais ma vie sans enfants ni petits-enfants ». Mais, fidèle à son caractère, elle se reprend vite. Il ne s’agit pas de se laisser aller : « chaque année que le Ciel vous accorde est un triomphe de la vie sur la mort. »

L'histoire est sa passion et à Douai, elle est servie. Les détails la passionnent car dans ce cas, il faut bien regarder et tenir le nez en l'air. La ville est belle, il faut la célébrer, tel est son credo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec une *. Les commentaires sont mis en ligne après modération.

*