Kruidvat disparu, le roi est nu

fermeture magasin kruidvat douai

La récente annonce du groupe hollandais Kruidvat de fermer son magasin de la rue de Bellain est une grosse pierre sombre, tombale, qui s’ajoute à toutes celles, plus petites mais tout aussi noires, qui s’égrènent depuis une décennie sur notre chemin déclinant.  

Mesurer le déclin

Cette enseigne, logée dans un des plus beaux bâtiments de la « Croix de Douai », offert avec une multitude de facilités à nos amis bataves, disparaît après deux courtes années de fonctionnement.

On glosera sur les raisons de ce retrait qui ne peuvent évidemment être séparées des situations sanitaires actuelles, du moins en apparence et selon les déclarations des dirigeants du groupe. Dès la nouvelle de cette catastrophe, comme à son habitude, notre maire a joué l’effet d’annonce, histoire d’atténuer l’impact du désastre : « on va trouver rapidement un repreneur ».

Ben voyons.

Tout Douaisien qui parcourt le centre-ville ne peut éviter de voir ce qui ne s’avoue jamais officiellement, la disparition implacable de ses commerces. Si aucune mesure ne peut l’enrayer, il est certain qu’une absence de mesures la favorisera radicalement.

Les circonstances sanitaires constituent un défi pour toutes les villes de France, y compris sa capitale. Elles doivent être analysées comme une épreuve absolue dont ne pourront émerger que les structures les plus solides et les plus saines, ce qui est loin d’être le cas de tous les commerces de Douai.

Maintenir le dogme

On nous dira qu’il existe un projet d’envergure qui va révolutionner la cité en répondant à tous ses maux d’un seul coup. Il s’agit de cette fameuse piétonnisation qui a suscité beaucoup de réactions dans la ville et sur les réseaux sociaux. Notre sondage lui même a apporté quelques lumières sur ce dossier mais surtout une conclusion en forme de pari qu’Aragon n’aurait pas renié : il y a ceux qui croient au ciel piétonnier et ceux qui n’y croient pas.

Une interrogation s’impose. On peut se demander si les patrons de Kruidvat, informés des risques d’une folie qui conduira à la paralysie complète de la rue de Bellain durant une bonne année sinon plus, n’ont pas mesuré de près le risque qu’ils prendraient à maintenir un commerce en difficulté. On peut ajouter qu’il ne faut jamais attendre d’un néerlandais la moindre philanthropie comme Douai l’a déjà expérimenté dans le passé (APTS…).

Quoi qu’il en soit, il est vrai que la perspective de cette piétonnisation ne peut manquer d’effrayer le moindre entrepreneur. Quel commerçant oserait miser son capital dans un environnement aussi répulsif ? Il lui suffira, avant de fuir, d’observer la rue de la mairie fermée le week-end aux véhicules au bénéfice des piétons. Le bipède masqué y est bien rare quand souffle la bise sur les vitrines abandonnées.

Cette voie qui fonctionne couci-couça permet de s’inquiéter des effets d’une longue rénovation. On ne parlera pas de La Charpente tuée net par les travaux de la rue de la Mairie mais de l’intérêt à remettre en cause des projets incertains. Quand la crise surgit, l’adaptation aux circonstances est une question de vie ou de mort. Elle réclame, dans une volonté de salut public, une réévaluation des postures. Sursoir à une décision soulevant trop d’oppositions ou par trop douteuse, Jacques Vernier, le mentor, le guide, le visionnaire, en était pourtant passé maître…

A ce stade, le maintien du dogme – quoi qu’il en coûte – qui pourrait laisser croire que la barre est fermement tenue, confirme au contraire l’incroyable impuissance de notre municipalité. Toute notre vie collective subit une crise dont les conséquences vont être incalculables.

Notre édile, pourtant au centre de tout, du Douaisis comme de sa ville, ne change pas ses plans, ne renverse surtout pas la table. Kruidvat nous quitte. Tous les sous de l’opération « Coeur de Ville » ne peuvent l’empêcher.

Numéroter ses abattis

Bien cruelles apparaissent les initiatives venues d’ailleurs. Privé de sa vice-présidence, notre maire est à présent entré en conflit ouvert avec Douaizizaglo® qui saute sur la moindre occasion pour le mettre en défaut.

La dernière livraison, toute récente, de notre chère, très chère, communauté d’agglomération, est celle d’une gratuité des transports que le maire a toujours combattue. Cette décision vise sans doute – sous des motivations d’apparence où se disputent « l’écologie » et le « social » – à lui démontrer qu’il ne sert à rien puisqu’on ne lui demande même pas son avis.

Évidemment, avant d’être mise à exécution, cette opération électorale en forme de triangulation réclame quelques préalables : ainsi l’accord nécessaire, sous le mode de la menace chère au parrain lauwin-planqué, de la communauté de communes Cœur d’Ostrevent (CCCCCO). Il faudra aussi faire un peu de GRH, ainsi transformer le personnel commercial du SMTD en machinistes ou en vigiles. Trois fois rien…

On aura compris que ces conflits sont à replacer dans la perspective prochaine des élections cantonales. Ce scrutin renvoie à la célèbre théorie des dominos. Si le patron absolu de la communauté d’agglo (382 électeurs en bas, 157 millions d’euros en haut) ne passe pas la rampe, il ne sera pas président du conseil départemental, ni président de la région, ni président de la République, ni président du monde.

fermeture kruidvat douai
On vous laisse deviner qui est Peppone. On vous aide, c’est un ami des communistes.

La rupture s’est d’ailleurs officialisée sur ce sujet en décembre dernier. Frédéric Chéreau, lors d’un conseil communautaire digne des plus grands moments de Don Camillo, a dénoncé les manœuvres du président – du chantage, rien que ça – qui chercheraient à l’empêcher de se présenter à ces très importantes élections.

Préparer les cantonales

On peut d’ailleurs amèrement regretter la suppression du site de Douaizizaglo® de ce morceau d’anthologie. Son visionnage – 6 heures quand même – devrait être imposé à tous les électeurs du Douaisis pour leur complète édification. Toute la palette des sentiments humains – mais pas les plus beaux, on vous rassure – y étaient exposés sans aucun filtre.

Mince ! Douaizizaglo® supprime ce qui gêne…

Nous pourrions rire de ces péripéties si elles n’avaient pas pour nous tous des conséquences dramatiques. Elle sont d’ailleurs parfaitement perçues par le patron de la communauté d’agglomération qui évite soigneusement de mettre en ligne les séances du conseil, ce qui prouve qu’il est bien conscient de leurs effets délétères sur l’opinion locale. Pour vivre heureux dans nos mandats, restons cachés.

Si nous sommes certains que le « seigneur de Lauwin-Planque » sera candidat à sa succession, obligatoire pour conserver son empire, il n’est pas du tout assuré que notre maire soit sur cette position de combat.

Un magasin de plus qui ferme, mais que fait le maire ?
L’étonnant courrier du Maire à ses administrés. Il n’est candidat à rien mais alors pourquoi se plaindre ?

L’honneur devrait le pousser à être candidat au nom de sa ville mais à Douai, tout est possible, y compris un arrangement souterrain entre les deux ennemis. Cette « guerre » est asymétrique. Le maire de Douai a plus à perdre dans un bras de fer que le patron de Douaizizaglo® comme le montrent jour après jour les décisions du second après lesquelles court le premier.

la guerre entre douaisis agglo et le maire de douai
On passera sur l’ignoble écriture inclusive car l’impuissance est parfaitement expliquée : ni Le Raquet, ni EuraDouai ne sont à Douai.

Nous voilà donc tous pris en tenaille entre un maire isolé, sans parti, sans amis, qui ne peut rien faire et un président absolu qui fait n’importe quoi. De deux maux, il faut toujours choisir le moindre mais là, il faut reconnaître une égalité totale des offres.

Nous pourrions échapper au découragement si se levait une troisième voie, une alternative, un sursaut, un candidat incontestable et incontesté. Un De Gaulle ou une Jeanne d’Arc, enfin un truc local approchant. Ben, c’est pas gagné.

L’étonnante assurance du parrain quant à sa réélection démontre qu’il a tout verrouillé avec sa science de la « combinazione » qui fait tout son charme. La disparition d’une partie de ses concurrents pointe à l’horizon. Il y aura, n’en doutons pas, de grandes surprises avant le premier tour. Le roi de Douai est nu mais il n’est pas le seul, ses concitoyens le sont aussi…

Nestor aime la polémique douaisienne, surtout quand elle est enfouie sous des tonnes de silence. On peut trouver parfois un peu de mauvaise foi dans ses propos mais sans cette liberté, il n'y aurait d'éloges flatteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec une *. Les commentaires sont mis en ligne après modération.

*