La caserne du quartier de Caux

caserne caux

Nos beaux et vieux bâtiments… vides (5)

Ville historique au riche patrimoine, Douai possède une caractéristique frappante : la présence dans ses rues de nombreux bâtiments anciens, parfois énormes, souvent classés mais… vides.

Douai, cité militaire

Enfermée dans ses murs, Douai a longtemps été une cité militaire, place forte essentielle pour le royaume par sa proximité d’une frontière régulièrement franchie par l’ennemi.

Dès la conquête de 1667, la cohabitation des habitants avec les troupes est constante. Les rues sont encombrées d’uniformes. La part des militaires dans la population peut être importante, surtout en cas de guerre. En 1789, période de paix, on compte dejà 4600 hommes dans la ville.

A partir du XVII° siècle, un changement apparait dans le mode de casernement. Au logement chez les particuliers succède en effet l’installation des soldats et du matériel dans des bâtiments spécifiques. Outre de disposer d’une organisation plus rationnelle, on limite les contacts avec la population qui pouvaient parfois être rugueux.

caserne caux

La caserne d’Esquerchin

Après le rattachement à la France, l’armée a surtout utilisé des bâtiments religieux désaffectés, ainsi ceux des abbayes d’Anchin ou de Marchiennes, plus ou moins réaménagés. Un siècle plus tard, la ville décide d’investir. La décision est prise en 1751 de bâtir une caserne sur des terrains de l’abbaye de Vaucelles près de la porte d’Esquerchin. Le coût de la construction – 600 000 livres soit près de 10 millions d’euros – est assuré par la ville pour moitié, le reste étant supporté par des droits d’octroi reversés par le roi.

Destinée à l’infanterie, le plan de la caserne est extrêmement simple, totalement dédié à la chose militaire. Deux longs bâtiments de 160 mètres, partagés par une place d’armes rectangulaire, se font face. Hors les tuiles de la couverture en pente forte (qui ont remplacé les ardoises d’origine), ils ressemblent à ceux de l’Hôpital Général. A partir d’un soubassement de grès, l’élévation est en briques sauf les angles et les ouvertures en calcaire d’Avesnes. La décoration est limitée. On note un tympan triangulaire posé à l’aplomb des entrées centrales – qui sont cochères – sur la corniche du toit.

Dès la réception des travaux, la première unité à occuper les lieux est le régiment de Belzunce, du nom de son colonel, ensuite dénommé de Flandre, caserné à Esquerchin au moment de la Révolution. En 1868, le 15° Régiment d’artillerie investit la caserne. Il y restera jusqu’en 1940. Nommé Quartier de Caux en 1887 en honneur du général Victor de Caux de Blaquetot, douaisien célèbre mort en 1845, le site devient Centre Mobilisateur 215 en 1963. Il est fermé en 1998 à la suite de la suspension du service national qui a conduit à la réorganisation complète des forces armées du pays.

Des projets sans envergure qui ont tous échoué

Vide depuis cette date, soit près de vingt ans, la caserne n’a pas manqué de projets de réhabilitation. Tous, sans exception, ont échoué.

On a eu successivement :
– en 2009, après quatre ans d’étude, le projet de SIA Habitatqui envisageait d’implanter 94 logements sociaux sur le site, capote à cause du coût de l’opération. Evaluée à 27 millions d’euros au minimum, selon les dirigeants du groupe, l’opération n’aurait été équilibrée qu’en dessous de 20 millions. 
– en 2012, après une forte campagne publicitaire, l’opérateur privé Saint Louis Promotion abandonne, arguant de la dégradation du marché immobilier local. Le projet était original, prévoyant une réhabilitation des bâtiments par la création de lofts, d’appartement bruts ou finis, le tout – près de 200 lots – promis à la vente aux particuliers.
en 2017, un projet de déplacement sur le site du siège du bailleur social Maison & Cités tourne court deux ans plus tard.  Il envisageait de partager l’aile nord entre des logements sociaux et des bureaux construits par la caisse des dépôts et consignations. Le surcoût lié à l’état du bâti aurait amené la dépense au delà de 30 millions d’euros. 

On note qu’entre 2009 et 2019, les estimations quant à la réhabilitation sont passées de 20 à 50 millions d’euros selon les récentes déclarations de Frédéric Chéreau, ce qui paraît beaucoup mais il est parfois prudent de voir large en ces matières.

Dans tous les cas, il y a probablement un rapport entre l’abandon du bâtiment depuis vingt ans et sa dégradation au fil des ans qui augmente inexorablement le prix de sa réhabilitation. Cette évolution s’accentuera si rien n’est entrepris à court terme. Il faut se féliciter de l’initiative de la commune qui a réclamé en octobre 2016 l’inscription du bâtiment, effective par l’arrêté du 9 août 2018 qui protège la totalité du site. Outre d’empêcher sa destruction, cette décision était motivée par le projet Maisons & Cités et in fine peut être le souhait d’obtenir de l’Etat des aides pour cette opération.

Mais que dire de ces projets visant à installer dans le Quartier de Caux des logements sociaux ? Dans notre ville, la vacance locative, la plus haute du territoire, atteignait en 2013, près de 13,2% dont 70% en habitat collectif ? Pire, le recours aux bailleurs les plus présents dans la ville apparaît comme une facilité problématique. Avec 36% de logements locatifs sociaux, le parc douaisien est un des plus haut de la CAD (Lauwin-Planque 14%). 
Vacances et saturation ont logiquement empêché la réalisation de ces programmes. Tant mieux.

Un projet structurant, enfin

A ce stade d’urgence mais aussi d’importance pour la ville, le projet « Quartier de Caux » mérite qu’on s’y attarde un peu. Hors l’Hôpital Général dont il partage, nous l’avons vu, beaucoup de points communs, aucun lieu dans la ville ne possède un tel potentiel.

Si ses inconvénients sont sans cesse rappelés, ils sont tout autant réversibles. Les avantages du site sont manifestes. D’abord sa localisation à l’entrée de Douai près des flux qui arrivent de Lille. Ensuite, sa proximité du cœur de ville sans parler de sa taille. Son emprise remarquable permet beaucoup de choses. La caserne d’Esquerchin est une chance pour la ville. Elle n’est pas le problème, elle est la solution.

La mairie, qui n’a pas réussi en cinq ans à faire aboutir le moindre projet viable, a commencé à bouger, les élections approchent, en prévoyant un aménagement large prenant en compte le triangle rue d’Arras, rue d’Esquerchin et rue d’Albergotti.
Recréer le « Jardin des plantes » du XIX° siècle en détruisant une part de l’IUFM inoccupé est une excellente idée. Un mauvais esprit dirait que la meilleure manière d’enterrer un dossier c’est de l’inscrire dans un débat plus large mais ne boudons pas notre plaisir. Cette approche est un préalable indispensable.

Caserne d’Esquerchin en haut, Couvent des Capucins en bas, entre les deux, le Jardin des Plantes, on le refait ?

Quelle pourrait être la destination d’un site aussi unique ? Douai s’est contentée de mettre en avant des solutions limitées avec des recettes banales qui ont toutes échoué.
A l’inverse, l’examen des villes proches qui ont fait le pari de l’innovation d’envergure est utile. On repère avec intérêt le développement de nouveaux Tiers-lieux comme le “Labo” de Cambrai, de “l’hôpital St Jean Baptiste” d’Aire sur la Lys, de la “Station” de St Omer, de la “Condition Publique” de Roubaix etc.

Et si on s’y mettait aussi ? Il faut penser autrement, sortir du cadre et enfin adopter le « think big* » pour offrir aux Douaisiens un lieu exceptionnel par sa valeur patrimoniale, son envergure et la diversité de ses services. Basée sur la solidarité collective qui est un point fort de notre culture locale, associée à une démarche éco-responsable, la «Caserne Caux» doit être la vitrine du renouveau de la cité.

Besoin d’un projet d’envergure ?

Nous proposons de mobiliser le concept de Tiers-lieu mais en l’élargissant pour en faire un « écosystème » qui envisage, sur un espace commun, l’interaction de publics différents pour des activités de toutes natures.

Le concept à privilégier est ici étranger, à savoir celui de l’architecte Lina Bo Bardi réalisé à Sao Paulo (Brésil) à partir d’une ancienne usine réhabilitée. Ce Centre culturel atypique comprend au même endroit des infrastructures sportives, une bibliothèque, un théâtre, des espaces d’exposition, un restaurant, un solarium et des espaces de convivialité diversifiés.
Depuis 1977, le SESC Pompeia parvient à attirer des publics de tous les âges et tous les milieux sociaux par ses spectacles variés, ses horaires amples, ses tarifs très accessibles mais surtout son aménagement flexible.

L’exemple de la citadelle du loisir à Sao Paulo

De la caserne Caux au Quartier CO

A Douai, la «Caserne» s’intègre dans un aménagement large, grâce à une «Coulée Verte» organisée en «sentes» qui relient l’arrière du quartier au Couvent des Capucins, en passant par l’ex-IUFM. 

L’ensemble, qui doit être autonome sur le plan énergétique et auto-financé en fonctionnement, sera un Tiers-lieu de grande envergure offrant une multitude de services à un public inter-générationnel, abonnés ou utilisateurs occasionnels. Il doit être tourné vers la stratégie régionale Rev3 qui met l’économie durable et connectée au cœur des projets locaux.

Pour illustrer la démarche, le tiers-lieu peut offrir des services dont la liste qui suit n’est pas exhaustive :
un food hall**, proposant différents stands de restauration préparés avec des produits frais authentiques, le tout dans un cadre agréable propice au partage. Ici, on viendra chercher avant tout une expérience.
– des ateliers d’artisans, d’artistes en résidence, des galeries d’art.
– des salles de spectacles modulables de petit format.
– un espace de co-working (individuel et collectif)
– un marché de produits divers locaux.
– un espace enfant (jeux, ateliers, mini-salle de cinéma).
– un espace d’innovation numérique et de formation.
– des salles de danse, de yoga, de détente.
– un mur d’escalade intérieur.
– une salle de lecture (journaux, magazines)
– un jardin, verger, potager, un rucher, sur le modèle génial de l’agriculture urbaine.
– un FabLab adossé sur l’Ecole des Mines.
– des espaces réservés à la musique adossés au Conservatoire (répétition, enregistrement etc.)
– un cinéma de plein air avec transats aux beaux jours.
– des gites à louer sur le principe de la Cité des Electriciens de Bruay.


Le «Quartier CO» sera le renouveau de la ville. Qui osera relever ce défi ?

*Penser grand en british
**Espace de stands culinaires en grand breton

Vous aussi vous avez des idées, partagez-les avec nous.

Max aime apprendre mais parle un peu souvent à la première personne. C'est un travers qu'il combat difficilement. Va falloir l'aider. Il adore la Scarpe et l'orgue de St Pierre, surtout les basses.

8 Comments

    1. Il ne s’agit pas de démolir l’ensemble de l’ex-IUFM mais seulement la barre inoccupée qui a été construite dans les années 60. Elle n’a aucune valeur patrimoniale et sa disparition permettra, comme nous l’avons dit, de recréer le Jardin des Plantes. Si vous y êtes opposé, que proposez vous comme solution pour l’utiliser ? Je vous rappelle que nous avons dans la cité plus d’une dizaine de bâtiments anciens, souvent classés, actuellement sans affectation.

      1. Mal renseigné la « barre » comme vous l’appelez ne date surement pas des années 60 !! dans votre blog vous parlez nullement de ce patrimoine de l’ex iufm ! moi je connais ce site comme ma poche comparez a certain…

        1. D’accord sur le fait qu’une partie de l’IUFM date du XIX° et que sa qualité mérite qu’elle soit conservée. C’est moins évident pour les parties plus récentes. De quelle époque date la barre inoccupée qui se trouve derrière les Capucins ?

  1. bonjour,

    quel est l’instigateur et le chef de projet? municipal? bailleur?privé? auprès de quoi peut on se renseigner pour intégrer la réflexion?

    1. Douai Vox propose pour ces bâtiments vides des projets de toutes natures, en s’attachant à être concret et précis. A court terme, nous rassemblerons les personnes qui portent intérêt à ces différentes propositions. Si c’est votre cas, faites nous le savoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec une *. Les commentaires sont mis en ligne après modération.

*