Un CFA et t’es sauvé!

Un CFA à douai

Que ferions-nous sans La Voix du Nord ? Sans les infos qu’elle distille quotidiennement au citoyen démuni, nous ne saurions rien de rien sur rien. La communication est quand même un tour de force dans le Douaisis une fois franchies les déclarations lénifiantes des élus. Sans la PQR, nous serions sourds et aveugles. Voilà c’est dit.

Un CFA à La Clochette

On y trouve ainsi la récente déclaration de Douaizizaglo® quant à l’émergence prochaine d’un CFA dans le quartier de la Clochette.

Ce projet est très ancien, au moins dix ans voire plus. Il n’a jamais abouti. Si les conditions n’ont pas été réunies, cela devrait inciter à la prudence. Une vieille idée n’est pas forcément une bonne idée. 2020 n’est plus 2000.

Quoi qu’il en soit, cette fois-ci c’est bon. Le CFA va bientôt sortir de terre. Le terrain est acheté. On en connait le prix. C’est comme toujours le célébrissime « million d’euros » apporté par la communauté d’agglomération, c’est-à-dire les contribuables du Douaisis. Enfin, cette somme représente, si on comprend bien, un amorçage car le coût total sera de 25 millions, supportés in fine par la région et la Chambre des métiers.

Le citoyen qui a un peu de mal à payer ses impôts locaux s’intéresse immédiatement aux motivations de cette décision. Il s’inquiète surtout de son efficacité pour répondre aux besoins du territoire.

La bonne idée d’apprentissage

Un Centre de Formation des Apprentis (CFA) n’est pas un lycée qui, s’il envoie régulièrement ses élèves en stage, les enseigne dans ses locaux. Le CFA fait reposer d’abord sur l’entreprise, par contrat, la formation de l’apprenti.

L’apprentissage a toujours été présenté comme une réponse efficace à la demande de jeunes en attente d’insertion, entre autres parce qu’ils reçoivent un salaire qui peut les aider à vivre et qu’ils sont employables dès la sortie du contrat.

On met aussi en avant la plus grande aptitude des CFA à gérer le lien – difficile – entre la formation et le besoin local. Très présentes, les entreprises interviennent dans la définition de leurs filières qui peuvent donc s’adapter plus vite aux évolutions économiques du territoire que celles des lycées professionnels.

Une bonne idée qui prend mal

Cette idée géniale peine pourtant à se développer comme elle le devrait, surtout dans notre région. 

Plus précisément, ça coince au « niveau V » c’est à dire celui des CAP et des BEP, sachant que plus on monte dans la hiérarchie des diplômes et plus l’apprentissage fonctionne bien (pour les ingénieurs du « niveau I » mais ils ne sont que 2% du total des apprentis).

Dans les Hauts de France, compte tenu du profil de la population scolaire et des médiocres capacités de son système éducatif à former les élèves les plus faibles, le besoin en niveau V est évident.

L’apprentissage a pourtant du mal à augmenter ses effectifs. Voilà dix ans, on comptait dans l’académie de Lille environ 9000 apprentis. Leur nombre est quasi le même aujourd’hui (soit 2,5% des élèves du Second Degré).

Plusieurs raisons interviennent pour expliquer le faible succès de l’apprentissage. Le déficit d’image, le peu d’envie des familles d’y mettre leurs enfants. Il est vrai que le décrochage, c’est à dire les ruptures de contrat, y est relativement fort, ce qui ne les rassure pas. On peut ajouter pour notre région la présence massive de lycées professionnels (10% à 15% de plus que le national en moyenne) qui pèse sur les orientations des élèves dans ces filières.

Cette question est au centre de l’installation d’un CFA à Douai car notre ville et plus encore son bassin sont très fournis en LP. La complémentarité des deux est un point essentiel. C’est sans doute pour cette raison que la région – qui finance lycées et CFA – a si longuement hésité à soutenir le projet.

Une absente, l’Education Nationale

Nous savons, ainsi que le Président de la CAD nous l’a affirmé par écrit voilà peu, que les « élus de la République réfléchissent avant de prendre une décision ». Nous n’en doutons évidemment pas.

Juste une interrogation quant à l’absence de l’Education Nationale dans la « troïka » qui a scellé le récent accord, soit Douaizizaglo®, la région et enfin la chambre des métiers (CMA).

Il existe dans notre ville le lycée Labbé, siège du « GRETA Grand Hainaut » qui après avoir fusionné plusieurs structures similaires en 2016, couvre à présent un territoire allant de Douai à Fourmies en passant par Cambrai et Valenciennes (41 lycées contre 25 en 2015).

On repère aussi dans l’académie un « Campus des Métiers du bâtiment » qui étend son influence à travers de très nombreux établissements professionnels, Douai étant pile au milieu et le lycée Cassin de Montigny, spécialiste du bâtiment avec CFA, juste à côté.

On espère que tous ces réseaux ont été intégrés dans l’architecture du projet, notamment en prenant langue avec les autorités académiques qui ne gèrent pas les locaux mais, comme chacun sait, tous les emplois qui correspondent à ces nombreux établissements.

Quels besoins pour le territoire?

Décider d’une implantation de cet ordre doit d’abord répondre à un besoin connu, mesuré et surtout prioritaire.  Au niveau V, en France, le recours à l’apprentissage se concentre dans le BTP (22 % des entrées), l’agroalimentaire (13 %), l’hôtellerie-restauration et le tourisme (12%) . Dans ces branches, à composante manuelle et artisanale, l’employabilité est avérée.

En termes de prospective, il serait bon de disposer d’élément concernant le futur de notre territoire. Justifier cette création par la rénovation de « 23 000 logements des cités minières » est, certes, un coup de communication saluant notre passé charbonneux mais il parait quand même un peu léger pour justifier l’engagement financier de 25 millions d’euros. La CAD n’a-t-elle pas d’idées plus stratégiques comme, par exemple, inscrire cette création dans une perspective territoriale plus large ?

Du bâtiment ou pas?

L’interrogation qui découle de ce qui précède concerne évidemment les filières qui seront accueillies par le futur CFA. L’article de La Voix du Nord les présente un peu comme une ménagère annoncerait la couleur de sa nouvelle cuisine sans être certaine de la choisir. Verbatim, ça donne : « on partirait sur les métiers du bâtiment, notamment tout ce qui gravite autour de la domotique et de l’éco-construction mais il y aura aussi du service à la personne, du tourisme et de la restauration ».

Tout cela ne parait pas trop assuré. Il faut choisir. Soit on prend la filière du bâtiment avec tout ce que ça comporte pour obtenir un effet masse sur le territoire, soit on envisage plusieurs parcours, histoire de faire un peu de tout à la mode douaisienne, avec le risque de peser sur pas grand-chose.

Le CFA de Saint Saulve, admirable projet (1200 apprentis prévus, le double de celui de Douai qui envisage, admirez la précision, 533 jeunes en formation) a fait ainsi le pari du soutien déterminé à un secteur en forte demande de main d’œuvre locale, l’artisanat, en concentrant dessus tous les moyens créés.

De la formation initiale ou de l’insertion?

L’autre sujet concernant un CFA est celui du profil du public accueilli. Il peut ainsi intégrer des collégiens en fin de 3° mais tout autant des jeunes en insertion sortis du système scolaire sans diplôme voire des adultes souhaitant une réorientation.

Dans les faits, il est très difficile de mélanger ces deux profils comme l’ont analysé de nombreux rapport sur l’apprentissage quand ils s’interrogent sur la difficulté d’augmenter le volume de ce mode de formation.

Compte tenu des sorties sans diplôme plutôt forts dans le bassin de Douai, il serait sans doute plus indiqué de faire le choix de l’insertion, d’autant plus que dans ce cas on ne prend pas le pain de la bouche des LP du coin qui gèrent, eux, la formation initiale.

Douaizizaglo® s’occupe de tout

L’autre étonnement concerne les déclarations du président Poiret affirmant que la CAD allait gérer en direct les travaux du nouveau CFA parce qu’ainsi elle récupèrerait « la TVA et maitrisera mieux l’avancée du chantier ». Nous savons que la communauté d’agglomération joue déjà les vendeurs des maisons du quartier du Raquet. L’état de ce projet séculaire après 15 ans d’existence permet de s’inquiéter de l’efficacité d’une prise en charge directe.

La vente comme la construction immobilières entrent-t-elles dans les compétences obligatoires de notre communauté d’agglomération ? Pas sûr. Notre président paraissait ravi de ce choix en considérant qu’il était une innovation majeure. Il indiquait assez fier que « personne ne l’avait jamais encore fait, sauf peut être aux Antilles ». Prendre cette région en exemple fait un peu peur quand on connait les performances scolaires des DROM mais surtout la situation financière de ces administrations locales, notamment quant à leurs charges excessives en personnels.

Une conclusion en forme d’inquiétude

Le lecteur comprendra sans peine l’inquiétude qui parcourt cette analyse. Un CFA pourquoi pas ? Mais le mais arrive tout de suite.

On craint immédiatement que cette création – outre de faire taire les critiques concernant le CFA dont on parle souvent et qu’on ne fait jamaissoit d’abord à but immobilier. Investir à La Clochette pour donner à ce quartier très enclavé l’importance qu’il a beaucoup de mal à avoir, est peut être la motivation première de ses promoteurs.
On aimerait tout autant, symétriquement, que les arguments qui ont réussi à débloquer ce dossier enlisé depuis si longtemps soient réellement la réponse adaptée aux besoins, identifiés et mesurés, de notre territoire.
Et là, comme nous l’avons déjà évoqué, ce qui doit primer dans la décision, c’est l’ordre des choses. On a besoin d’apprentis dans un secteur prioritaire donc on construit un CFA pour les former. On n’occupe pas un terrain avec un CFA en pariant au final que cela va rendre service à des entreprises qui, par chance, chercheraient des apprentis.

Enfin, comment ne pas regretter l’absence d’envergure d’un projet qui parait ne rien connaître, à l’inverse de celui de St Saulve, de Rev3, dite « 3° révolution technologique de la région des Hauts de France « , qui vise à faire de celle-ci l’une des plus avancées en matière de transition énergétique et de technologies numériques. On espère que nos chers élus placent notre futur CFA dans l’un des 10 projets structurants qu’envisage cette extraordinaire stratégie.

Max aime apprendre mais parle un peu souvent à la première personne. C'est un travers qu'il combat difficilement. Va falloir l'aider. Il adore la Scarpe et l'orgue de St Pierre, surtout les basses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec une *. Les commentaires sont mis en ligne après modération.

*